Ecologie

Comment éveiller la conscience écologique de vos enfants ?

Ecrit par Marie TERRY
le 22 avril 2020

En cette période troublée, avec un Après sûrement différent, en cette journée de la terre, comment essayer de sensibiliser nos enfants à l'écologie, avec des mots simples. C'est eux la future génération mais les enjeux sont là dès maintenant. Petit debrief.

Cet article se destine tout particulièrement à toutes celles et à tous ceux qui souhaiteraient pouvoir sensibiliser leurs chères têtes blondes à l’écologie, sans pour autant tomber dans le fondamentalisme ou l’intégrisme. Il est parfois un peu complexe de trouver le terme juste, ou le thème adéquat pour aborder ce sujet tellement omniprésent de nos sociétés modernes, c’est pourquoi nous avons pris le parti de rédiger ce petit guide pour les adultes. Vous trouverez dans ce dernier, des tuyaux et des ficelles gratuites pour amener votre enfant à se sentir partie prenante du monde vivant et lui donner ce goût pour la sauvegarde de la nature, sans laquelle, soyons-en convaincus, l’humanité aura bien du mal à franchir le cap des prochains siècles, voire des prochaines décennies selon les plus alarmistes. A l’aube d’une extinction de masse prochaine, causée notamment par notre suractivité, selon la sphère scientifique, il est impératif de basculer vers un paradigme plus vert, plus durable et plus écoresponsable, alors lançons-nous dès à présent dans ce défi !

Par Romain Pillard, marin qui navigue pour la planète, fondateur de Use It Again 

Le monde est global et nous l’apprenons à nos dépens.

En cette période, ces mots résonnent encore tellement plus.

Pour certains, nous allons sans doute enfoncer quelques portes ouvertes au cours de ce premier paragraphe, néanmoins nous considérons qu’il est primordial de rappeler certaines généralités afin d’éclaircir un tant soit peu le propos. Tout d’abord, comprenons bien que nos échanges globalisés, notre main mise sur le globe est si totale, que désormais, la bouteille de plastique fabriquée en Chine, remplie de boisson en Amérique du Nord, consommée et mise à la poubelle en Europe, peut très bien se retrouver au final (puisque moins de 10 % du plastique produit est recyclé à l’échelle du monde, selon une étude de National Geographic…) dans une gyre océanique de l’Océan Indien ou Pacifique, et s’agglutiner à ces fameux et déplorables continents de plastique que chaque océan constitue avec nos déchets. Le moindre détritus jeté ici ou là, peut potentiellement se retrouver littéralement à l’autre bout du monde et polluer son comptant, pour peu que le système de recyclage des déchets ne soit pas optimisé ou tout du moins traité avec le sérieux et l’intransigeance dont il se réclame pour être réellement efficace.

Il faut bien comprendre, et donc bien expliquer à chaque enfant de notre Terre, que ses actes, ses gestes en tant qu’individu, peuvent effectivement avoir des répercutions notoires quelque part ailleurs dans le monde, et ce qui vaut pour les choses néfastes, telle que la pollution par exemple, vaut aussi pour les gestes vertueux, il est primordial de ne jamais perdre de vue cet aspect des choses (car un soupçon d’optimisme n’a jamais fait de mal à qui que ce soit…). Donner à voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide est un stratagème reconnu comme efficace lorsqu’il s’agit d’influer sur le comportement de chacun, car lorsque l’on sait que son attitude impacte réellement le monde, et bien on a tendance à s’auto-discipliner… A bon entendeur…

Notre monde va vers une réalité plus complexe en matière de soucis environnementaux, il apparaît donc essentiel de tendre vers des comportements plus vertueux, et le passage de témoin inter-générationnel doit se faire comme un acte d’amour, tant pour notre berceau à tous et toutes (la planète), qu’à l’adresse de votre enfant. Considérez votre « mini-vous » comme un rouage à part entière de la grande scénographie de la Vie sur Terre, cessez de compartimenter les choses et les êtres en dressant systématiquement une cloison étanche entre l’Humanité, et le reste du monde, car au fond, cette barrière artificielle, soyez-en convaincu, n’existe tout simplement pas. Recréez du lien TERRIEN !

Voici à présent quelques clefs afin d’aider votre enfant à croître sainement, au creux d’un environnement dont il se sentira partie prenante, et qui constituera toute sa vie durant, la toile de fond de chacune de ses aventures, y compris celle, ultime, qui le verra peut-être un jour devenir parent à son tour, et de fait, s’inquiéter pour l’avenir de sa progéniture au sein du monde…

Des pistes vertes…pour ne pas broyer du noir !

Nous ne sommes pas encore à l’heure des cyberpunks et du transhumanisme qui verra l’avènement de petits morceaux de soi (organes, extensions mémorielles ou sensitives, etc…) cybernétiques, telle que la science-fiction nous le décrit depuis des décennies déjà. Nous sommes encore pleinement en lien avec la nature, même si la science a tendance à nous en déconnecter, et si la modernité nous a longtemps bercés dans cette illusion que le monde n’était qu’un grand buffet où l’homme n’avait qu’à se servir sans se soucier de savoir comment ou par qui les stocks seraient reconstitués une fois le pillage accompli. L’inertie de nos sociétés, et l’avidité de nos systèmes de consommation nous ont à présent amenés jusqu’à la lisière de ce que la planète est capable de supporter, ou presque, c’est ce qui nous vaut présentement les chiffres effrayants de la communauté scientifique, s’agissant de la plongée vertigineuse de la biodiversité sur Terre. Il apparaît en effet, selon de très nombreuses études, que nous traversons une période critique dans laquelle l’empreinte écologique globale de l’humanité marque au fer rouge la capacité de la nature à se régénérer. On peut parler des stocks de poissons en chute libre dans nos océans, du nombres d’espèces en voie de disparition (en très forte hausse ce dernier siècle…), de la déforestation galopante, de la désertification, et bien entendu, car cela sera sans doute le pivot de toutes les peurs dans les décennies à venir, de la quantité d’eau potable à disposition, puisque nous prenons, semble-t-il, un malin plaisir à la polluer ou à la gaspiller allègrement, sans ne jamais tenir compte des besoins futurs ou des générations à venir…

Il faut aussi nécessairement aborder le thème énergétique,

Des gestes de tous les jours à transmettre aux enfants

Comme chacun sait, les enfants sont souvent enclins à ne pas éteindre la lumière lorsqu’ils sortent d’une pièce, tout du moins si on ne leur explique pas l’importance de le faire… Expliquez simplement que l’électricité n’est pas gratuite, tant pour vous qu’en termes d’impact sur la nature, ainsi ils feront plus attention à bien tenir le frigo fermé, à ne pas laisser tourner le radiateur lorsqu’il n’y en a pas besoin, etc, etc. Ce sont les petits ruisseaux qui forment les grandes rivières, ne l’oubliez pas, et explicitez ce concept à vos enfants, car c’est une base de sagesse indiscutable.

Lorsque l’on aborde ces problématiques auprès d’un enfant, le plus simple pour commencer est sans doute de l’amener à tout naturellement consommer en générant le moins de déchets possibles. Le mouvement « zéro déchet » est en plein essor, et il convient de vous informer quant aux efforts à fournir pour y parvenir, car ces pratiques de bon sens ont un réel impact, pour peu que suffisamment de personnes les adoptent… car le nerf de la guerre, c’est évidemment le nombre ! Oubliez les emballages, privilégiez le verre, cessez de considérer que la possession matérielle d’à peu près tout ce qui est imaginable est, en soi, signe de réussite sociale. Grandissez à l’intérieur sans croissance de façade ou de parure à l’extérieur.

Pour ce faire, dès le plus jeune âge, soyez force d’exemple auprès de votre enfant, avec l’utilisation de produits non-polluants à domicile (retour au savon ou au shampooing solides, fabrication d’un liquide vaisselle ou d’un dentifrice maison, boycott des jouets en plastique, fin du gaspillage alimentaire, etc.) ; faites le choix de produits qui sont réutilisables, compostables ou recyclables lorsque vous optez pour un achat.

Mais ce qui est essentiel par-dessus tout, c’est le temps que vous allez prendre à expliquer tout cela à votre descendance…

Ne vous imaginez pas qu’un enfant va de lui-même cerner les problématiques d’un monde, surtout lorsque plusieurs milliers d’études allant dans ce sens ne sont pas encore parvenues à changer globalement les mentalités au cours des décennies écoulées. Non, un enfant ne peut pas « prendre conscience » spontanément des choses, et il nécessite un éclairage, un apprentissage et une sensibilisation à ce type de sujets, car nous savons très bien que l’environnement d’un enfant créé plus ou moins la structure mentale et la force d’empathie dont il fera état plus tard, au cours de sa vie d’adulte.

Ne vous limitez pas non plus à seulement discuter de ce genre de choses. L’enfant est ouvert à l’apprentissage et peut s’avérer une véritable éponge, pour peu que les bons canaux de transmissions soient utilisés, c’est la raison pour laquelle nous vous enjoignons à prendre votre tête blonde par la main pour le mener dans la nature et lui montrer de quoi il retourne vraiment.

Confrontez votre enfant tant à la beauté indicible de ce que la nature possède de plus miraculeux (les exemples sont légion, en fonction de votre sensibilité, pensez à des choses simples comme les couchers de soleil, les cycles d’éclosion des fleurs, ou de maturation des fruits, le ciel, les nuages, les insectes et les animaux…que sais-je encore…), qu’aux aspects les plus sombres et les moins ragoûtants de notre monde (les marées noires, la pollution à outrance, les décharges sauvages, etc…).

Enfant-ecologie

N’hésitez pas à pointer du doigt, lors de vos sorties dans la nature, les détritus jetés ici ou là par des promeneurs sans vergogne ou irresponsables ; mieux même, dès son plus jeune âge, montrez à votre enfant que vous vous positionnez comme un véritable acteur dans ce combat pour l’écologie, et lorsque vous décidez de partir en promenade et bien munissez-vous d’un sac afin de dépolluer l’itinéraire par lequel vous allez tous cheminer en famille. L’enfant est on ne peut plus sensible à ces petits gestes, et il les reproduira immanquablement pour peu qu’il comprenne que la nature est une part de lui et qu’elle le lui rend au centuple chaque jour…

Un petit conseil pour les parents désireux de s’y mettre :

Tachez de rendre l’activité un brin ludique, ne formalisez pas la chose de trop, ni ne noircissez le tableau plus que de raison, ce pourrait par exemple être contre-productif de laisser penser à l’enfant que son geste est marginal et donc absolument négligeable à l’échelle du monde, surtout qu’au fond, il ne l’est pas. Certains parents parlent aussi de « Karma » à leurs enfants, à vrai dire, pourquoi pas, l’important étant de bien notifier à ce dernier que la dépollution est un acte d’amour fait pour le monde, pour soi ET pour autrui, c’est un acte de profonde foi et de profonde Humanité, au sens le plus noble du terme qui soit !

N’hésitez pas à utiliser des outils modernes

Pour donner une vraie âme écologique à votre enfant, enfin, n’hésitez pas à utiliser des outils modernes, comme certains films d’animation ou dessins animés qui traitent tout spécifiquement du sujet. Avez-vous vu Vaïana, Mûn le Gardien de la Lune, Wall-E ou le Monde de Némo par exemple ? Ce sont de véritables odes à l’écologie et si votre enfant a besoin de s’identifier à un personnage en particulier, et bien sachez que ces quatre différents long-métrages, pour ne citer qu’eux, sont particulièrement bien faits et pensés pour cela

Nul ne naît avec l’âme plus verte

QUE  la mousse poussant sur le rocher d’à côté, nous n’avons pas un chromosome dédié à cela, et la société en elle-même, reconnaissons-le, a longtemps fait figure de véritable ennemi de l’écologie, à nous pousser à toujours consommer plus et plus vite, à ne jamais nous limiter dans le désir de satisfaire nos envies. C’est donc un savant mélange de prise de conscience, de responsabilité et de respect de notre nature profonde, qui pourront effectivement nous amener, ensemble, à trouver les voies collectives pour défaire le paquet de nœuds que nous avons créé, serré et mouillé à force d’addictions diverses.

Il faut prendre le mal à la racine, c’est à dire naturellement amener son enfant à se sentir utile par rapport à la nature et à se sentir en résonance avec elle, et non pas espérer régler le problème en attendant que des lois soient promulguées afin de forcer les gens à devenir responsables.

Nous espérons que cet article vous aura fourni des pistes, vertes car faciles, afin de mieux appréhender la manière de présenter le sujet aux enfants en général, car après tout, il n’y a pas que les vôtres au fond, qui sont concernés, n’est-ce pas ?…Si tel était le cas, ce serait presque trop facile !

Propos de Lucie Audren

Profitons d’être tous ensemble, en famille, confinés, pour échanger avec nos enfants.

#ecologie #éveil écologique #journée de la terre #monde #océan #zéro dechet
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser