vélo

On se met toutes au vélo !

Ecrit par Justine Andanson
le 1 mai 2012

Le beau temps est là, le printemps nous apporte une vraie bouffée d’oxygène, de nature et les températures ne se font pas prier non plus pour nous réchauffer. Alors ne restons pas cloîtrées à la maison ! On peut d’ores et déjà faire des petites randonnées, se rendre à la piscine ou à la mer […]

Le beau temps est là, le printemps nous apporte une vraie bouffée d’oxygène, de nature et les températures ne se font pas prier non plus pour nous réchauffer. Alors ne restons pas cloîtrées à la maison ! On peut d’ores et déjà faire des petites randonnées, se rendre à la piscine ou à la mer (mais là va falloir attendre encore un peu qu’elle se réchauffe…). On peut aussi s’offrir de belles balades à vélo et découvrir notre environnement sous un autre angle. En effet, faire du vélo c’est avant tout un sport très sain et c’est aussi un plaisir pour les yeux : loin de la pollution on s’oxygène tout en brûlant des calories et on découvre la faune et la flore des forêts, de la campagne, des bords de rivière ou des montagnes. On redécouvre même nos villes en empruntant des parcours détournés et inédits. De plus, comme on se déplace en moyenne à 16 km/h, on va bien plus loin qu’à pieds via tous types de terrains : chemins de randonnée, pistes ou routes bitumées, l’éventail des parcours est presque illimité.

En outre, le vélo c’est LE sport populaire par excellence qui permet aussi bien de se déplacer pour le travail ou le loisir depuis des décennies (les premiers congés payés de 1936 se faisaient déjà massivement à vélo !). Et ces dernières années, il s’est beaucoup perfectionné grâce à des alliages ultra légers en aluminium et une accessibilité plus grande due à une baisse des prix, un faible coût d’entretien et la possibilité de louer des bicyclettes librement dans la plupart des grandes villes françaises. Et coté santé, c’est un sport très sain et facile d’accès qui permet d’entretenir efficacement sa forme très simplement. Ses adeptes se font donc de plus en plus nombreux, de quoi donner l’envie de se mettre en selle et d’en découvrir un peu plus :

Le vélo ? C’est bon pour la forme et la santé !

Le cyclisme n’étant pas un sport violent pour le cœur, il permet de lutter efficacement et tout en douceur contre les maladies cardio-vasculaires en sollicitant la circulation sanguine (meilleure dilatation des vaisseaux sanguins), un ayant effet anti jambes lourdes (contraction des muscles des cuisses et des mollets, souplesse des tendons) et en favorisant l’élimination des graisses (limitation de la prise de poids et élimination des toxines optimisée). Si on rentre dans les détails, on brûle entre 400 et 500 calories à l’heure en faisant du vélo. Bien sûr, il y a des différences importantes entre un comportement très actif d’endurance et un comportement plus « cool ». En outre, la pratique du vélo, comme de nombreux sports, procure un effet délassant et décontractant qui agit tant sur le plan physiologique que psychique, d’où une bonne nuit de sommeil garantie et les soucis envolés !
Mais attention, il convient d’adopter dès le début les bons gestes et les bonnes positions pour éviter d’avoir mal aux genoux et des problèmes de canaux carpiens liés à un mauvais positionnement des mains. Alors, prenez le temps de bien vous « sentir » sur votre vélo et comparez bien les différents modèles avant tout achat : vérifiez que le modèle est adapté aux femmes (barre centrale plus courte), que la hauteur est correcte (tailles S, M, L, XL) et que vous n’avez pas à trop tendre vos bras pour toucher le guidon. Le soir, si vos muscles sont douloureux, n’hésitez pas à vous frictionner les membres avec un gel décongestionnant ou à faire tremper vos jambes dans de l’eau fraîche. Et tout au long du parcours un seul mot d’ordre hy-dra-tez-vous (surtout pas grosse chaleur) !

On commence par choisir le bon vélo…

Le vélo dit de campagne permet de profiter de belles balades sur les petites routes voire des chemins de terre et de s’initier confortablement au cyclotourisme. Le VTT, quant à lui, est plutôt destiné à celles et ceux qui apprécient une pratique plus sportive en montagne ou en forêt dans des conditions parfois extrêmes (boue, descentes, graviers…). Tout est une question d’utilisation : si vous préférez vous promener tranquillement sur route et que vous vous écartez peu des routes balisées, optez pour un vélo de campagne (Modèles Triban chez Décathlon). Par contre, si vous envisagez de faire du vélo dans des conditions plus « sauvages », préférez un VTT ou carrément un Enduro qui est réservé aux courses de descente (RockRider 5.1 ou 5.2 toujours chez Décathlon). Enfin, si votre objectif est la performance et la vitesse, on se choisit un vélo de course (ou de route) très léger (gamme Spego chez Go Sport). Pour celles qui pratiquent occasionnellement, on ne peut que conseiller un vélo mixte de campagne et de ville (à la croisée entre le VTT et le citadin) qui saura allier performances, résistance et confort.
Les grandes enseignes comme Go Sport et Décathlon proposent des gammes très larges adaptées à tous les types de pratique et surtout dans une gamme de prix très étalée (dès 159 Euros en entrée de gamme pour un vélo de ville, 129,90 Euros pour un VTT et 299,99 Euros pour un vélo de course). Après, ce seront les options spécifiques que vous choisirez qui conditionneront le coût final : dérailleur et système de passage de vitesses (Shimano Alivio par exemple pour de bons résultats), système de freinage (classique ou à disques), amortisseurs, jantes… et oui, c’est (presque) aussi complexe que l’achat d’une voiture ! Puis on peut également choisir comment on va équiper « la bête » : porte-bagages, porte-gourde, garde boue…

[image]http://www.trucdenana.com/photos/20081505-velo-1_grand.jpg[/image]

Les vêtements adéquats :

Pour des petits tours ou des ballades détente, nul besoin de s’équiper comme Richard Virenque ! Pensez seulement à mettre des vêtements élaborés dans des tissés anti-transpirants et absorbants, genre coton perforé des polos de tennis. Choisissez-les légers et pour les bas, portez-les prêts du corps (shorts ou caleçons) afin d’éviter que les pantalons ne se prennent dans le pédalier.
Si vous avez des visées plus sportives, les cuissards façon seconde peau en tissu synthétique sont incontournables car ils prodiguent une haute respirabilité favorisée par une mousse spécifique perforée. De plus, ils ont un rembourrage spécial sur toute l’assise permettant de pédaler beaucoup plus confortablement et d’éviter d’avoir les fesses en compote après une grande randonnée. La sensation est un peu désagréable au début (on a juste l’impression de porter une couche-culotte…) mais cela reste indispensable pour qui veut faire de la route et souhaite un bon amorti. Pour le haut, on trouvera, dans des tissus similaires, des t-shirts et des débardeurs très pratiques pour un bon maintien de l’hydratation corporelle et qui sont équipés de zips pour ranger des petites choses comme ses papiers. Et lorsque l’on part longtemps et que le temps est incertain, il peut être judicieux d’emmener dans son sac à dos un coupe vent ou un petit blouson léger anti pluie.
En dernier lieu, on n’oublie surtout pas de s’acheter une paire de gants spéciaux qui nous éviteront d’avoir des ampoules dans les paumes. Il faut les choisir assez sérés pour une meilleure efficacité (le tissu ne doit pas faire pas de plis) et avec des parties antidérapantes pour une bonne prise (comptez une dizaine d’Euros).

[image]http://www.trucdenana.com/photos/20081505-velo-2_grand.jpg[/image]

Et le bon équipement :

Comme pour la plupart des sports, il faut penser à bien s’équiper avant de partir tout en sachant que la place est (très) limitée sur un vélo. A commencer par le casque qui, s’il n’est pas (encore) obligatoire, reste un outil essentiel de protection du crâne en cas de chute même minime (dès 29 Euros). Et les tout derniers se font presque oublier car ils sont ultra légers de quoi les oublier facilement et feront également office d’une bonne protection contre les coups de soleil et les insolations.
Ensuite, s’il faut bien emporter un autre accessoire, il s’agit du bidon ou d’une gourde que l’on remplira d’eau, de jus de fruit ou d’une boisson énergétique. C’est léger, ça ne coûte presque rien (à partir de 1,50 €) et les emplacements prévus à cet effet leur donnent un encombrement et un poids insignifiants pour le cycliste.
Dès une demi-journée de parcours, il est important de se munir d’un sac à dos ergonomique qui vous permettra d’emmener avec vous un vêtement de pluie, un encas (de type barre céréalière vitaminée), vos papiers, de la crème solaire et une carte de cyclotourisme. Il existe même des « sacs à eau » qui contiennent une poche remplie de liquide et qui sont munis d’un tube permettant de boire tout en pédalant. En n’arrête décidément pas le progrès ! On pense aussi à un compteur kilométrique pour savoir où l’on en est. Et puis, comme ce serait ballot de se faire voler son bike, on investit dans un bon antivol

[image]http://www.trucdenana.com/photos/20081505-velo-3_grand.jpg[/image]

Infos, bouquins et cartes…

Pour des infos pratiques, rendez-vous sur les sites officiels liés au cyclisme : [url=http://www.ffct.org]la Fédération Française de Cyclotourisme[/url](séjours pour 2008, randos collectives, sécurité et prévention, le tourisme, conseils, recherche de destinations, cartes, adresse des clubs et écoles de cyclotourisme…) et [url=http://www.fubicy.org]la Fédération Française des Usagers de la Bicyclette[/url](actions, conseils pratiques…). Si vous souhaitez faire une estimation de votre futur trajet (notamment en ville), vous pouvez utiliser le générateur d’itinéraire comme [url=http://www.viamichelin.com]Viamichelin.com[/url]. Enfin, pour une action citoyenne d’utilisation du vélo, vous trouverez plein d’infos sur [url=http://www.tous-en-selle.org]Tous-en-Selle.org[/url].
Si vous souhaitez vous procurer un livre qui vous familiarisera avec ce sport (entretien du matériel, conditions physiques, entrainement, santé, secourisme…), nous vous conseillons les très complets « Le Vélo pour Tous » par Jean-Michel Richefort (Editions DésIris) et « Initiation pratique au Vélo » de Olivier Roberts (Editions Vigots, collection Fitness).
Pour des trajets aventureux en montagne ou en forêt, l’idéal consiste à acheter les cartes touristiques de VTT et randonnée cyclos de l’IGN à l’échelle de 1/1 000 000ème (Cartes Série 900) de la région concernée car elles permettent un repérage très précis en mentionnant les bâtiments, forêts, points d’eau par exemple (des cartes au 1/60 000 sont tout aussi recommandées pour de plus grands trajets). Comptez 5 Euros en moyenne pour l’achat d’une carte.
Par ailleurs, on trouve des guides de découverte thématiques dans de nombreuses collections tels que : « Le canal du Midi à Vélo » de Philipe Calas (chez Edisud), « La Loire à Vélo : d’Orléans à la mer » par Michel Bonduelle (éditions Ouest-France, collection Vélo Guide) ou encore « La grande traversée du Jura à Vélo » par un Collectif (éditions Dakota). Plus généraliste, on aime « La France par les voies vertes : Cyclistes, rollers, joggeurs, randonneurs… » par Michel Bonduelle et Claire Levasseur (chez Ouest-France).

[image]http://www.trucdenana.com/photos/20081505-velo-4_grand.jpg[/image]

Alors, si vous souhaitez entretenir votre corps et votre esprit sainement tout en redécouvrant et prenant soin de votre environnement, le vélo est fait pour vous et, que vous soyez plutôt vélo de ville, VTT ou vélo de course, c’est le moment de vous y (re-)mettre ! A quand les premiers coups de pédale ?

Visuels : Décathlon et Go-Sport

Par Ariane-Isabeau Noël

#équipement #bienfait #modéle #sport #vélo
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser