Morgane

Morgane Imbeaud, auteur, interprète, compositeur

Ecrit par Marie TERRY
le 21 décembre 2015

Morgane Imbeaud est tout cela dans un petit bout de femme. Après une carrière fulgurante en duo avec Mark Daumail formant ainsi le groupe Cocoon, groupe de pop folk, elle trace sa carrière en solo et imagine un spectacle musical et un livre, les songes de Léo.Un côté conte, cela tombe bien pour le mois de Noël, c'est pour cela que Morgane est ma nana du mois de décembre.

Trucs De Nana: On vous connaissait à 2, vous voilà en solo?

Morgane Imbeaud:

Oui, mais c'était voulu au départ car Mark voulait faire une carrière solo. Je savais que cela allait se faire, il me l'avait toujours dit. Mark a donc  sorti son album solo l'année dernière, et j'ai fait plein de chansons de mon côté et j'ai pris le temps de créer ce conte musical.

Comment est né ce duo? C'est quand même une belle histoire?

J’ai appris à jouer au piano petite et un prof m'a donné ce goût, cette envie de faire de la musique. Mais j'étais timide. Je n'avais pas de projet précis même si c'était un rêve de continuer la musique. J'ai rencontré Mark tout simplement à un casting car il recherchait une fille pour le duo. J'avais 18 ans et étais en terminale.

Très vite le succès et une carrière, tout cela ne vous manque pas?

Non, ce qui me manque, ce sont les voyages. Mais pas les paillettes. Déjà, je suis très timide et toute cette spirale dûe au succès nuit à la création. On vous fait croire plein de choses quand vous êtes sous les sun light un peu comme dans les émissions de téléréalité. Et moi, j’aime faire de la musique, créer, composer et il faut du temps pour cela.

Mais quand même, comment vit-on une nouvelle carrière après un tel succès ?

C'est vrai qu'il a fallu me reconstruire. J'étais un peu déboussolée. Je n'avais rien fait d'autre vu que nous nous étions connus en terminale et que le duo a connu un succès très vite avec tout ce que cela implique, des tournées, des scènes, des plateaux TV….J'ai quitté Paris et je suis retournée chez moi à Clermont Ferrand, dans ma ville, dès 2011.

2015, un nouveau projet musical nait avec les songes de Léo? Quel a été le parcours?

J'avoue, je suis lente. En 2013, je me suis remise au piano. Car pour moi, le point de départ est la musique. J’ avais composé des chansons mais je n'étais pas satisfaite de mes textes. Je manquais de mots pour décrire ce que je ressentais. Je me posais beaucoup de questions, et puis un personnage s'est imposé à moi, dans mon imaginaire, un petit garçon différent à qui j'allais faire dire plein de choses : Léo.

Et pourquoi ce personnage est-il un garçon? Il tient de vous ? Est-ce une thérapie?

Oui, c'est vrai, cela aurait pu être une petite fille car je n'ai jamais été un garçon manqué. Il tient de moi, oui,  mais ce n'est pas une thérapie. J'ai toujours été fan des Walt Disney,des contes qui ont leurs codes bien définis comme un côté dramatique. J’ai voulu orienter ma création dans ce sens, avec un personnage animé.

Justement, expliquez ce que sont « les songes de Léo », ce spectacle musical?

J’aimerais que ce conte musical s'adresse à tout le monde, aux enfants mais pas avant 8 ans mais surtout aux adultes entre 30 et 50 ans et plus aussi. C'est un garçon, seul, sans parents dont je relate le parcours initiatique, toutes les premières fois d'une vie car on a tous plein de »premières fois ».
Il est différent des autres (il n'a qu'une oreille) et va trainer sa solitude, ses angoisses. Mais il y aura aussi des rencontres.

Il y a une certaine noirceur, d'ailleurs le personnage est sombre ?

Oui, mais je trouve qu'il y a tellement de jeunes angoissés. Internet et les réseaux ont favorisé l'accès à des connaissances rapides mais n'y a -t- il pas une certaine culture du vide, une ignorance? Les ego sont parfois trop développés mais on devrait arrêter de mentir aux gens. C’est un peu tout cela que j’ai eu envie de lui faire dire.

Comment concrètement est né le projet?

Au culot. Je suis allée voir la maison de la région de Clermont Ferrand et je leur ai exposé mon idée. Puis je me suis entourée de Christophe Chabouté, un illustrateur pour dessiner le personnage et avec lui, on a trouvé l'image définitive de Léo. Jean Louis Murat m'a aidée dans les textes puis évidement gravite toute une équipe pour les animations, les vidéos. Il a fallu trouver un éditeur, une maison de disques. Et voilà, un spectacle et un livre.

Donc, tout est ficelé, le spectacle est prêt ?

Oui, il a été joué dans la région et je suis heureuse car j'ai eu de bons retours.

« Immergée dans l'image, parfois présente, parfois évanescente, la chanteuse dévoile une sensibilité à fleur de peau, emportée par sa voix cristalline qui n'est pas sans rappeler celles d'Émilie Simon ou de Camille. » AFP
« Onirique et un peu mélancolique, « Les songes de Léo » racontent la tristesse de la solitude mais aussi l’enthousiasme de la découverte de contrées nouvelles. » FranceTV/Culturebox

On sera à Paris à l' Alhambra le 10 février  et on part en tournée avec l'équipe dont les 5 musiciens.

Comment se sent-on avant de monter sur scène?

J'ai honte mais il est vrai que je tremble alors je bois un verre de vin rouge et tout roule.

Morgane s'est prêtée au jeu des questions « d'actu »en cette période festive.

TDN: Pour vous, Noël, c'est ? Morgane : Une corvée…et du plaisir. Oui, une corvée car on est obligé de faire des repas, on mange trop….

TDN: Le cadeau que vous ne voudriez pas recevoir? Morgane: j'en ai marre des bougies parfumées…

TDN: Un dîner avec votre amoureux? Morgane: Depuis 5 ans, je m'habille trop simplement, J'essaierais de mettre une robe noire ou foncée.

Que diriez vous aux nanas qui vont vous lire?

D'une manière générale:

  • Il ne faut pas être trop gentil si on veut arriver à ses fins.
  • Il ne faut rien lâcher
  • Il faut savoir que c'est plus dur quand on est une femme

Dans ce milieu artistique:

  • Il ne faut faire confiance en personne.
  • Ne pas être naïf et croire tout ce qu'on vous dit, promet
  • Arrêter de rêver
  • Prendre un avocat pour le contrat, c'est obligatoire
  • Il faut faire plus que s'affirmer, il faut aboyer
  • Savoir que pour faire un disque, c'est 40 emmerdes (JL Murat)
  • Le milieu est mysogine

Merci Morgane, longue vie à Léo, si attachant et bonne route à vous deux !

Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser