Interview

La nana du mois, Lydia Guirous auteur de « Allah est grand,la République aussi »

Ecrit par Marie TERRY
le 6 mars 2015

Lydia Guirous, auteur du livre "Allah est grand, la République aussi" (meilleures ventes en ce moment) est en pleine lumière au vu de l’actualité. Enchainant les interviews, les radios et les plateaux télé, elle nous fait l'honneur de répondre à nos questions. En mars, mois de la journée de la femme, Trucs De Nana met en avant des femmes qui s'engagent et Lydia est de ces femmes là, qui prennent  la plume et la parole pour défendre des idées. Fondatrice de l’association, Future au Féminin et récemment nommée Secrétaire Nationale aux valeurs de la république et de la laïcité par  l'UMP, Lydia répond à nos questions.

TDN : Lydia Guirous, votre livre écrit en 2014, est dans les meilleures ventes en ce moment, c’est un vrai succès !

Lydia Guirous:  Oui, en effet, je suis la première, surprise. Je l’ai écrit avant les évènements de 2015 sans imaginer qu’il pourrait être autant dans l’actu. Au moment même des attentas, j’étais interviewée et je parlais des menaces qui pesaient sur Charlie Hebdo, en défendant la liberté d’expression, quelle triste coïncidence quand j’ai appris ces ignobles attaques.

Vous même, avez-vous reçu des menaces ?

Oui, j’ai reçu des menaces de mort, des insultes très violentes et des commentaires houleux quand je me suis engagée comme beaucoup de français en criant haut et fort, « Je suis Charlie » pour défendre la liberté d’expression qui doit être universelle pour tous, tous les écrivains, tous les essayistes. On l’oublie de temps en temps.

Pourquoi avoir eu envie d’écrire ce livre ? Est-ce un livre « 3 A » : un cri d’Amour, d’Avertissement, d’Alarme ?

Oui, tout à fait, un livre avec ces 3 A. Je voudrais dire dans ce livre que j’aime la France et les valeurs de ce pays, pays qui m’a donné la chance d’étudier. J’aime la République et ses valeurs et je vois qu’elles sont bafouées. Par ce livre, j’aimerais attirer les pouvoirs publics sur cette dérive dangereuse qui se nomme communitarisme. Alors, oui c’est un cri d’avertissement et un cri d’alarme car les dangers d’un islam radical et la montée du communautarisme sont très inquiétants en France.

Revenons sur votre parcours, vous êtes un enfant de l’immigration, comment s’est passée votre intégration?

Je suis arrivée en France à Roubaix, à l’âge de 6 ans, en 1989, quittant ma Kabylie avec mes parents et ma fratrie (mon père était déjà venu en France  avec ses parents et était reparti au pays). Les évènements de l’Algérie nous ont poussés à partir et la France était une chance pour nous, une promesse : la possibilité de choisir sa vie, de l’égalité des chances, la démocratie, la République, l’accès à l’école, aux études…

Avez-vous été à la hauteur de votre rêve français avec votre joli parcours?

Je n’ai pas voulu trahir le sacrifice de mes parents et grands parents, alors, j’ai mesuré et saisi ma chance. J’ai travaillé. C’était un devoir vis à vis de ceux qui n’avaient pas cette chance. La réussite n’est pas un droit, mais un choix de vie qui impose du travail, des sacrifices. Réinstaurons le mérite. Après le bac, j’ai été diplômée de l’université Paris Dauphine, puis ai intégré l’ ESCP.

L’école est-elle une des clés d’une bonne intégration?

Oui, la République offre généreusement les moyens de la réussite à tous ses enfants.
L’école et les universités sont gratuites, il suffit d’aller voir dans les autres pays et remercier le système français. Peut être que le parcours vers la réussite sera plus long et plus difficile pour certains, enfants de l’immigration, de classes défavorisées mais celui qui travaille s’en sort tôt ou tard.

Justement, comment voyez-vous le port du voile dans les écoles et à la fac ? Les politiques  sont en plein débat. Est-ce un enjeu majeur de la société?

Il faut réaffirmer la laïcité dans la République. Il faut faire appliquer les lois qui existent déjà. Je suis contre le voile à l’école, dans les universités et même dans l’espace public. Je suis pour un uniforme même jusqu’au lycée.  L’uniforme est le symbole de l’égalité.
Comment trouver un job quand on est voilée?
Quelle image donne-t-on ? La femme maghrébine est voilée?
Quelle insulte pour toutes les femmes qui se sont battues et qui se battent encore pour ne pas porter le voile ? N’est- ce pas une provocation pour certaines femmes de mettre un voile? Aujourd’hui le port du voile est devenu une revendication politique et communautariste, cela n’a rien à voir avec l’expression d’une liberté individuelle.

Parenthèse, dans l’ACTU: Des hommes afghans ont défilé dans les rues de Kaboul habillés d’une burqa, jeudi 5 mars, sous le regard médusé des passants. A trois jours de la journée des droits des femmes, ils souhaitent ainsi afficher leur solidarité avec les femmes portant ce vêtement. Imposée à la fin des années 1990 et encore largement portée dans le pays, la burqa est un symbole du régime taliban et constitue à leurs yeux un résidu de leur système répressif. Leur action rappelle celle des Turcs qui, à la fin du mois de février, avaient enfilé des jupes en soutien aux droits des femmes.

Revenons justement aux femmes dans le monde et de cette journée de la femme.Quelles femmes ont été vos « modèles »?

J’ai de l’admiration pour des femmes comme Simone Veil, Elisabeth Badinter, Mercedes Erra, Taos Amrouche et toutes les anonymes qui se battent pour vivre, survivre… et gagner quelques millimètres de liberté. Car ce sont les femmes qui vont faire avancer les choses. Il suffit de voir dans les pays les volontés et les risques que prennent des femmes pour leur liberté. C’est pourquoi elles risquent de ne rien comprendreà l’évolution communitariste de la France. La France est le pays des lumières, des droits de l’homme et on leur renvoie une image de femmes voilées, allant jusqu’à porter le Niquab alors qu’elles sont dans un pays libre et laïc. C’est un non sens.

Que pensez-vous de la journée de la femme?

J’avoue que je n’aime pas beaucoup cette journée dans notre pays. C’est du folklore. C’est la journée à l’occasion de laquelle on parle des femmes en pleurnichant puis le lendemain, on passe à autre chose. C’est une séquence de communication pour les politiques… On a eu l’exemple de Pascale Boistard qui a parlé du voile à l’université puis n’en parle pas. C’est toute l’année la journée de la femme! Chaque jour, on doit se battre pour les droits des femmes, surtout en ce moment face aux obscurantistes qui gagnent du terrain!

Revenons à votre engagement par Nicolas Sarkozy qui vous propose le poste en tant que secrétaire nationale aux valeurs de la république et de la laïcité après avoir lu le livre ?

Je vais être une sorte de boite à idées et dois proposer des solutions concrètes.

Ma mission est de proposer des solutions concrètes sur toutes les questions primordiales liées à la laïcité, au respect de la République en France et plus généralement à la mise en place d’un vivre ensemble apaisé.

Beau programme au coeur de l’actu ! On est en plein débat sur le port du voile.

Mais comme Lydia Guirous est une jeune nana d’à peine 30 ans, elle s’est aussi prêtée au jeu des questions « plus nanas ».

  • On a appris qu’elle n’était pas fashion victim mais qu’elle aime l’élégance naturelle et non pas les phénomènes de mode. Elle aime porter des robes et jupes, symbole de féminité.
  • On a appris qu’elle aime le Sud et le soleil et marcher pieds nus, ce qui lui rappelle son pays comme le citron et l’huile d’olive.
  • On a appris qu’elle commence à apprécier de cuisiner car pour elle, la cuisine était un lieu d’enfermement des femmes mais comme son amoureux (son mari depuis 2 ans) cuisine beaucoup et bien, elle veut aussi le surprendre.
  • On a appris qu’elle a une bonne hygiène de vie mais ne fait pas de sport.No sport nous a- t-elle dit.

Pour clore ce très sympathique échange, je pose à Lydia mes 2 ultimes questions :

Que diriez-vous aux nanas qui vont vous lire?

Prenez le contrôle de votre vie. Personne ne doit choisir pour vous votre chemin. La liberté, c’est maintenant !

Quelle question auriez vous aimé que je vous pose et que je ne vous ai pas posée?

Quel est mon animal préféré ? Le chat. Le mien s’appelle BeBel comme Belmondo ! C’est un beau chat noir, il saute partout et adore les câlins !

Un grand merci à Lydia Guirous de nous avoir apporté son témoignage passionnant et vivant. Pour toutes celles qui veulent aller plus loin et lire les idées de Lydia sur d’autres sujets comme la religion, les banlieues, le rôle primordial des parents ou encore celui des politiques… Je vous invite à lire son livre et aller sur la page de son association  Future, au Feminin.

Trucs De Nana est une communauté où entre nanas, on a plaisir à échanger. Alors, on attend vos commentaires !

Lydia est dans l’actualité car elle vient d’écrire son 2e livre, je suis Marianne aux éditions Grasset (janvier 2016) où elle réaffirme ses convictions.

#Allah est grand #femme #femme engagée #femmes #la République aussi #livres #Lydia Guirous #nana du mois #politique
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser