Menstruations

Cup VS Culotte menstruelle, la battle !

Ecrit par Léa Dechambre
le 14 mai 2018

Après les scandales autour des tampons toxiques et à l'aube d'un remboursement de nos protections hygiéniques par la LMDE (mutuelle étudiante), et donc d'un changement sans précédent dans la vie des jeunes femmes, on fait le point sur les nouveaux moyens de protections féminines. Tendances, innovantes et utilisées par de plus en plus de femmes, la cup et la culotte menstruelle explosent sur ce marché. On vous dit sur cette battle dont on est les premières concernées.

Petite présentation

La coupe menstruelle, la coupelle menstruelle bref la cup, remplace petit à petit son cousin le tampon. Cousin d’ailleurs très éloigné car même si on le place au même endroit, le fonctionnement est totalement différent. La coupe menstruelle se positionne dans le vagin et recueille le flux sans assécher la flore vaginale car elle n’absorbe pas le sang comme le fait un tampon ! Différente aussi au niveau de sa forme: elle ressemble à un petit entonnoir doté généralement, à son extrémité, d’une tige pour l’attraper et la retirer plus facilement. La matière de la coupe, la plupart du temps en silicone, a été validée par le corps médical et mesure entre 40 et 60 millimètres. Pour la mettre, il faut plier la cup sur elle-même, l’insérer, et elle se déplie automatiquement dans le vagin. Pour la retirer, il faut tirer délicatement sur la base de la cup en pinçant. N’ayez aucune crainte, le vagin est par nature un organe élastique et souple, dès qu’on enlève la cup, il revient à sa taille normale !

La culotte des règles ou la culotte menstruelle remplace les serviettes hygiéniques, idéales pour les personnes qui ne sont pas à l’aise avec l’idée d’introduire un objet étranger dans leur corps, ou qui n’aiment pas trop la vue du sang.
Voici comment cela fonctionne:  sont cousues quatre strates de tissu sur votre culotte :

  • Une couche anti-humidité pour vous garder au sec
  • Une couche antimicrobienne grâce à un traitement invisible à base d’argent
  • Une couche absorbante qui peut contenir autant qu’un tampon ou une serviette
  • Une couche anti-débordement qui protègera même le plus blanc de vos pantalons blancs

Faisons maintenant place au combat qui déterminera quel est LE moyen de protection hygiénique qui va conquérir votre tendre vagin !

Les avantages de la cup

  • Moins d’argent vous dépenserez. Oui car si l’achat d’une coupe représente un investissement initial (entre 20 et 30 euros en moyenne selon les marques comme Saforelle, Luna copine ou Lady Cup), vous pourrez ensuite la garder une bonne dizaine d’années.  Sachant qu’une boîte de 20 tampons ou serviettes coûte déjà près de 10 euros… le calcul est très vite fait !
  • Pratique elle sera. Un petit sac toujours prêt à l’emploi est toujours mieux qu’emmener votre armoire à tampons et serviettes. La cup et son réceptacle sont très discrets et tout le monde arrêtera enfin de vous faire une remarque au bureau quand vous partiez avec votre sac, aux toilettes. Elle doit être vidée toutes les 8h à 10h donc beaucoup moins d’aller-retour vous ferez. Bon, votre podomètre par contre lui ne s’en remettra pas, désolée…

  • La planète vous sauverez. Tampons comme serviettes hygiéniques sont à usage unique et finissent à la poubelle. Ce sont chaque année, plus de 45 milliards de serviettes hygiéniques (ni biodégradables, ni recyclables) qui sont jetées dans les océans au milieu des pauvres poissons… Ce n’est pas du tout le cas de la cup, puisqu’elle est réutilisable !
  • Libérées d’un stress, vous respirerez enfin. Pas de cordons qui dépassent, pas de gêne lorsque vous vous déshabillerez devant votre homme et qu’il verra votre serviette pleine de sang, la cup ne se voit pas et ne se sent pas ! Différentes tailles sont dispos en fonction des flux, si vous êtes vierge ou si avez déjà eu des enfants donc pas de problème de fuite si elle est bien adaptée à vos besoins. Une cup sur mesure, que demande le peuple ?

Pour un match plus équilibré, on vous liste quand même les trucs sympas du camp adverse.

Les avantages de la culotte de règles

  • Bien, vous vous sentirez. Les culottes peuvent absorber jusqu’à l’équivalent de 2 tampons et sont excessivement discrètes : il n’y a pas d’épaisseur ! Même lorsque vous vous promènerez en culotte, il n’y a rien à voir : on peut croire à des sous-vêtements classiques. Confortable et toute douce pour votre popotin, pas de sensation d’humidité, de mauvaises odeurs ou de fuites grâce aux différentes couches 🙂
  • La planète, vous sauverez (aussi). Comme une culotte classique inutile de la jeter après utilisation, elle reste lonnnngtemps dans votre tiroir à sous-vêtements, pour le plus grand plaisir de notre jolie planète ( et celui de notre vagin aussi).
  • A vos besoins, elle sera adaptée. Disponible pour toutes les tailles (du XS au XXL) et toutes les envies. Si vous désirez faire plaisir à votre compagnon, vous pouvez mettre de la lingerie fine pendant vos règles. Et non, on ne rigole pas ! Différents « types » sont disponibles : le string pour les flux légers, la culotte pour les flux moyens et le boxer pour les flux abondants, ce qui permet donc de changer de style selon si vous êtes au début, au milieu ou à la fin de vos règles. Il existe même une version cheeky et sport, on vous laisse imaginer à quoi ils ressemblent 😉

  • Facile à nettoyer, elle sera. On rince rapidement la culotte, à la main sous l’eau froide et on la balance dans la machine comme n’importe quel autre dessous à 30 degrés. Moins de temps à faire la lessive donc plus de temps à mater des séries sur le canap’, bouillotte sur le ventre. On aurait presque hâte d’avoir ses règles (ou pas) !

Mais avec toutes grandes inventions viennent des petits soucis…

Les inconvénients de la cup

  • Dégoûtée, vous pourrez être. Le nettoyage n’est pas une partie de plaisir ! N’oubliez pas de bien vous laver les mains avant et après avoir changé votre cup ! Pour la stériliser, il faudra la passer sous de l’eau bouillante. C’est assez difficile à faire lorsqu’on est dans des toilettes publiques, on vous l’accorde. Nettoyer la coupe à la main et voir son flux sanguin d’aussi près, peut-être assez impressionnant. Si vous avez peur que l’hygiène de votre cup ne soit pas au top, nettoyez-la dès que vous êtes chez vous avec un savon neutre, comme le savon de Marseille, ou un savon d’Alep, ou bien encore avec un savon spécifique pour l’hygiène intime.

  • Technique complexe, vous adopterez. Comme un tampon, il faut le coup de main. Insérer un corps étranger dans son vagin n’est ni pratique ni agréable. Un temps d’adaptation est nécessaire surtout si mal placée, elle fuit et tache votre jupe préférée. Mettre une serviette hygiénique au début pour éviter tout débordement sera donc judicieux. Oui, on y voit plus l’intérêt non plus…

Les inconvénients de la culotte menstruelle

  • Peu de choix, vous aurez. Le concept est très peu développé dans le monde,  la marque américaine THINX est d’ailleurs la seule sur le marché dans laquelle on a confiance car elle est brevetée… EMPO marque Française de culottes menstruelles fait son petit bout de chemin mais est très loin derrière le géant qui a sorti différents coloris et une collection en coton biodégradable… Dommage que l’on n’ait pas le choix sur tout.

  • Investissement, ça sera ! C’est bien joli une seule marque mais il faut qu’elle soit accessible à toutes. Le gros, gros problème, c’est le prix. En plus des frais de ports onéreux, il vous faudra débourser entre 20€ et 30€. Cela vaut pour une culotte donc cela ne sera pas suffisant si vous avez des règles de 7 jours par exemple. Dans ce cas, il faudra vous procurer deux à trois culottes pour effectuer une rotation. C’est un investissement bénéfique car elles vous dureront longtemps mais, sur le coup, votre porte-monnaie aura mal, très mal…

Pour finir, on n’a pas trop su choisir le gagnant car, admettons-le, cela dépend de chacune ! Pour vous aider dans vos recherches, on vous laisse avec les paroles de celles qui ont pu tester ses nouveaux moyens de protections féminins, en vrai.

L’avis des Nanas

Marjorie de l’équipe TDN # teamculottemenstruelles :

« J’ai décidé d’investir dans ces culottes spéciales règles (j’ai choisi 2 modèles de la marque THINX), qui promettaient de TOUT absorber sans rien avoir à faire durant la journée. Après 6 mois de test, je valide cet accessoire qui m’est devenu indispensable. Elle est toute fine, ne se voit pas et c’est à peine si je la sens. De plus, elle absorbe vraiment bien et diffuse dans toute la protection, donc 0 fuite pour les flux légers. La nuit, c’est un vrai bonheur car les protections montent très haut des deux côtés donc pas de risque de débordements. Le design est joli et les couleurs sont au choix, on est loin de la culotte de règle toute pourrie ! Mais j’ajoute quelques bémols tout de même. Le prix est assez cher surtout qu’il vaut mieux en acheter 2 ou 3 pour avoir un roulement : mais c’est un investissement rentable ! Il faut la laver tous les soirs. Je le faisais à la main, parce que je n’en avais que 2. On se fait à ce rythme finalement, mais pas le droit d’avoir la flemme sinon le lendemain, retour au tampax. En plus, elle n’est pas encore assez efficace pour les gros flux. Les jours intenses, je mettais 1 ou 2 serviettes durant la matinée, puis je gardais la culotte pour l’aprèm et je la changeais le soir. La sensation humide en fin de journée peut gêner surtout si le flux est abondant, mais si tu alternes avec des serviettes ou la cup, ça le fait sans souci.  »

Justine de l’équipe TDN #teamcup:

« Avec un peu d’entrainement, ce n’est pas plus difficile à mettre qu’un tampon. Je me suis rapidement habituée à la cup, que je trouve moins désagréable qu’un tampon. Le seul bémol : bien le rincer, et le stériliser car sinon vive les mycoses. Ce n’est pas toujours évident lorsqu’on est sur son lieu de travail ! Les WC n’ont pas toujours un lavabo perso… »

Vanina #teampascup:

« Ils disent qu’elle est pratique et confortable, pratique je confirme mais confortable c’est à revoir. La plupart du temps, je sentais les côtés un peu rigides de la cup et ça me gênait beaucoup. Pour le nettoyage, c’est pratique quand tu es sous la douche mais quand tu es dans des toilettes publiques, c’est plus difficile. Pour l’enlever si tu la serres pas assez ça fait super mal et ça tire sur les parois et quand tu essayes de la pincer tu peux te pincer le vagin. Après il y a grande possibilité pour que je ne sois pas douée, si tu arrives à la mettre sans te faire mal et que tu ne la sens pas, c’est la meilleure invention. »

Chloé #teampascup:

« Moi je trouve ça bien mais j’avoue que je le fais que chez moi. C’est galère à changer quand tu es dehors et quelquefois je la place mal et ça fuit.  »

Alix #teamcup:

« Voilà 1 an que j’utilise la cup, et cela m’a bien changé la vie ! Je dois prévenir tout de même que la première fois est assez flippante… Il faut réussir à bien la mettre, s’habituer à la sensation, et maintenir une hygiène irréprochable. Libre de mes mouvements, aucune inquiétude sur quelconque débordement ni odeur… Je finis presque par aimer cette période de règles ! Je reste cependant sceptique quant à la garantie d’hygiène : cela n’est jamais rassurant d’insérer un corps étranger artificiel dans son vagin… Mais je reste grandement satisfaite pour le moment car c’est un choix qui mène à une économie financière incroyable, une invention de génie pour ma part ! »

Et vous ? Plutôt team #Cup ou team #CulotteMenstruelle ?

Si vous ne pouvez pas choisir, sachez qu’il existe des tampons et des serviettes hygiéniques bio. La promesse : des produits hypoallergéniques, sans plastique, sans chlore, sans glyphosate ou autres pesticides ! Comptez entre 17 et 20 euros pour une serviette hygiénique lavable, garantie pour 200 cycles de lavage par la marque Jho !

#battle #Culotte menstruelle #cup #femme #menstruations #règles
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser