nana

La nana du mois de juin : Céline Maury, au métier qui fait rêver nos mecs

Ecrit par Marie TERRY
le 25 juin 2011

Elle est costumière au Crazy Horse à Paris. Et comme c’est le mois de la fête des pères, on a pensé faire plaisir à nos hommes pour « la nana du mois » ! Bon, faut dire qu’elle nous a aussi plu à nous par sa gentillesse et sa disponibilité. Elle nous a reçues dans son antre […]

Elle est costumière au Crazy Horse à Paris.

Et comme c’est le mois de la fête des pères, on a pensé faire plaisir à nos hommes pour « la nana du mois » ! Bon, faut dire qu’elle nous a aussi plu à nous par sa gentillesse et sa disponibilité.

Elle nous a reçues dans son antre au Crazy Horse, un havre rouge passion style boudoir, cosy et intime.

Costumière, Habilleuse… Un métier qui prend tout son sens au Crazy Horse ! Car même si les danseuses ne sont pas très vêtues, et sont habillées surtout d’un habit de lumière, elles attirent aussi les regards grâce à leurs costumes emprunts de sensualité, démentiels et originaux.

Céline Maury

Ainsi, on a voulu en savoir un peu plus sur le Crazy Horse, sur elle et son métier.

Le Crazy Horse, c’est avant tout une famille de 18 danseuses à Paris (10 en tournée) avec un chiffre de 11 danseuses sur scène, qui mesurent toutes 1m68 (ici pas de grandes tailles comme chez les mannequins ou les danseuses du Lido).

Pourquoi ? Tout simplement par rapport à la scène, un lieu étroit et pas haut, nous dit-elle.

Certes, il faut donc une taille Crazy Horse mais surtout une cambrure Crazy Horse. Une « fameuse cambrure Crazy Horse »qu’elles intègrent rapidement après quelques semaines à travailler dans ce ballet pas comme les autres. 

Le travail de Céline (entre autres), c’est de respecter les mesures de chacune, de chaque cambrure, d’évoluer avec celle-ci, afin que le vêtement fasse qu’un avec la danseuse. Des détails qui ont tous leur importance, rajoute Céline.

Concrètement, ce sont les stylistes qui dessinent les costumes en maquette, et qui imaginent les shows. C’est le travail des directeurs artistiques comme Ali Madhavi, Alexandre Vauthier

Ali Madhavi est le Directeur artistique du Crazy Horse et signe avec Philippe Découflé la revue « Désirs » à l’affiche depuis septembre 2009.

Alexandre Vauthier a signé quant à lui les costumes et le stylisme de la dernière création « Take my Love » présentée pour la première fois le 16 mai au Festival de Cannes lors d’un mini show « Crazy Daimonds » pour la célèbre fête cannoise des bijoux Chopard (pour le show, Christian Louboutin se mettait aux pieds de ces dames en les chaussant). Petite indiscrétion : le beau Jude Law est venu applaudir ces sublimes danseuses.

Ce mini show lance aussi les festivités du soixantième anniversaire du cabaret. Oui, le Crazy Horse est né en 1951 grâce à Monsieur Bernardin. Et depuis 2006, des guest stars viennent fouler la scène du cabaret en talons. La première a été Dita Von Tesse en 2006 puis se sont succédées Arielle Dombasle, Clotilde Coureau

Une perpétuelle ébullition, de nouveaux numéros en projet, le Crazy Horse est  toujours dans la mouvance de LA création avec de nouveaux shows,de nouveaux costumes.

Les stylistes dessinent les maquettes mais elles doivent prendre forme. « Il faut les mettre en volume », comme le dit joliment Céline.

Après le côté créa, viennent ensuite les essayages et Céline rajoutera le petit détail qu’il faudra pour rendre le costume adéquat avec les exigences de la danse, du show. C’est cela la tâche d’une costumière entre autres. Elle tient le fameux cahier des retouches lors des essayages faits tous les jours quand la troupe est  à Paris.

Elle gère les voyages des costumes qui partent aussi en tournée : ne rien oublier, vérifier que les costumes arrivent en bon état, un petit coup de fer dans une main de velours, une main de couturière

Lyonnaise, diplômée de l’école des métiers d’Arts, une passion depuis toute petite, Céline parcourt le monde engagée par le Club Med pour régir les spectacles. Elle endosse tous les rôles comme souvent au Club Med, dessine et coud les costumes, met en scène, danse même dans les spectacles. Et cela lui plait. Une bonne école le Club Med !

Après 6 ans, elle quitte le Club et entre en stage comme petite main au Crazy Horse, une chance, un hasard… Et maintenant, elle est engagée à part entière, une costumière en titre au sein d’une équipe de 4 personnes.

Elle renoue avec les voyages dans les tournées qui font l’actualité récente du Crazy Horse. Ce mois de juin, la troupe est à Beyrouth.

Il faut recréer l’univers du Crazy Horse Paris quand ils sont à l’étranger. Céline gère « la famille« , surtout dans les tournées où l’on partage le quotidien, le travail et l’après-travail… Elle aide pendant les shows, les changements de tableaux, une petite retouche coiffure, un raccord maquillage… Mais surtout elle rassure, c’est elle le soutien moral de la troupe.

Voyager, découvrir, rencontrer des personnes, c’est ce qui fait vibrer Céline.Pas de vie de famille en vue mais pas en demande pour l’instant.

Du haut de ses 32 ans, elle aime cette vie. Et quand elle ne travaille pas, elle voyage encore et encore.

Prochain voyage ? « L’Inde, sac à dos. Depuis mes 22 ans, je voyage sac à dos et découvre de nouveaux horizons. Et je voyage aussi à travers la cuisine… Elle est gourmande Céline, et elle adore la cuisine thaïlandaise. Elle aime le sucré, mais ça ne se voit pas…

Du sport pendant l’année ? Danse classique, modern Jazz, jogging et en tournée je profite des cours de Pilates ou de yoga donnés par les danseuses qui peuvent aussi être professeurs de yoga…

Mer ou Montagne ? Mer avec des vagues, plutôt l’Atlantique ou randonnées et visite des villages, des villes.

Dans votre valise ? ( à la veille des mois d’été) Des robes légères, pourquoi pas une robe été de Manoush avec des ballerines. Céline est grande et abhorre le look cool petite robe / ballerines.

Vos gestes beauté ? Jamais de fond de teint, je me maquille les yeux, c’est tout.Céline a un teint naturel, frais sublime.

Et pour vous, vous cousez ? J’arpente les vides greniers et redonne vie à de vieux vêtements que je chine. J’ai créé la robe de mariée de ma cousine mais je ne le referai pas. C’était trop dur…

Comment avez-vous trouvé la robe de Kate ? (cette question s’imposait)Très jolie, le bon choix.

Nous aussi on a fait un bon choix avec Céline qui nous parle d’un métier de passion acquis avec un diplôme au hasard d’un stage.

Belle leçon pour nous les nanas qui pensons orientations de rentrée ou stages.

Que diriez-vous aux lectrices de TDN ? Croire en sa bonne étoile, ne jamais lâcher.

A souhaiter à toutes les nanas !
Merci Céline.

 

Par Marie TERRY

#émois #2011 #Céline #costumière #Crazy #de #du #habilleuse #horse #juin #Maury #nana
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser