Cap sur

ENVIE d’une ville au soleil pour flâner, pas loin et pas chère ? Notre idée… SEVILLE

Ecrit par Marie TERRY
le 9 mai 2011

Une destination soleil, Séville, à quelques heures de Paris, qui promet un dépaysement assuré où le mot favori est fiesta, on ne peut que vite y aller lunettes de soleil sur le nez et l'envie de visiter et faire la sieste, et de vivre à l'heure espagnole.

La première raison : SÉVILLE est une « destination soleil » pas loin et pas chère avec la compagnie Transavia.com.

Vous avez envie d’une parenthèse ensoleillée à 2h30 de Paris, profiter d’un week-end ou deux jours pris sur le contingent des RTT, traduisez Jours Heureux sans Travailler, de flâner dans une ville sous le ciel bleu, lézarder aux terrasses des cafés pour siroter votre mojito ou savourer des tapas et plus si affinités en petite robe légère, humer les odeurs des orangers en pleine rue, lever la tête et vous émerveiller des petits cafés bien cachées sur les toits, faire la fête à deux, entre copines, en groupe…

Une destination : SÉVILLE avec la compagnie aérienne française Transavia.com. qui dessert au départ de Paris Orly-Sud et de Nantes cette ville en proposant des Allers à partir de 55 euros (Paris) ou 59 euros (Nantes). Tentant?

Deuxième raison : Promenade culturelle mais bucolique dans une ville chargée d’histoire

Séville est souvent considérée comme la capitale culturelle et artistique de l’Espagne, la capitale d’Andalousie, rien que le mot fait déjà rêver.

A ne zapper sous aucun prétexte : la Cathédrale et l’Alcazar. L’ensemble architectural formé par la cathédrale, l’Alcazar et les Archives des Indes inscrit au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO est l’emblème de la ville. En visitant, l’Alcazar, vous êtes au milieu de palais aux richesses ornementales somptueuses, les mosaïques, stucs, azulejos n’auront plus aucun mystère pour vous. Vous humez les délicates odeurs des orangers dans les patios des palais, dans les jardins en fleurs…

jardins de l'Alcazar

Petite info culturelle de TDN : Savez-vous pourquoi les arbres ou arbustes sont plantés en contrebas ? Pour que l’odeur soit à hauteur de votre nez…
Le raffinement des héritages arabes.

A visiter aussi : Le quartier de Santa Cruz et ses murs peints à la chaux dans lequel se dresse un temple gothique construit sur la grande mosquée almohade et encore, et encore…

Troisième raison : La Fête en Espagne qui se dit… la Fiesta ! Olé !

Primero, SÉVILLE est une ville très jeune, estudiantine (beaucoup d’Erasmus, d’écoles, 4ème ville d’Espagne quand même). Secundo : Les espagnols, en général, aiment faite la fête et se coucher tard. Tercer : Quand il fait beau et chaud…, on a encore plus envie de faire la fête et de profiter des soirées chaudes.

Vous mixez tout cela, vous obtenez des bars pleins mais surtout des places, des rues dans le centre ville où se côtoie une foule jeune, un verre à la main et cela a un nom : La botellona.

Cette tradition bien implantée parmi les jeunes dont les moyens ne permettent pas de consommer dans les débits de boissons, consiste à acheter au supermarché des bouteilles d’alcool, pour les consommer ensuite en pleine rue, lors d’un botellón, regroupement spontané et improvisé, pouvant réunir au même endroit de quelques individus à plusieurs centaines de personnes.

TDN a surtout repéré la Plaza del Salvador, il y a tellement de monde qu’un bourdonnement s’élève digne d’abeilles mais d’autres  lieux  sont  aussi très fréquentés :
Triana, et notamment la Calle Betis, au bord du Guadalquivir
La Plaza de la Alfalfa et ses alentours : secteur où s’agglutinent les noctambules
El Arenal, pour ses boîtes de nuit
La Alameda de Hércules

place del Salvadore la nuit Seville

La place Salvadore commence à se remplir.
En été : les abords du Parc María Luisa, où abondent les boîtes de nuit en plein air.

Le gouvernement autonome, à l’instar d’autres communautés autonomes, a toutefois décidé en 2006 de réglementer la tenue des botellones, pour limiter la gêne occasionnée au voisinage, et promouvoir la lutte contre l’alcoolisme. Les municipalités sont depuis lors autorisées à prohiber la tenue de botellones sur la voie publique, et à mettre en place des enceintes à ciel ouvert spécialement affectés à cet usage : les botellódromes, qui connaissent désormais une affluence imposante.

Les plus fortunés vont dans les bars (prix des consommations comme en France) où se produisent souvent des chanteurs de Flamenco. Un before boite car les boites ouvrent tard… les jeunes viennent vers 3h / 4h du mat. On comprend les siestes !
Boire (pas trop) mais surtout… Dégustez les tapas. Vous connaissez , encore mieux là bas.

 

Quatrième raison : le Flamenco

Et ses beaux danseurs, des hidalgos au regard ténébreux… qui ne dansent que pour vous  !!! Incontournable, le Musée du Flamenco est le haut lieu des spectacles académiques, bien rodés. A visiter. Il y a tout un étage qui présente, de façon interactive, le flamenco, ce qui permet une découverte de celui-ci par chacun et à son propre rythme. Il propose même des stages.

spectacle danse flamenco

www.espagne-facile.com
www.museoflamenco.com

Cinquième raison : le shopping

Vous connaissez évidemment les marques espagnoles ZARA, MANGO
On a les mêmes en France, rien de plus mais quelques articles peuvent être nouveaux et surtout moins chers.

Vous pouvez aller dans le grand magasin espagnol Corte Inglese.
Vous trouverez la marque SFERA, une marque espagnole qui ressemble à ZARA, même positionnement mais que vous n’avez pas en France. Un peu d’exclu, cool.

Petite info TDN : ne loupez pas l’étage des robes de Flamenco et des éventails.
La tendance color block est bien représentée.

Idée TDN : à défaut d’une robe flamenco, un peu trop marquée, optez pour les chaussures des danseuses, petites brides, moyen talons (5cm) semelle bois et petits pois. Très tendance.

Et si vous voulez trouver THE costume ou THE robe pour vos petits bouts ou ceux de vos copines… Foncez ! Les espagnols aiment endimancher les petits garçons dans des costumes marins et les petites filles dans des robes très chargées, dentelles et meringues (un peu) car pour les fêtes religieuses (les Sévillans sont très pratiquants, 64 processions dans la ville pendant la semaine sainte), tout le monde s’habille.

Astuce TDN : vous trouverez des tenues pour les enfants du cortège si vous vous mariez.

Les boutiques sont au centre de Séville, bien regroupées, faciles à trouver vers la Plazza Del Salvador.Vous trouverez des robes plus « habillées » que chez nous même dans des boutiques de prêt-à-porter. Mais attention, les boutiques ferment de 12/13h à 16/17h, sieste oblige.

Voilà un petit aperçu des tentations de Séville mais je suis sûre que vous aurez plein d’autres raisons pour y aller.

Évidemment, vous approfondissez la langue espagnole ou l’anglais.

Une dernière raison carrément TDN :
Trouver un lieu pour se marier.

Certains couples n’hésitent pas à quitter la France pour trouver un lieu de mariage moins cher en Espagne et Séville est l’une des villes les plus
en vue pour ces « expatriations de fêtes de mariage » (30% d’économie sur un budget).

 

TDN vous a décidé à partir et vous avez besoin…

d’un vol :

Avec la compagnie transavia.com

Cet été (du 1er avril au 31 octobre), la compagnie aérienne française Transavia.com dessert Séville au départ de Paris Orly-Sud et de Nantes.

Au départ de Paris Orly-Sud, Transavia.com propose des vols quotidiens les lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi et dimanche. Le vol aller simple Paris Orly-Sud/Séville est affiché à partir de 55 euros TTC. Au départ de Nantes, transavia.com propose un vol par semaine le samedi. Le vol aller simple Nantes/Séville est affiché à partir de 59 euros TTC.

Les passagers peuvent effectuer leur réservation sur le site internet de la compagnie www.transavia.com ou auprès du centre d’appel au 0892 058 888 (0,34€/min).
et regardez souvent, il y a des promos!

Quand vous Arrivez à l’aéroport de San Pablo, des bus vous emmènent au centre. Il y a aussi les taxis. La taxe unique pour la liaison aéroport-ville (quel que soit l’endroit) est de 18 euros (Tarif 1) à une vingtaine d’euros (Tarif 2). Idem dans l’autre sens.

Besoin d’un hôtel :

l’hôtel EME
Situation au top, en face de la cathédrale.
Si les chambres sont hors de votre budget, allez juste boire un verre sur la terrasse en haut pour la vue. (à partir de 16h)
www.emecatedralhotel.com

Un bon plan TDN : privilégiez des appartements et plus vous serez nombreux, moins cela sera cher.
www.apartamentosmurillo.com

Besoin d’un resto ?
Taberna del Alabarder
Un lieu un peu hors du temps mais bon plan, car à midi (à 14h plutôt), les élèves de l’école hôtelière peuvent proposer un dej super bon à 15 euros dans le patio
central.
www.tabernadelalabardero.es

Besoin d’un lieu magique, d’exception ?
Pour prendre un verre dans un très bel endroit (et plus si affinités car on peut aussi y dormir et déjeuner ou dîner), allez à l’Hôtel Alfonso XIII, comme un ancien palais.

Besoin d’un  lieu before pour boire un verre et écouter du flamenco ?
La Carbonaria
Ce fameux bar « La Carbonaria » ouvre ses portes à l’heure espagnole (22h voir 23h) pour offrir une ambiance Flamenco comme jamais.

Besoin d’une adresse d’une bodega typique ?
Belmonte
www.tapearensevilla.com

 

Mais fiez vous aussi à vos envies et donnez nous VOS idées.

Et à vous de découvrir SÉVILLE comme vous le voulez.

Conseil TDN : Faites l’investissement d’un petit guide pour les lieux à visiter, les adresses. Un sympa (entre autres)  un grand WE à Séville (hachette). Et n’hésitez pas à aller sur les blogs spécialisés, les  forums de voyageurs et les bonnes adresses que d’étudiants Erasmus donneraient.

Un regret TDN : ne pas avoir fait la lumière sur une histoire de coucherie entre Christophe Colomb (dont vous verrez 150g !) et la reine d’ Espagne. Je compte sur vous.

Bon trip !

 

 

 

#astuces #bon #espagne #flamenco #musée #plan #SEVILLE #transavia #voyages #we
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser