beauté

Enquête sur le Roaccutane

Ecrit par Justine Andanson
le 1 octobre 2008

Pour beaucoup, il est LE traitement anti-acné. Pour d’autres, il est synonyme d’angoisse, de traitement de cheval à ne prendre sous aucun prétexte tellement les effets indésirables sont nombreux. Afin d’y voir plus clair, TrucdeNana a réalisé une enquête basée sur une dermatologue et des témoignages. Le Roaccutane, la solution pour une vie meilleure ou […]

Pour beaucoup, il est LE traitement anti-acné. Pour d’autres, il est synonyme d’angoisse, de traitement de cheval à ne prendre sous aucun prétexte tellement les effets indésirables sont nombreux. Afin d’y voir plus clair, TrucdeNana a réalisé une enquête basée sur une dermatologue et des témoignages. Le Roaccutane, la solution pour une vie meilleure ou un véritable enfer ? A vous de juger !
Le Roaccutane traite l’acné sévère. Il est aussi efficace que difficile à supporter. Dans 80% des cas, l’acné s’en va et ne revient jamais. Et si le traitement ne dure que quelques mois (de six mois à un an), les effets secondaires peuvent être très gênants. Entre autre, la peau s’assèche, les lèvres se gercent, les larmes aussi. Il y a d’autres effets encore plus graves, comme les saignements de nez,et les problèmes rénaux.
« J’ai eu tous les effets secondaires possibles et imaginables qui sont écris sur la notice du Roaccutane ! Saignements de nez à répétition, la peau qui partait en lambeaux, des problèmes rénaux, l’augmentation du cholestérol,… Une fois, je suis allée en boite, et j’ai eu le malheur de prendre un verre d’alcool. Cinq minutes plus tard, j’étais violette et je voyais tout qui tournait. Moi qui étais inscrite dans une salle de fitness, j’ai été obligée d’arrêter le sport car le moindre effort physique m’était insupportable et je rougissait, je transpirais et je m’épuisais très facilement. Le dermatologue m’a obligé d’arrêter le traitement parce que j’avais trop d’effets gênants. Je n’ai pu suivre le traitement que pendant 4 mois mais cela m’a suffit pour ne plus avoir le moindre bouton », Raphaëlle, 25 ans.

« Personnellement, je n’ai pas trop eu d’effets indésirables. Certes, ma peau s’est asséchée et j’appliquais de la crème hydratante plusieurs fois par jour mais sinon j’ai très bien supporté le traitement. Je le conseille vraiment à toutes les personnes qui souffrent d’acné, parce que le Roaccutane a vraiment changé ma vie ! Je ne pouvais plus me mettre de décolleté car j’avais le buste infesté de boutons, mon dos était tellement plein d’acné que je ne pouvais plus dormir sur le dos, cela me faisait trop mal. Et le visage, quel massacre ! Pourtant, je n’avais jamais eu d’acné sévère, mais à mes 17 ans, après un été où je me tartinais le visage d’huile d’olive et de monoï pour bronzer plus vite, j’ai compris ce qu’était la vraie acné. Pas celle du « un bouton par ci par là » mais celle qu’on confond avec la varicelle ! » Gloria, 20 ans.

La femme doit faire vraiment attention à ne pas tomber enceinte car l’enfant naîtrait handicapé ou avec des malformations. De ce fait, elle doit faire une prise de sang tous les mois prouvant qu’elle n’est pas enceinte, et sous les trois jours suivant la prise de sang, elle doit aller chez son dermatologue pour qu’il lui re-prescrive Roaccutane pour le mois. A la pharmacie, sans l’ordonnance du médecin qui garanti que le test de grossesse est négatif et sans la prise d’une pilule contraceptive, les médicaments ne peuvent pas être donnés.
« Je dois refaire une cure de Roaccutane, la première avait très bien marché mais quatre ans plus tard, l’acné est revenu, beaucoup moins sévèrement. Je voulais que ma dermato me remette sous Roaccutane mais elle m’a dit que je dois d’abord prendre la pilule à partir d’un mois avant le début du traitement. Résultat : je dois encore rester avec un acné juvénile alors que j’ai 22 ans, et que j’aurai pu l’enrayer en moins d’un mois. Je dois attendre la prise d’une plaquette pour recommencer, sans parler des tests de grossesses et de l’achat d’une autre plaquette de pilule », Sofia 22 ans.

Comme l’explique Sofia, l’acné peut parfois partir pendant quelques années, et revenir par la suite. Si on en croit les forums sur internet, on pourrait avoir des effets indésirables pendant la deuxième cure que l’on n’a pas eu lors de la première. Le docteur Roux explique le contraire : « Il n’y a aucune raison pour qu’on ait des effets gênants pendant la deuxième cure si la première s’est bien passée. Ce deuxième traitement est parfois nécessaire pour enrayer définitivement l’acné et même s’il peut arriver qu’on ait une légère poussée au début du traitement, cela est très rare. Et puis il faut savoir qu’avec le Roaccutane, les boutons sèchent très vite. »
La peau est affaiblie, asséchée, et de ce fait, il ne faut pas appliquer de crème anti acné pendant le traitement, sinon la peau serait trop agressée. On privilégie l’hydratation sous toutes ses formes : on boit beaucoup d’eau, on applique régulièrement pendant la journée une bonne crème hydratante voire lubrifiante, on ne lésine pas sur les larmes artificielles et le baume à lèvres.

En gros, chaque personne réagit différemment au Roaccutane. Ce n’est pas parce que Gertrude aura eu tous les effets secondaires qu’il faut bannir le Roaccutane et ce n’est pas parce que Marie-Andrée aura bien vécu son traitement que vous n’aurez pas une peau de lézard. Le test en vaut peut-être le coup, vous pourrez toujours l’arrêter à temps si problème il y a. A voir avec votre dermato …
Toutefois, si vous rencontrez des problèmes graves tels que des maux au foie ou des états dépressifs ou de tristesse, arrêtez-le immédiatement.
Car là, les boutons n’en valent pas le coup …

Par Sonia Carrère

#acné #beauté #boutons #Curacne #dermatologue #peau #Roaccutane #roacutan #ruaccutane #ruacutan #traitement #visage
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser