mariage

Comment j’ai su que c’était le bon ?

Ecrit par Justine Andanson
le 30 novembre 2010

Il se met à genou, sort un écrin de sa poche, et prononce les fameux « Veux-tu m’épouser ? » qu’on attend depuis des mois, voire des années. Sur l’excitation, l’amour, et la passion, on hurle un grand « OUIIII ». Sauf que quand on n’arrive pas à dormir, on cogite. Et si ce n’était pas le bon ? Et si dans un an, je rencontre un mec encore plus parfait que lui ? Comment savoir si, finalement, c’est lui, le bon ? Témoignage de nanas qui sont passées par là et qui nous racontent comment elles, elles ont su…

« J’ai utilisé le temps pour savoir si c’était lui, l’homme de ma vie. Selon moi, rien de tel que le temps pour savoir s’il est sincère. J’ai attendu cinq ans avant de me marier. Je voulais être sûre, ne pas me marier pour divorcer ! Alors j’ai voulu le connaître par cœur, pour savoir ce qu’il avait dans la tête, si on pouvait être compatibles. De jour en jour, je me rendais compte qu’il ne jouait pas. Quand on a des relations, on veut toujours croire que c’est le bon mais au final, celui qu’on prenait pour un prince charmant change, et montre son vrai visage une fois qu’il nous prend pour acquise. Le bon, lui, ne change pas. Il n’a pas changé… Et cela fait 28 ans que nous sommes ensemble. » Sylvie, 46 ans

« J’ai connu mon mari sur le net. Au début, on s’est beaucoup parlé par téléphone. Je lui posais beaucoup de questions. Je me suis vraiment attachée à lui ; Dans mon cœur, il y a quelque chose qui me disait que c’était lui, je le ressentais. Pourtant, avant lui, je suis restée cinq ans avec un homme, sans ressentir cela. Je savais au fond de moi que je n’allais pas faire ma vie avec lui, même si je l’aimais. Par contre, avec mon mari, il ne m’a pas fallu cinq ans. Nous nous sommes mariés deux mois après notre rencontre ! » Latifa, 26 ans.

« Quand il m’a vue pour la première fois, il m’a raconté qu’il s’est dit « ça sera ma femme ». On s’est connu environ un mois et demi après. Je me suis bien entendu avec lui. Pendant trois ans, nous sommes sortis ensemble, mais les six premiers mois, je ne l’ai pas laissé m’embrasser. Je suis quelqu’un de sérieux, et je voulais qu’il me prouve qu’il l’était aussi. Alors je lui ai dis d’aller demander ma main à mes parents.  Il ne pouvait pas, parce qu’il n’avait pas de situation. Je voulais voir s’il ne s’amusait pas. On s’est séparé une ou deux fois. Je me suis rendue compte que je ne pouvais pas vivre sans lui. Nous sommes mariés depuis huit ans et nous avons deux enfants. On dit que le temps fait faner l’amour, mais au contraire, pour nous, il le renforce. Mon mari il est parfait, on se ressemble sauf que je suis une femme et qu’il est un homme ! »Nadia, 31 ans.

« Avant, j’avais pour habitude d’enchainer les aventures. Je ne voulais pas me caser, je préférais m’amuser. Un jour, j’ai rencontré Fabien, et tout a changé. Je ne me lassais pas de lui, contrairement aux autres et c’est ce qui m’a fait comprendre que c’était lui, le bon. Ça me faisait peur au début, parce que je ne me reconnaissais pas. Moi qui allais d’un mec à l’autre et qui les comptais avec mes copines, je n’avais envie que d’être avec lui. Au fur et à mesure, ça devenait de plus en plus sérieux…Et je ne regrette pas ! On vit ensemble depuis quelques années, et on s’est pacsé cet été. » Audrey, 23 ans.

« J’avais 45 ans quand je l’ai connu. J’avais déjà eu une fille, quand j’avais la vingtaine, et le père s’est barré pendant ma grossesse. Je m’étais mise en tête que je finirai seule, après avoir passé des années et des années à chercher l’amour. Et puis un jour, je suis partie en Tunisie pour passer des vacances, et pour une fois, sans penser une seconde à rencontrer l’amour. Il est Tunisien, et quand je l’ai connu, tout s’est passé très vite. Il m’a rapidement présentée à sa famille, et on s’est marié. Il est venu vivre avec moi en France. Et depuis c’est l’amour fou. J’ai su que c’était l’homme de ma vie parce que tout était différent de ce que j’avais vécu auparavant. L’amour était fort, très fort, et il l’est toujours. Je ne me suis pas posé plus de questions que cela. » Claude, 51 ans.

Alors les nénettes, ne vous en faites pas et allumez le radar de votre instinct féminin, ça marche à tous les coups ! Attention, on n’a pas dit le radar amoureux, parce que celui là, il trompe à tous les coups. On peut aimer quelqu’un à la folie, sans qu’il ne soit fait vraiment pour nous…

Par Sonia Carrère

#aimer #bonheur #engagement #garçons #mariage #psychologie #rouge-à-lévres #séduction
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser