choix

Céder à la tentation… et après ?

Ecrit par Justine Andanson
le 8 avril 2013

Heureuse en couple, peut être même un joli bambin fruit de ce bel amour, épanouie, aimante et aimée, et pourtant, tapi dans l’ombre, se cache loin loin là-bas (si si regardez bien !), notre petit diablotin de mauvaise conscience, côté obscur de la force. Vous allez peut être rejoindre ce soir votre bien-aimé, yeux dans les yeux, main dans la main, la bouche en cœur … et ne cesser néanmoins de penser à l’officieux avec qui vous allez peut être bientôt céder à l’effroyable tentation. Oui mais après ?

Et oui, aussi joli soit le tableau de notre vie amoureuse (car non, au risque de mettre très mal à l’aise certaines d’entre vous, ce n’est malheureusement pas QUE quand notre couple bat de l’aile que la tentation peut poindre le bout de son nez), nous avons toutes eu dans notre vie à faire le choix de passer (ou pas) le cap de l’interdit. Excitation du fruit défendu, prémisses d’une nouvelle vie, fantasme enfin assouvi, les raisons qui nous poussent à franchir le pas sont nombreuses. On déteste parler de ce sujet, encore moins se l’avouer, ou prendre le risque de se le faire reprocher, mais nous sommes forcément à un moment ou un autre soumis à ce dilemme : suis-je prête à rompre le saint pacte de la fidélité ou pas ?

A ce stade de la démonstration, il est de notre devoir de préciser qu’il n’y a évidemment aucun jugement de valeur dans cet article, chacune d’entre nous a ses propres règles, ses limites, ses principes, en revanche, ce que nous avons en commun, en tant qu’adultes mûres et responsables, c’est le principe de « conséquence de nos actes ». Flirter, céder, tromper, certes. Mais n’oubliez jamais que chaque décision que nous prenons implique d’autres personnes. Des vies sont imbriquées, des liens seront noués, des cœurs seront brisés. Céder c’est laisser le cœur/corps prendre le dessus sur la raison et aussi enivrant la sensation puisse-t-elle être, il faudra assumer et gérer, une fois notre faim assouvi, le goût amer de la culpabilité.

Le film « After » de Géraldine Maillet récemment vu sur vos écrans avec dans les rôles principaux Julie Gayet, Raphaël Personnaz, dépeint de manière très subtil et fine cette sensation brumeuse d’entre deux eaux où deux êtres (l’un libre, l’autre marié) se rencontrent, sont attirés l'un vers l'autre, mais hésitent…une nuit entière à se chercher, à être aimantés et rejetés, à fuir, à revenir.

Le désir, puissant et omniscient les attire l’un vers l’autre, sans que rien ne se passe (ou presque). Sans dévoiler la fin (pour celles qui voudraient le voir), tout le sujet du film est bel et bien dans le questionnement des conséquences de nos actes « impulsifs ». Cette rencontre est-elle une simple rencontre furtive, une parenthèse enchantée, un détonateur qui changera notre vie à tout jamais ? Le spectateur en sort dubitatif et un peu mal à l’aise avec la fameuse phrase en tête « Qu’aurions-nous fait à sa place ? »

Il est évident que les tentations sont parfois fortes et irrésistibles, la SEULE question à se poser et de savoir si on a les « épaules » et la force de gérer les conséquences de nos actes, et d’essayer autant que faire se peut d’impliquer le moins de personnes possibles dans cette décision que nous devrons seules, face à notre conscience, assumer, en protégeant les personnes que l’on aime…

Par Mam’zelle SOU

Retrouvez tous les articles et billets d’humeur de Mam’zelle SOU sur www.mamzelle-sou.com

#aimer #amour #amoureux #choix #décision #fashion #fidéle #fidélité #infidélité #infidèle #pardon #pardonner #séduction #tentation #tenter
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser