Noël

Celles et ceux qui fêtent Noël autrement ou plus du tout…

Ecrit par Justine Andanson
le 27 décembre 2013

Après le 24 et le 25 décembre, TDN s’interroge sur une question hautement philosophique et qui nous turlupine, 6.5 milliards de terriens sur 7.5 fêtent Noel, mais que font les autres ? A travers une analyse des mœurs et des témoignages nous y répondrons. Pour écrire cet article, à quelques jours des fêtes, nous avons eu le plaisir de recueillir de nombreux témoignages sur celles et ceux qui ne fêtent pas ou plus Noël, ou qui célèbrent cette période autrement.

La raison qui arrive en tête est la religion. N'ayant pas les mêmes convictions religieuses, ni les mêmes traditions, la « nativité » n’est pas célèbrée.

Pour autant, cela ne signifie pas que seuls les catholiques fêtent Noël, certains célèbrent ce jour en s’inspirant de leurs voisins, d’autres vivent le réveillon, comme une routine plus qu'une tradition.

Ensuite vient la raison n°2, « nous célébrons Noël en été c’est plus simple, car toute la famille est très éloignée géographiquement ».

Puis 3ème raison, suite à la disparation d’un proche dans la famille ou d’une grande dispute, « ce n’est plus pareil alors on fait autrement ».

Enfin, nous avons les Noëlophobes, ceux pour qui les guirlandes et les montagnes de cadeaux provoquent une allergie immédiate. Ceux-là considèrent Noël comme « has been » et inutile.

En dernier lieu, les personnes seules qui n’ayant pas de famille ou d’invitations, ne fêtent pas Noël et en profitent pour passer une soirée à la cool, mater un film, voir des potes… ou donnent généreusement de leur temps à diverses associations.

Le premier témoignage, est celui de Florence (Bordeaux, 19 ans) et de sa sœur Anne (21 ans). « Nos parents habitent en Martinique, alors nous célébrons Noel en famille au mois d’aout sur la plage c’est magnifique. Le soir, ma sœur et moi faisons une grande balade en ville, les rues sont vides, on s’amuse à prendre des photos. De retour à la maison, on prépare des pâtisseries (beignets, crêpes, moelleux au chocolat), on discute et on rigole. Et nous partageons un grand moment : le dvd du « Père Noël est une ordure », on ne s’en lasse pas ! »

Lucile et son boyfriend Armand (Paris, 21 et 23 ans). « Nous sommes ensembles depuis 2 ans, nos familles ne célèbrent pas vraiment Noël, nous avions envie d’autre chose. Alors cette année, nous avons économisé et nous partons à Venise faire un tour de gondole en amoureux. Le soir de Noel nous improviserons, un restaurant, une promenade… mais pas de planning ! »

Claire et Paula ( 24 et 25 ans). « Nous sommes meilleurs amies depuis le primaire, et cette année avec l’accord de nos familles respectives, nous avons eu envie de vivre Noël autrement. Depuis 8 mois, nous avons prévu notre voyage du 23 décembre au 2 janvier, nous partons en Floride. Nous logerons dans une famille d’accueil cubaine installé à Miami depuis plus de 20 ans et le soir de Noel ce sera soirée salsa, ola chica ! Nous sommes ravies. »

Nous avons également rencontré un groupe d’amis de 18 à 26 ans qui ne fêtant pas Noël, consacre généreusement le soir du 24 décembre aux plus démunis. Ainsi ce soir-là ils leur apportent un peu d’amour et un bon repas chaud.

Dans la famille de Mirabelle et son frère Maxence (20 et 23 ans), on ne fête plus Noël depuis la triste disparition de leur grand-mère il y a quelques années. Alors ils ont mis en place un réveillon personnalisé, la «  world friends party ». « Nous avons choisis un continent tous ensemble, famille, amis, voisins…  Bref tous les gens sympas qui veulent se joindre à nous. Cette année, le continent c’est l’Asie alors chacun se met aux fourneaux et prépare une recette. On se retrouve tous pour les dégustations et après on fait un jeu tous ensemble. On fait des mimes, des dessins… et on passe tous une super soirée avec beaucoup de joie et de rire. »

Lors de mes interviews, de nombreuses personnes sans famille ou simplement ayant la nostalgie de Noël partagent la Noëlphobie et ont décidé de se réunir. Souvent chez celui qui a l’appart le plus grand. En avant la raclette géante, jeux de société et les grandes discussions à refaire le monde. Les occupations sont donc diverses et variées, certains iront au cinéma profiter des salles vides savourer leur pop-corn étalés sur 2 sièges sans gêner personne, d’autres se porteront bénévoles pour passer du temps avec les gens les plus malheureux.

De grands généreux se rendent même dans des orphelinats et distribuent des cadeaux tout en passant une super soirée avec les enfants à faire les clowns. Une autre idée plutôt rigolote celle de 2 copines qui ont décidé de faire tout Paris à vélo, car les rues seront désertes ! Chacun vit le soir du 24 décembre à sa façon, le principal étant de se faire plaisir.

Pour celles et ceux qui ne savent pas quoi faire l'année prochaine, un conseil TDN : adopter les aliments « doudous », bonbons, chocolats, bref tout ce qui peut vous faire passer un bon moment et vous réconforter. A adopter aussi ce soir-là, la calinothérapie, faites des câlins !  Offrez un bon vrai « hug » aux gens que vous aimez, vous m’en direz des nouvelles.

Et puis vous voulez que je vous dise, au moment où j’écris cet article, j’ai un super défi à relever, préparer un foie gras maison pour le Nouvel An et ce n’est pas une mince affaire alors je cours remettre mon tablier.

Encore joyeux noël à toutes les lectrices de TDN ! J'espère que celles qui ont célèbré ce moment, ont été gâtées et chouchoutées !

Par Audrey Bensoussan

#24 décembre #25 décembre #amis #amitié #association #célèbrer #fêtes #famille #joie #malheureux #nativité #Noël #pauvres #réveillon #religion #seule #solitude
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser