Question psy

Comment vivre au mieux ce confinement Parents/ Enfants

Ecrit par Rodolphe Oppenheimer
le 27 mars 2020

En cette période plus troublée, beaucoup de parents se demandent comment ils vont tenir devant leurs enfants face à ce confinement et tout ce qu'il induit. Plus d'équilibre extérieur, plus d'échappatoire. Un cocon familial devrait être un nid douillet mais comment va t-il évoluer au fil des jours? Des semaines? Un psy décrypte nos questions.

En un mot, comment prévenir le risque numéro 1 du burn-out parental? Il peut se traduire par le risque de craquer, de s’emporter vis à vis des enfants, de ne pas se sentir à la hauteur, de transmettre ses angoisses aux enfants, de ne pas savoir leur expliquer cette crise…

Autant de situations différentes avec ces mêmes questionnements pour tous.

OUI mais Monsieur Rodolphe Oppenheimer donne une réponse avec cette phrase claire:

Quelques minutes plus tard, la raison les rattrape, « c’est compliqué dedans, mais c’est mortel dehors », c’est ce que nous rappellent tous les jours les autorités sanitaires.

On a voulu lui poser quelques questions simples et aller un peu plus dans le concret

En tant que parents, comment appréhender les obligations scolaires?

Rodolphe Oppenheimer:

Les enfants n’ont pas école ou plutôt l’école n’a pas d’enfants, mais ces derniers doivent continuer à apprendre. Les mamans et les papas doivent se substituer aux professeurs eux-mêmes « confinés ». Alors, nous parents nous nous devons d’assumer ce rôle de courroie de transmission du savoir. L’éducation de nos chérubins nous incombe. Avons-nous les bons réflexes de l’apprentissage scolaire ? Que faire quand les combinaisons des âges sont complexes comme : enfants et ados , collégiens et lycéens, au jardin d’enfants ou passant le bac. Il nous faut trouver le juste milieu entre Mary Poppins et Cruella. Autrement dit être craint ou respecté ? Quoi qu’il en soit au boulot les enfants !

Il convient de garder le rythme scolaire, une pause toutes les cinquante minutes pour offrir aux étudiants, jeunes ou moins jeunes, le temps de s’étirer, de respirer, de rire, voire de souffler. Quelques minutes plus tard, il convient de redevenir plus sérieux pour continuer à avancer sur le chemin du savoir et de la connaissance.

Conseil de Trucs De Nana: Quelque soient les situations, instaurer un rythme avec vos enfants et s’y tenir. Ne pas se mettre trop la pression, les parents vivent plus ou moins tous la même chose et cela rassure.

Comment vivre au mieux la promiscuité?

Dans le même temps, il s’agit de s’organiser en prenant en considération la promiscuité qui peut s’installer dans la famille. Au-delà des enfants qui se remettent au travail, un grand nombre de familles doivent trouver leur équilibre dans des appartements pas forcément adaptés à cette situation inédite. Il s’agit pour cela de bien se répartir l’espace papa -maman – enfants. Ce manque d’intimité pour les parents peut conduire à de nouvelles grossesses ou à des séparations. La pièce principale peut-elle être partagée ? La chambre peut-elle faire office de bureau ? Il va s’agir de s’attribuer des heures de travail, comme de détente pour chacun selon un calendrier d’un « savoir vivre ensemble » préparé d’un commun accord, au commencement des journées.

Conseil de Trucs De Nana: Ecrivez ce savoir vivre ensemble et qu’il soit toujours en évidence pour tous. Sur la porte du frigo? (les petits pourront le colorier, chouette, une activité !)

Comment surmonter certaines angoisses ? Et si je n’étais pas à la hauteur ?

Qui devient le capitaine du navire confiné ? Pourquoi ne pas imaginer une codirection où aucun n‘aura l’impression d’être le sujet de l’autre ou pis, son obligé. Si les parents partagent l’autorité parentale dans le cadre des lois régissant les règles du mariage, il peut en être de même, sans être marié, vivant en vase clos, selon les mêmes règles qui supposent que la famille se doit mutuellement, respectfidélitésecours et assistance.

Cette phrase qu’il est commun d’entendre prend en ce temps tout son sens car elle s’applique à chaque instant.

Conseil de Trucs De Nana: Communiquer entre vous, parlez, mettez des mots et cette idée de codirection est à mettre en place; les enfants, même petits, ont souvent des réserves insoupçonnées, des avis intéressants. Ne supportez pas seuls ce poids. Leur comportement peut aider les adultes. L’idée est de veiller les uns sur les autres. Et les enfants peuvent comprendre.

Comment appréhendez les angoisses de l’ Après confinement?

Ce confinement est la conséquence du COVID 19 et en même temps la solution. Cependant, quel monde allons-nous retrouver une fois sortis de notre confinement ?

Cette question est sans doute sur le bout des lèvres de chacun sans pour autant être verbalisée, sans doute par crainte de la réponse ou de sa propre pensée et donc de son avis. Il y a donc une angoisse du confinement, puis une angoisse de l’isolement et une angoisse de l’après. Cette angoisse que vivent les parents peut se faire ressentir dans leurs humeurs, dans leurs réflexes. Nombreux sont ceux qui peuvent s’inquiéter que leurs enfants, que leurs proches perçoivent cette inquiétude aiguë.

Si certains acteurs de la société peuvent conseiller et aider, les enfants doivent être protégés de ces angoisses d’adultes. Ce « confinement » est déjà assez anxiogène pour eux.

Il convient donc d’avoir ce type de discussions avec sa ou son conjoint une fois les enfants couchés et de passer les coups de fil sans eux concernant des sujets qui pourraient leur sembler inquiétants. Lorsque l’enfant n’arrive plus à supporter les couches d’angoisse (qui se rajoutent les unes aux autres), ils peuvent développer des phobies persistantes ou des attaques de panique qui deviennent alors un système de protection face à de angoisses qu’ils font « leurs »,alors qu’ils ne peuvent rien faire pour y remédier, et nous plus rien pour les aider ou pour parfaitement les comprendre.

Conseil de Trucs De Nana: Faites vous confiance en tant que parents sans vouloir être super papa ou super maman. Déléguez, ce qui demande de la souplesse (chambre pas rangée comme vous l’auriez aimé…..pas grave), choisissez les combats qui vous semblent non négociables et lâchez sur d’autres choses. Improvisez et protégez-vous en tant que parents. Car quand les parents ou maman/papa, vont bien….les enfants vont bien. Appelez vos amis, parents pour juste échanger et en parler. Imaginez un code de limite à ne pas franchir, mot, attitude….

Attention, je pète les plombs, tout le monde aux abris !  Testé et approuvé par la rédact 🙂

Et surtout n’allez pas jusqu’au burn-out parental. La famille stricte (et oui les grands parents ou amis ne peuvent plus être présents) doit être encore plus un cocoon, un refuge (cf la première phrase de Rodolphe Oppenheimer), ne le faites pas éclater.

Quelques infos utiles.

Création d’une plate forme d’urgence pour les enfants handicapés avec un numéro: 0805 035 800

SOS Parents : Un numéro de tel pour les parents qui sentent le stress monter: 0471/414 333

Les Editions PlayBac Presse mettent gratuitement leurs quotidiens en ligne pour les 7/17 ans

N’hésitez pas à consulter.

Merci à  Rodolphe Oppenheimer ((Psychothérapeute-Psychanalyste) à Paris d’avoir répondu à nos questions.

www.psy-92.fr

Téléconsultations SKYPE -TEL

Marie TERRY

#angoisses #Confinement #famille #promiscuite #relations parents enfants #travail scolaire
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser