séries

Cachez ces lesbiennes que je ne saurais voir …

Ecrit par Justine Andanson
le 1 juin 2010

Attention, l’article suivant peut être considéré comme politiquement incorrect par les chaînes nationales américaines… Accessoirement, il contient des spoilers sur les saisons 5 de ‘Nip/Tuck’, 1 de ‘Cashmere Mafia’, et 1 de ‘Dirt’L’homosexualité est un thème de mieux en mieux développé dans les séries télévisées du prime time, les chaînes ne craignent plus de montrer […]

Attention, l’article suivant peut être considéré comme politiquement incorrect par les chaînes nationales américaines… Accessoirement, il contient des spoilers sur les saisons 5 de ‘Nip/Tuck’, 1 de ‘Cashmere Mafia’, et 1 de ‘Dirt’
L’homosexualité est un thème de mieux en mieux développé dans les séries télévisées du prime time, les chaînes ne craignent plus de montrer à l’écran des scènes physiques entre deux personnages du même sexe. Toutefois, les shows des networks nationaux restent timides vis-à-vis des lesbiennes, comme si le sujet de l’homosexualité restait tabou pour les femmes.
« Desperate Housewives », « Brothers & Sisters », « Ugly Betty », « Dirty Sexy Money », « How I Met Your Mother »… les personnages masculins homosexuels ne se comptent plus sur les doigts d’une main, dans les séries télévisées américaines. Depuis Steven Carrigton dans ‘Dynastie’, premier personnage gay récurrent de la télévision, et Matt Fielding dans ‘Melrose Place’, premier homosexuel d’un show de prime time, les gays ont réussi à s’imposer de façon très positive. La Gay and Lesbian Alliance against Defamation (GLAAD) récompense chaque année les programmes et acteurs qui offrent aux homosexuels la meilleure visibilité. En la matière, ABC décroche toujours la palme : presque toutes ces séries représentent l’homosexualité et défendent le droit des gays d’une façon ou d’une autre.
Cependant, dans les shows actuellement diffusés en prime time sur un network national, seule une série met en scène une lesbienne : Caitlin dans « Cashmere Mafia ». Mais son histoire et ses scènes n’ont rien de comparable avec celles des personnages masculins … loin de là. La jeune femme se découvre lesbienne par hasard, lorsqu’elle se sent attirée par l’une de ses partenaires de business. Elle se cherche alors et connaît une véritable crise d’identité sexuelle qui la fait vite revenir vers les hommes, comme si elle n’était plus certaine d’être lesbienne.
Quant à l’autre femme avec qui elle entretient une relation homosexuelle, son rôle demeure secondaire et elle quitte la série au bout de quelques épisodes. Les scènes qu’elles ont ensemble sont, en outre, très pudiques, toujours dans des lieux plus ou moins publics, pour ne pas aller trop loin. L’idée même de femmes lesbiennes a-t-elle heurté la sensibilité des Américains ? Ils ont boudé « Cashmere Mafia » dès le début et la série est en voie d’être annulée.
Ce n’est, bien sûr, pas la première fois que des lesbiennes ont droit à quelques secondes du prime time sur les networks nationaux. N’oublions pas le personnage d’Ellen, interprété par Ellen DeGeneres, qui fit son coming-out dans la série en même temps que dans la vie, en 1997. On se souvient aussi en souriant des baisers d’Ally/Ling, Ally/Georgie et Ally/Elaine dans « Ally McBeal », de Carol dans « Friends », la première épouse de Ross, qui l’a quitté pour une femme, ou encore du personnage d’Original Cindy dans « Dark Angel ». Mais on se rappelle aussi que les réalisateurs de « « Friends » n’ont pas montré à l’écran le baiser d’une minute entre Rachel et Monica, qui leur a permis de récupérer leur appartement : « ça valait le coup », pourtant, selon les mots de Joey et Chandler. On aurait également espéré sentir une certaine tension sexuelle entre les personnages de Jamie Summers et de Sarah Corvus, dans la nouvelle version de « Bionic Woman », qui aurait pu donner du piment à l’intrigue, mais à cause de l’annulation rapide de la série et du charisme de calamar de Michelle Ryan, il n’en fut rien. Ce n’était pas faute de compter au casting une icône lesbienne de la télévision, Katee Sackhoff (hétérosexuelle dans la vie).

Pour voir de vrais personnages lesbiens, il faut alors se tourner du côté des chaînes câblées, toutefois là encore, le bilan s’avère décevant. Mis à part dans « The L Word » où la plupart des femmes sont homosexuelles (remarquez, au passage, que le spectateur est prévenu dès le titre de la série à quoi s’attendre) et dans « Buffy contre les Vampires » qui a donné vie au couple de Willow et Tara, culte dans la communauté gay, les shows ne mettent pas en scène de lesbienne de façon régulière. Certains m’opposeront « Xena, la guerrière », dont les deux personnages principaux, Xena et Gabrielle, entretiennent de façon assez évidente une relation homosexuelle : ce qui a rendu leur histoire aussi fascinante, c’est le subtext, autrement dit rien n’a jamais été montré à l’écran que deux baisers, le reste étant sous-entendu, suggéré.

De son côté, « Nip/Tuck » a, certes, défrayé la chronique (une fois de plus) avec les scènes explicites de Portia de Rossi (homosexuelle dans la vie ) et Joely Richardson dans la saison 5, mais Julia est vite revenue dans les bras de Christian. Saluons, tout de même, pour finir, le changement de bord temporaire de Samantha dans « Sex & the City », et le baiser de Lucy Spiller et Tina Harrod dans la première saison de « Dirt »… celui que les fans de « Friends » auraient voulu voir entre Courteney Cox (Monica) et Jennifer Aniston (Rachel).

Alors, les scénaristes des séries restent-ils pudiques au sujet des lesbiennes ou ont-ils peur d’admettre que les hommes ne sont pas indispensables au bonheur des femmes ? La question reste entière… un commentaire, les gars ?

Par Sarah V. des sites [url=http://www.seriesparadise.com]Seriesparadise.com[/url], [url=http://www.bones-online.com]Bones-online.com[/url] et [url=http://www.kateesackhoff.fr]Kateesackhoff.fr[/url]

#culture #Desperate #films #friends #homosexuelles #lesbiennes #séries #télévision
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser