Livre

5 Raisons de lire le livre d’Alessandra Sublet

Ecrit par Marie TERRY
le 28 mai 2013

En pleine actualité de la fête des mères, j'ai choisi 5 raisons de lire le livre d'Alessandra Sublet," t'as le blues Baby, "qui parle avec humour mais sérieusement de cet état de baby blues que connaissent beaucoup de mamans, alors, si ce livre contribuait à la "faites des mamans", et aidait  à passer au nouveau statut de maman avec des rires et des pleurs, il a toute sa place dans cette chronique.TDN l'a lu avec beaucoup d'attention et a trouvé 5 bonnes raisons de le lire autres que parler du baby blues qui est à elle seule, déjà, une TRES bonne raison.

1er raison: Alessandra Sublet est dans l’actualité et TDN suit les news

L’AS du petit écran, facile, Alessandra Sublet anime avec brio et humour l’émission diffusée quotidiennement sur France 5, C à vous MAIS elle a décidé d’arrêter fin juin « pour de nouveaux projets sur le service public ». Elle l’a elle même annoncé dans sa propre émission au mois de mai rétablissant sa légitimité, c’est à elle à le dire et non aux journaux people qu’elle avait parodiés dans un « Allo, depuis quand la presse people donne des infos? »TDN a aussi quelques idées sur ces projets à venir (livre p 258).

2e raison: Alessandra a un peu écrit le livre pour nous, pour TDN.

 avec sa bonne copine qui donne son avis tout au long du livre. »Ça, c’est typiquement un truc de nana. Faire comme si de rien n’était. Tu viens d’accoucher mais tu ne veux que ca se voie »(p160)Et les doux mots quand elle va chercher son bébé dans la pouponnière de la maternité: « Allez viens, je t’emmène ma fille…..on va se raconter nos vies antre nanas. » (p 56)Je pense et j’espère que nous avons 2 lectrices potentielles qui peuvent rejoindre la communauté. Charlie, promis, TDN t’attend et te crée déjà ton statut de nana cool avec une super maman.

3e raison: Alessandra parle des mecs

Elle parle du papa qui assure, des parents de mamans qui viennent d’accoucher,toujours là, tapis dans l’ombre mais prêts à bondir, et c’est bien de savoir tout cela quand on fait un bébé.

Trouver le bon mec qui sera papa mais pas que, le vrai mec qui assure : »Savoir qu’on a eu besoin d’un homme pour faire un bébé…savoir qu’on va avoir besoin de lui pour nous porter dans cette nouvelle fragilité. » (p 82). »..Serein, il prend la suite et assure à mort. » (p 100) »Il te faudra un homme tendre et fort à tes côtés. Et celui là, on ne le trouve pas à tous les coins de rue. » (p134).
On n’est pas trop dans le coup, elle a fait un bébé toute seule, n’y voyez rien de politique mais c’est bien de le dire. Ne pas refuser l’aide des parents quand on a la chance de les avoir même si il y a peut être l’idée de, MOI maman, je suis grande, je me débrouille toute seule.
« Quelle chance j’avais de les avoir”, tu reviens à cet état, « back to your childhood » (p. 228).
Mec qui assure, parents qui rassurent. On va chercher à faire comme elle.

4e raison: Alessandra écrit des vérités que beaucoup de femmes n’osent pas dire tout haut

Au vu des sacro saintes idées des féministes et pourtant, Alessandra se revendique féministe (p 249).
« Mais il n’ y a pas de miracle. On ne peut pas être mère, épouse et working girl. (…) Quand une femme fait ces 3 choses en même temps, en continu, et en niant la place de l’homme, à un moment donné, il y un truc qui ne tourne pas rond dans sa vie. ». OUI, il faut savoir se poser et regarder en face ses priorités. Elles ne sont pas les mêmes pour tous, mais se poser, c’est aussi ne pas passer à côté de sa vie.
C’est bien aussi de le dire haut et fort et de ne pas mettre (trop)la pression sur les jeunes filles qui commencent leur vie professionnelle.

5e raison: Alessandra met en scène la future maman

…de l’arrivée à la maternité à la toute nouvelle maman, à la maternité et au retour à la maison et c’est jubilatoire. Toute à chacune a vécu au moins un de ces sentiments, voire tous, joie, colère, peur, doute, tristesse et c’est instructif de les appréhender surtout quand c’est vu avec de l’humour.
« Moi, je suis orange- bétadine… et mon mec dans d’improbables chaussons verts, et c’est ainsi que nous allons accueillir notre fille. »
J’ai beaucoup aimé aussi, le « Bien sûr, mon amour profite » quand le papa part de la maternité pour dîner avec ses potes !
Et la succession du bilan première nuit (p 115). 
Je vous laisse découvrir toutes les autres pages du livre et si il doit y avoir une autre bonne dernière raison de lire ce livre, c’est Alessandra, herself, qui vous l’a livre et signe ainsi le mot de la fin.« Personne ne m’a prévenue« , P 107.
Et  bien nous chez TDN, on vous prévient avec ce livre qui peut aider et servir à beaucoup de mamans et de femmes en général. Oui, devenir maman c’est un grand bouleversement qui peut se faire dans la joie mais aussi dans les pleurs, du genre: « Qu’est-ce qui m’arrive ? j’ai tout pour être heureuse« . Comme elle l’écrit.Alors bonne fête aux mamans et particulièrement aux mamans comme Alessandra Sublet pour qui c’était la première fête des mamans.

Merci Alessandra pour ce témoignage !



Par Marie Terry

#5 raisons #accouchement #Alessandra Sublet #bébé #baby-blues #chronique #dépression post-natal #déprime #grossesse #livre
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser