surf

Retour sur le Swatch Girls Pro à Hossegor, j’y étais !

Ecrit par Margaux
le 5 juin 2012

« Une compétition de surf féminin dans le Sud-Ouest, ça te dit ? » Voilà le plan que me propose ma rédactrice en chef, Justine. Je n’y croyais pas au début. Normal, je n’ai pas trop l’habitude de quitter Paris. « Oui, je veux bien y aller« . Je ne m’attendais pas à passer un week-end si extra en […]

« Une compétition de surf féminin dans le Sud-Ouest, ça te dit ? » Voilà le plan que me propose ma rédactrice en chef, Justine. Je n’y croyais pas au début. Normal, je n’ai pas trop l’habitude de quitter Paris. « Oui, je veux bien y aller« . Je ne m’attendais pas à passer un week-end si extra en si bonne compagnie. Je vous raconte tout ! 

Jeudi : l’ambiance est studieuse et détendue à la fois

Arrivée à Hossegor le jeudi 31 mai, ça y est, j’y crois vraiment : je vais bosser à la plage ! Le spot de surf de Seignosse est très réputé en Europe pour ses vagues, et particulièrement apprécié des touristes pour son soleil. D’ailleurs je n’y échappe pas et attrape un méchant coup de soleil dans la nuque (qui je suis sûre va me poursuivre tout l’été !). Erreur de débutante, j’avais zappé la crème.

La compétition Swatch réunie à la fois les pros, mais aussi les juniors (moins de 21 ans). Je suis donc au paradis des surfeuses, blondes, jeunes, jolies et sportives ! Je n’ai peur de rien et sort le short en jean, après tout personne ne remarquera mes jambes blanches.

Je croise successivement les surfeuses françaises : Justine Dupont, Pauline Ado, Alizée Arnaud. Tout le monde est souriant et confiant, les filles sont accessibles et très avenantes avec tout le monde. Rien à voir avec les compétitions masculines, ici les nanas font la loi et l’ambiance y est beaucoup plus cool.

A gauche de la photo, vous pouvez apercevoir la surfeuse médiatisée pour son histoire tragique Bethany Hamilton, et la très sexy Alana Blanchard sur la droite pour la session d’autographe à Hossegor. 

La journée se termine par un atelier cuisine où les filles Swatch mettent les mains dans le plats, sous les conseils avisés du chef Grégory Cuilleron. Pauline Ado se prête au jeu du tablier, Bethany Hamilton fait sauter les encornets et toutes sont ravies de passer au dessert.

Vendredi : Journée off, les filles s’amusent

Vendredi, la météo annonce 30 degrés à l’ombre… mais surtout pas une vague dans l’eau. Après une séance bronzette avec les surfeuses dans la matinée, Swatch rebondit sur cette journée pour organiser des « Water Games » entre média, surfeuses et staff. Tout le monde participe et je ne manque pas de m’entourer de trois garçons sympathiques (et musclés) pour tenter de rafler la mise !

Dans l’équipe de la presse, je suis la seule nana à enfiler le maillot Swatch ! 

Au programme des jeux : paddle et pirogue hawaïenne. Les nanas aiment la compétition et prennent l’enjeu au sérieux. Je me mets les piles pour ne pas perdre la face. Résultat on arrive en final et termine deuxième du podium !

Mais je ne m’arrête pas en si bon chemin : je profite de la présence d’un prof de surf pour m’initier à un cours de Stand-up paddle ! L’idée, se tenir droite, debout sur une planche et avancer à l’aide d’une pagaie… sans tomber ! Bon, facile à dire, mais plus dure à faire ! J’ai tout de même réussi et même été félicité par le prof pour ma ténacité et ma motivation. Je suis comme un poisson dans l’eau. Une vidéo avec mes chutes sera bientôt en ligne sur TDN…

Grâce à toutes ces activités, je côtoie de plus en plus les surfeuses, et on devient copines. Pauline Ado est super rigolote, Alana Blanchard est la bombasse de la bande (d’ailleurs tous les mecs veulent l’épouser), Kassia Meador, qui a fait la présentatrice de cette compète car elle n’y participait pas, est vraiment la bonne copine de tout le monde. Enfin la plus loufoque et déconnante, c’est la snowboardeuse française Anne-Flore Marxer, qui était là pour encourager ses amies surfeuses et mettre l’ambiance en soirée !

De gauche à droite : Courtney Conlogue, Pauline Ado, moi-même et Kassia Meador.

La faim nous gagne vite en fin de journée avec toutes ces baignades et ces activités! Ça tombe bien, les organisateurs nous gâtent avec un BBQ sur la plage, vue sur le magnifique couché de soleil dans l’océan. Les surfeuses qui continuent la compétition partent se coucher tôt, demain le call est à 7h et tout le monde doit être prêt à monter sur la planche.

Que demander de plus ? 

Dernier jour : la compétition bat son plein

Très vite les quarts de finale sont déjà en train de se jouer et il ne reste que deux françaises en piste : Pauline Ado et Alizée Arnaud. Malheureusement, elles se font éliminer en quart. C’est Courtney Conlogue qui s’annonce favorite, avec une vague parfaite qui lui octroie la meilleure note du tournoi : un 10 sur 10 !

Les conditions climatiques se détériorent vers 13h, un vent d’est se lève fort et les vagues ne sont plus idéales. La finale qui oppose la néo-zélandaise, Paige Hareb et la californienne Courtney Conlogue, est un challenge pour attraper une bonne vague. C’est Courtney Conlogue qui remporte cette compétition ! Le sourire sur le visage, elle l’a bien mérité, après tous ses entrainements et sa volonté de fer.

Portée par la troisième du podium et sa petite sœur (également surfeuse), Courtney est applaudie par toutes ses compétitrices. Elle s’octroie ainsi son 3ème titre de la saison et tentera de remonter dans le classement mondial de la 4ème place (sa position actuelle) à la première !

Le soir pour fêter la victoire, les nanas se lâchent. Après un bon dîner, c’est direction le bar où des concerts sont organisés. Une surprise nous attend : des déguisements autour du thème « Marinières et Pirates » choisit pour la soirée. On danse, on s’amuse, les surfeuses sont des filles comme les autres en dehors des compétitions, elles adorent faire la fête entre nanas !

Comme toujours, la rideuse Anne-Flore Marxer joue le jeu à fond ! 

Le retour à Paris est plutôt corsé pour moi, après un week-end si intense et si bien organisé. Les surfeuses, elles, repartent vers d’autres contrées ensoleillées. Mais surtout vers de nouveaux entrainements physiques, dictés par leurs coachs. 

Car ne l’oublions pas, même si elles sont bronzées et détiennent la beauté absolu de la crinière blonde californienne, elles restent avant tout des athlètes professionnelles de haut niveau, des sportives acharnées qui s’adorent sur le sable, mais se battent dans l’eau !

Par Margaux Rousselot de Saint Céran

#ado #anne-flore #bourdaine #championnat #compétition #conlogue #courtney #dupont #féminin #France #hossegor #Justine #kassia #marxer #meadot #océan #Pauline #plage #seignosse #spot #surf #vague
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser