Interview

La nana du mois est Footeuse, c’est Laure Boulleau

Ecrit par Marie TERRY
le 25 juin 2014

En pleine actu de la coupe du Monde, notre nana du mois de juin se devait être footeuse, footeuse comme passionnée de foot ! Footeuse comme supporter de l’Equipe de France ! Et surtout Footeuse comme joueuse de foot. Laure Boulleau, accepte le mot, en tant que footballeuse professionnelle française qui joue au Paris Saint-Germain, en Division 1 féminine. 
Elle a accepté de répondre à nos questions pour Trucs De Nana et pour le magazine Shape, interrogée aussi par Justine. Rencontre sur  cette « Bixente » au féminin comme elle se nomme.

On parle beaucoup des footballeurs, encore plus aujourd’hui, mais pas de celles qui ont aussi cette passion du ballon rond, qui sont aussi des professionnelles, qui disputent les coupes du monde, des championnats de France, d’Europe… Pourtant, ce sont les mêmes mots, les mêmes défis et les mêmes envies ! TDN a eu envie de vous parler d’elles et d’une de leus représentantes, Laure.

Version Foot : Joueuse en division A, participe aux matchs qualifications dans l’Equipe de France pour la Coupe du Monde, joue au club PSG en tant que défenseur, porte le numéro 3. Née en 86, cette jolie jeunette a de nombreuses  sélections à son actif.

Version Ville : Numéro 3 aussi dans la vie (derrière 2 frères plus âgés qu’elle), qui est sensible, affectée par les défaites.  La belle Laure, quant à elle (en dehors du foot !) aime le shopping, dormir et se lever tard, la vie citadine et surtout la ville de Paris (malgré ses origines Auvergnates) car à la campagne, elle s’ennuie.

 TDN: D’où vient cette passion qui est devenue votre métier?

Laure Boulleau : Dans ma famille, c’était sport ou musique. Mes frères ont choisi musique et moi foot. A l’âge de 10 ans, je jouais tout le temps au foot, à l’école, pendant les récréations, le soir après l’école. Je jouais avec des garçons et  mes frères aussi. Ils se faisaient chambrer parce que je jouais mieux qu’eux mais ils s’en fichaient. Maintenant, ils m’encouragent, me téléphonent pendant les entrainements. Je suis allée dans le sport où j’étais douée.

TDN : Entre jouer pour le plaisir et jouer en professionnel, il y une nuance ?

LB : J’ai eu le déclic de devenir footballeuse, pendant la coupe du monde 1998.
J’ avais alors 12 ans.Tout s’est vite enchainé, les adhésions dans les clubs, les matchs, les sélections et me voilà au niveau le plus haut.

TDN : On ne parle que de football masculin. Cela ne vous énerve pas ?

LB : Nous avons tellement l’habitude que nous ne sommes pas déçues.
Je le dis sans animosité. C’est tellement dans l’ordre des choses établies que je serais presque surprise si on parlait des filles jouant au foot ! En tous cas, pas de jalousie via à vis les mecs. Je les soutiens à fond.

TDN : Et avec les filles ? Y a-t-il des jalousies ?

LB : Non, il y a une bonne ambiance entre les filles, rien de plus que des petites tensions qui existent dans tous les groupes.

Moi, qui voulais des détails croustillants de batailles de crampons, raté ! C’est un sport collectif, j’avais oublié ! Et elles sont toutes unies devant les écrans TV à regarder les mecs jouer et à les critiquer mais comprenenez que la critique peut être négative ou positive. Laure m’a expliqué qu’elle faisait des soirées foot avec ses copains.

TDN : Sur un terrain de foot, vous êtes comment?

LB : Maquillée, toujours maquillée. Un fond de teint mélangé à ma crème de jour, un anti-cernes, du blush, du fard à paupières, un trait d’eye liner, pas trop, s’il pleut ! Les cheveux relevés avec un bandeau. Je fais toujours attention à mon apparence. Je ne suis pas un camionneur.

TDN : Votre dernier achat mode ?

LB : Un pantalon en lin avec des spartiates.

TDN : Un dîner dernière minute avec votre amoureux ?

LB : Jean foncé slim, talons compensés, un tee shirt bleu roi long ceinturé. Je porte aussi des robes et des talons.

TDN: Comment vois- tu ton futur?

LB: Je me vois bien maman (avec des petits et des petites qui joueront au foot ?)
Je m’arrêterais de jouer quand je le déciderais (max 35 ans) et j’aimerais être kiné car nous sommes obligées d’avoir un travail après, pas comme les mecs !

Laure est une nana comme nous qui aime s’habiller sans trop dépenser, chez H&M, ETAM, marques qu’elle aime bien, qui a des tonnes de foulards dans des tons différents car c’ est son accessoire favori pour chacune de ses tenues car cela rehausse le teint et égaye un vêtement classique.
qui écoute Cœur de Pirate, Christophe Mahé, Adèle avec sa chanson Hometown Glory qui la relaxe avant le stresse des matchs,
qui lit Harry Potter, qui adore le cinéma, Avatar, Green Zone.

Laure s’est prêtée au jeu des questions flash dans le tempo Foot, actualité oblige. 

Si tu étais un club de foot ?

Le PSG ! C’est le club de la capitale, celui des stars du foot, il a très bonne réputation.

Si tu étais une passe inoubliable ?

Celle du footballeur brésilien Roberto Carlos à Zinedine Zidane, pendant la finale de la Ligue des Champions à Glasgow en 2002 entre le Real Madrid et le Bayer Leverkusen. Alors que le score était de 1-1, Zizou a fait un but d’anthologie sur un « centre » mémorable de Roberto Carlos.

Si tu étais un joueur de foot ?

Bixente Lizarazu ! Un défenseur latéral français, un mec sympa ! Je l’apprécie et l’admire beaucoup. Il a eu une superbe carrière dans le foot – retenu quatre-vingt-dix-sept fois en équipe de France – et une belle reconversion. Il était intraitable sur le plan défensif, tenant le rôle essentiel « d’homme de couloir » dans certains matchs. Le pionnier en la matière ! On m’appelle la « Bixente au féminin », j’en suis fière.

Si tu étais un entrainement type ?

Un échauffement pas trop long car je déteste ça ! Juste assez pour ne pas se blesser. Puis des jeux avec des buts rapprochés, en équipe. Un entrainement ludique basé sur le jeu ! Puis on termine par des étirements…

Si tu étais un moment de gloire ?

Quand les bleus ont été champions du monde en 1998. Une superbe compétition, un bel événement sportif et en plus c’était chez nous ! C’est un peu ce qui m’a donné envie de faire du foot… et même de jouer en équipe de France. J’avais 10 ans, je me souviendrai toute ma vie de ces émotions !

Si tu avais un voeu ?

Une santé d’enfer, une vie perso sympa et bien sûr gagner des titres avec le PSG et les Bleues. Rafler la coupe du monde, les Euros, les JO… J’aimerais qu’on gagne tout !

J’aurais aimé des indiscrétions sur l’Equipe de foot masculine mais droit de réserve oblige, normal. J’aurais aimé un pronostic pour ce soir mais je l’ avais rencontrée avant. 

Et si les vocations naissent pendant ces beaux évènements là, alors ! Peut être que ce soir en lisant l’article et en regardant le match..

#BOULLEAU #Equipe #féminine #foot #France #match #mexique #pronostic #PSG #seduction
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser