Simone_de_Beauvoir

Ce 9 janvier 1908 naissait Simone de Beauvoir…

Ecrit par Justine Andanson
le 1 juin 2010

Il y a tout juste 100 ans venait au monde celle qui allait devenir le fer de lance du féminisme : Simone de Beauvoir. Nous avons donc souhaité lui rendre hommage en retraçant en quelques lignes la vie et l’oeuvre de cette philosophe de l’existentialisme, écrivaine et militante qui a marqué pour toujours les mœurs […]

Il y a tout juste 100 ans venait au monde celle qui allait devenir le fer de lance du féminisme : Simone de Beauvoir. Nous avons donc souhaité lui rendre hommage en retraçant en quelques lignes la vie et l’oeuvre de cette philosophe de l’existentialisme, écrivaine et militante qui a marqué pour toujours les mœurs et les esprits de la société occidentale moderne.
Née dans une famille catholique aisée avec laquelle elle prendra rapidement ses distances, la jeune Simone était une jeune fille très éveillée qui se distinguait déjà par ses grandes capacités intellectuelles. Dès l’âge de 15 ans, elle savait qu’elle voulait devenir écrivain et étudia notamment le grec, le latin, les lettres, les mathématiques et la philosophie pour laquelle elle se découvre une véritable passion. Ainsi, elle entre à la faculté de lettres de l’université de Paris où elle obtiendra en 1929 son agrégation de philosophie mais surtout rencontrera Jean-Paul Sartre, le grand amour de sa vie (pour l’anecdote, il l’appelait affectueusement « castor » !). Leur relation amoureuse mythique sera particulièrement marginale pour l’époque et symbolisera à elle seule l’affirmation de la liberté et de l’indépendance de la femme.
C’est avec la publication du « Deuxième Sexe » en 1949, que l’oeuvre de Simone de Beauvoir va prendre toute son ampleur. En effet, ce livre prône l’émancipation de la femme par l’acquisition de son indépendance et va devenir rapidement une référence du mouvement féministe mondial. Il faut rappeler qu’à cette époque, la femme dépend de son mari pour toutes les questions économiques, politiques et morales, autrement dit, sa vie sociale tout entière lui est subordonnée. Pour la philosophe, la société aliène la femme par une volonté de soumission naturelle et il faut donc s’y soustraire pour gagner sa liberté. Comme elle le dit si bien elle-même : « on ne naît pas femme, on le devient ». On retiendra ainsi que la féminité se conquiert et qu’il faut non seulement se battre pour devenir une femme mais également pour devenir un individu à part entière. A méditer même encore de nos jours …
Après Guerre, elle voyagera beaucoup aux USA, en Afrique et en Europe et obtient en 1954 le prix Goncourt pour un autre ouvrage majeur : « Les Mandarins ». Ce roman met en scène un groupe d’intellectuels parisiens qui confronte leurs réflexions politiques et sociales sur une société affectée par la Seconde Guerre Mondiale et la Guerre froide. Par la suite elle poursuivra ses voyages en se rendant à Cuba, en Chine, au Brésil et en Union Soviétique tout en se consacrant à la rédaction de ses mémoires et à son action pour la libération de la femme. En 1972, elle livrera une très belle autobiographie qui nous replonge dans le Paris du début du 20ème siècle avec ses « Mémoires d’une jeune fille rangée ».
Après le décès de Jean-Paul Sartre en 1980, la santé physique et mentale de Simone de Beauvoir se détériora suite à sa dépendance à l’alcool et aux amphétamines.Elle rend l’âme le 14 avril 1986 et est enterrée à ses côtés au cimetière du Montparnasse.
Toute sa vie, elle se pose des questions et recherche un sens à l’absurdité du monde dans lequel elle vit et dans lequel elle estime que l’on a n’a pas choisi de naître. Très proche de Sartre dans les idéaux et également militante d’extrême gauche, elle s’en démarque néanmoins parce qu’elle aborde les questions de manière beaucoup plus concrète et rationnelle que lui et préfère s’attacher à une réflexion sur le vécu et l’expérience des personnes.
Celle qui a grandi dans la France de l’Avant-Guerre doit rester pour nous toutes le symbole de la femme intellectuelle, libérée, affranchie des tabous imposés par l’ancienne morale et la mère du féminisme moderne. Alors, pensons à cette grande dame qui aurait eu 100 ans aujourd’hui et n’oublions pas que c’est à des femmes comme elle, que nous devons la liberté et l’indépendance dont nous jouissons actuellement. Dans sa vision du monde et de notre destinée, souvenons enfin qu’elle disait que « la parole ne représente parfois qu’une manière, plus adroite que le silence, de se taire » mais aussi que « dans toutes les larmes s’attardent un espoir ».Pour en savoir + :
Ne ratez pas ce vendredi sur Arte le téléfilm biographique sur le couple Sartre-Beauvoir : « Les amants du Flore » dès 21h.
Pour connaître toute l’info et l’actualité à son sujet, rendez-vous sur le site de [url=http://simonedebeauvoir.free.fr/fr_accueil.php]La Simone de Beauvoir Society[/url].

En dernier lieu, voici 2 livres publiés tout récemment à l’occasion de cet anniversaire :

  • « Simone de Beauvoir : Ecrire la liberté » par Jacques Deguy et Sylvie Le Bon de Beauvoir (en Poche chez Gallimard).
  • « Simone de Beauvoir : Le Goût d’une Vie » par Jean-Luc Moreau (éditions Ecriture).Photos : merci à La Simone de Beauvoir Society

    Par Ariane-Isabeau Noël

    #art #centenaire #culture #existentialisme #féminisme #livres #oeuvres #Simone_de_Beauvoir #vie
  • Commentaires (0)
    ou pour écrire un commentaire
    ces articles peuvent m'intéresser