conseils

Premières vacances sans… les parents, les gosses, le mec, comment bien gérer ?

Ecrit par Justine Andanson
le 8 août 2012

Pas facile facile de partir en vacances sans son mec ou de le laisser partir sans vous, avec sa bande de potes… Pas évident non plus de faire garder vos petits bouts à vos beaux-parents pendant votre périple en amoureux. Et lorsqu’on est ado, nos premières escapades sans papa, maman ? Excitantes mais pas sans […]

Pas facile facile de partir en vacances sans son mec ou de le laisser partir sans vous, avec sa bande de potes… Pas évident non plus de faire garder vos petits bouts à vos beaux-parents pendant votre périple en amoureux. Et lorsqu’on est ado, nos premières escapades sans papa, maman ? Excitantes mais pas sans embuches, n’est-ce pas ?

Premières vacances sans mon homme

Après d’âpres négociations, vous avez enfin accepté que votre chéri passe des vacances avec ses amis… sans vous ! Ça y est, il est parti. Le manque se fait ressentir et les doutes apparaissent. Pourquoi avez-vous dit oui ? Va t-il vous oublier ? Est-ce le genre de garçon à être infidèle ? Ses amis vont-ils l’influencer ?

Il est important de laisser des libertés à chacun dans un couple. Votre copain a besoin de se retrouver avec ses amis, et de partager des bons moments avec eux et non pas seulement avec vous.

Il faut cependant que vous ayez fixé des règles ou qu’une entente tacite soit claire entre vous. Par exemple, vous avez exigez qu’il soit joignable, qu’il vous donne des nouvelles régulièrement, qu’il vous rassure…

La séparation vous permettra de créer le manque et de savourer vos retrouvailles. Cela pourra également faire émerger plus consciemment des sentiments que vous portez l’un envers l’autre. Ou même au contraire, réaliser que finalement, vous n’êtes pas si attachée que ça à ce garçon.

Si vous avez accepté de le laisser partir c’est que vous vouliez lui faire plaisir et que vous lui faites confiance. Alors faites-lui confiance, même une fois qu’il est parti ! Les sentiments de jalousie qui naissent, la sensation d’être abandonnée ou exclue sont compréhensibles, pas d’inquiétude ! L’important est de pouvoir les contrôler. Ce n’est pas à votre copain de canaliser vos ressentis, il peut vous rassurer certes, mais il faut essayer soi-même de rationaliser pour ne pas créer des situations qui s’enveniment.

Posez-vous les bonnes questions : ai-je raison de m’inquiéter pour cela ? A t-il outrepassé les règles que nous avions fixées ? Mes réactions ne sont pas t-elles trop exagérées ?

Enfin, afin de mettre de côté au mieux vos doutes et questions, changez-vous les idées : sortez, partez en vacances si vous en avez la possibilité… Vivre des choses différentes de l’autre et sans l’autre est important. Il y a la richesse apportée par les amis, les proches et celle, différente, qui découle d’une relation de couple.

Premières vacances sans mon enfant

Quand votre petit bout part pour la première fois en vacances seul avec des proches (grands-parents, tantes…) avez-vous tendance à vous retrouver perdue sans votre enfant ? Alors que vous vous étiez promis de profiter de ce temps de tranquillité avant la rentrée ! Comment faire pour accepter d’être sans celui qui rythme vos journées habituellement ?

Les séparations avec les êtres chers sont toujours difficiles, même pour un court laps de temps. Passer du temps loin de son enfant est souvent une épreuve les premières fois : on se demande s’il va s’adapter, s’il va s’amuser, si les personnes en charge de l’enfant vont s’en occuper correctement…

Et pourtant… les enfants ont d’étonnantes capacités d’adaptation ! En effet, Le petit d’homme est bien souvent moins perturbé que l’adulte lorsqu’il change d’environnement. Pour que tout se passe bien , deux règles fondamentales : tout d’abord, avant le départ, les parents doivent expliquer à l’enfant qu’ils vont être séparés, qu’il va être confié à des personnes qu’il connaît, qu’il va partir à tel endroit, pour tant de jours…et qu’ils sont ravis de le savoir en vacances et entre de bonnes mains ! Rassurer l’enfant est primordial. Une fois en vacances, l’autre point à respecter est le rythme biologique de l’enfant (heure des repas, du coucher, temps de repos et d’activités…).

Par ailleurs, la principale source d’angoisse chez les parents est : et si je lui manque ? Va-t-il supporter ?

Contrairement à ce que l’on peut penser, passé le premier jour, l’enfant ne pense plus vraiment à ses parents. S’il est confié à des personnes de confiance, qui prennent soin de lui, et qu’il ressent que ses parents ont confiance en ses personnes, alors il sera rassuré. L’enfant vit dans le présent, les notions de passé et de futur ne viennent que plus tard. Sur le moment, il va donc penser aux personnes présentes avec lui, car il les voit et communique avec elles. Les parents eux ne seront bien sûr pas oubliés, mais ils seront mis dans un coin de sa tête en attendant les retrouvailles.

En réalité, on projette davantage ses propres peurs sur sa progéniture. On craint que l’enfant nous manque et que la vie sans lui soit bien vide, on redoute également que notre enfant nous oublie… alors on comble cela en pensant sans cesse à lui, en s’empêchant de profiter et de s’amuser sans lui et en lui donnant régulièrement des nouvelles.

Ces ressentis sont tout à fait normaux, mais cela empêche les parents de profiter sereinement du temps libre qu’ils ont. Certains couples appréhendent de se retrouver sans le « tiers » que joue l’enfant. Le temps pour soi ou à deux est pourtant le plus souvent bénéfique, mais il faut savoir l’organiser. Si rien n’est programmé, vous risquez de tourner en rond, de ressasser le manque de votre enfant et de ne pas profiter comme vous l’auriez souhaité. Prévoyez, faites une liste de ce que, durant l’année, vous ne pouvez vous permettre. Chouchoutez-vous, faites-vous plaisir, vous avez le droit de vous amuser autant que votre enfant s’amuse à la plage !

Premières vacances sans les parents

Les premières vacances sans ses parents sont toujours synonymes d’un cap. C’est le signe que vous grandissez, que vous avez besoin de liberté et d’indépendance. Comment rester à la fois cool et drôle avec vos copines mais également raisonnable et autonome comme vos parents vous l’ont appris ?

Vos parents sont dans votre tête, et l’éducation qu’ils vous ont donnée est ancrée en vous. Faites-vous confiance et suivez votre intuition. Si vous sentez qu’il ne faut pas faire telle chose, ou que vous vous lancez dans quelque chose d’incertain, ne le faites pas. Si votre inconscient vous donne des signaux d’alerte, écoutez-le, écoutez-vous. Ce sont les valeurs que vos parents vous ont transmises, la façon dont ils vous ont élevé qui transparaissent.

On peut être accepté au sein de son groupe d’amies sans pour autant faire tout comme elles ou tout ce qu’elles veulent. Restez-vous-même, ne vous forcez pas, faites ce dont vous avez envie. Lorsqu’on est sans ses parents, on peut avoir tendance à faire comme les autres ou suivre le groupe car on a l’habitude de se reposer sur ses parents. Sauf que là, ce ne sont pas vos parents. Donc, partez avec des personnes que vous appréciez et connaissez bien, que vos parents connaissent. Il faut pouvoir trouver un appui et du réconfort si vous en avez besoin.

Enfin, planifiez vos vacances : prévoyez ensemble ce que vous souhaitez absolument faire et voir, et réservez-vous des temps de farniente. Les conditions de vie doivent être sûres et organisées avant le départ : un toit pour la nuit et un endroit où manger.

Les vacances entre copines sont le plus souvent réussies et restent d’excellents souvenirs. Au-delà du plaisir et des moments partagés, elles signent une période de votre vie qui vous fait entrer un peu plus dans la vie adulte. Ce passage est donc important, c’est pour cela que toutes les conditions doivent être réunies pour que cela se passe bien.

Bonnes vacances à toutes avec ou sans votre mec, vos enfants et vos parents !

Par Chloé Stéphanovitc, psychologue clinicienne

#adulte #bébé #conseils #copines #enfants #homme #manque #mec #parents #petit-ami #psychologie #vacances
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser