françois ozon

Jeune et Jolie… ou l’épopée d’une princesse désenchantée

Ecrit par Mam'zelle SOU
le 9 septembre 2013

Nul ne doute que le choix d’un titre pour un film est primordial. En cette rentrée cinématographique, François Ozon a frappé fort. Avec son titre de magazine des années 80 qui fleure bon la candeur, la naïveté, l’innocence et le cui-cui des oisillons moqueurs, il a comme qui dirait excellé dans le titre choc.

Car ce n’est évidemment pas l’histoire d’une jeune princesse candide et ingénue qui attend son prince charmant tout là-haut perché dans son donjon doré que Mr Ozon nous raconte…Quoi qu’on pourrait le croire, quand on voit dans quel environnement évolue la belle Isabelle, héroïne du film. 17 ans, famille recomposée, certes, mais famille aimante, équilibrée, où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, famille bourgeoise, fumeuse de joints à ses heures perdues, progressiste, ouverte, famille aisée, cool. Un tableau presque parfait…Et pourtant, sous cette jolie façade se cache un malaise, qui ne quittera pas le téléspectateur pendant tout le film.

Du jour où, un beau soir d’été, cette jeune adolescente perd sa virginité sans ressentir le moindre émoi, ni le moindre sentiment, elle prend la décision d’affecter à tous ses rapports avec les hommes une valeur financière. Léa, le pseudonyme qu’elle s’est créée, ne s’offrira désormais quasi exclusivement qu’à des inconnus à coup de billets de plusieurs centaines d’euros. Pas de sentiment, un besoin quasi addictif de voir et de jauger ce qu’elle « vaut » par l’ampleur des sollicitations qu’elle a, et l’étendue de sa clientèle. Elle se jette dans la prostitution à corps perdu (c’est le cas de le dire), maîtrise à merveille sa schizophrénie et la gestion de ses deux portables (l’un pour la famille et les potes, l’autre pour ses clients). Le jour c’est Isabelle, 17 ans, petite lycéenne d’Henry IV discrète, mignonne, bonne copine, au style de garçon manqué « gros pull over – jean – converse », et dés que la cloche sonne, tel Dr Jekyll qui se transforme en Mr Hyde, elle devient Léa, 20 ans, étudiante en 2ème année de lettres à la Sorbonne, audacieuse, femme-enfant fatale, soumise « jupe droite – chemisier de soie – talons aiguilles ». Le point commun à Isabelle et Léa ? Une beauté renversante, une retenue troublante, un voile mélancolique dans le regard, et un sang froid imperturbable. Des mois à osciller entre ces deux mondes sans rien laisser paraître à ses proches, jusqu’à ce qu’un drame ébranle un peu ce château de cartes qu’elle s’était pourtant si consciencieusement construit…

                          

Impossible de raconter plus évidemment, mais on doit avouer que ce film touche forcément par sa violence sous-jacente. Pas d’images crues, ou pornographiques pour servir le propos du réalisateur mais des situations, des suggestions, des regards, des sourires et des silences qui jettent dans l’assemblée une brise fraîche de malaise et d’incompréhension. On essaye pendant tout le film de saisir désespérément POURQUOI une jeune fille si parfaite, si entourée, à l’avenir si prometteur se lance dans une quête si malsaine.

Mais 1h34mn de film ne suffit évidemment pas. On ramène tout ça chez soi, on polémique, on compare, on se questionne, on teste ses proches. Bref, ça a marché. Même si cette princesse désenchantée n’arrive pas à nous toucher complètement (trop froide, trop lointaine, trop inaccessible), on souffre pour sa famille, on joue la carte de l’empathie,  et surtout, SURTOUT, on essaye inlassablement de trouver une excuse à tout çà, car c’est beaucoup trop dur pour nous d’admettre simplement qu’il n’y a peut être pas d’explication à tout.

Alors, on va se coucher en essayant de se rassurer, on déroule le film dans notre tête en se disant qu’il faut bien que jeunesse se fasse, qu’elle finira bien par le rencontrer son prince charmant va !, celui qui lui fera oublier que sa valeur de femme ne se mesure pas dans une chambre d’hôtel à coups de billets verts, que c’est évidemment faux ce qu’un de ses clients lui a dit un jour : « pute un jour, pute toujours… », qu’il se trompe forcément, qu’il n’y a pas de fatalité, et que la belle Isabelle continuera à coup sûr son chemin en laissant un jour ou l’autre Léa sur le bord du trottoir…

Enfin, c’est ce dont on essaye de se convaincre.

Par Mam’zelle SOU

Retrouvez tous ses articles et billets d’humeur sur www.mamzelle-sou.com


#adolescence #amour #François Ozon #jeun fille #jeune et jolie #malaise #Marine Vacth #prostitution
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser