culture

I Love Science

Ecrit par Justine Andanson
le 1 juin 2010

Outre un badge avec un cœur rose, le slogan incitatif « I love science » fièrement arboré par du beau monde à Paris lors de la soirée du 18 novembre dernier, était destiné aux jeunes filles pour qu’elles embrassent des carrières scientifiques …Pourquoi ?Parce que si 43% des lycéens en terminale S sont des filles, […]

Outre un badge avec un cœur rose, le slogan incitatif « I love science » fièrement arboré par du beau monde à Paris lors de la soirée du 18 novembre dernier, était destiné aux jeunes filles pour qu’elles embrassent des carrières scientifiques
Pourquoi ?
Parce que si 43% des lycéens en terminale S sont des filles, elles ne sont plus que 36% des effectifs des filières scientifiques. Les pourcentages se réduisent donc de plus en plus au fil des années et après le doctorat, elles sont encore plus minoritaires puisque seulement 38% des chargés de recherche et 16% des professeurs en science sont des femmes.

« Or, le monde a besoin de science et la science a besoin de femmes » telles sont les paroles de Monsieur Alain Ducasse, Directeur Général de l’Oréal France. L’Oréal qui montre le bon exemple et qui féminise ses effectifs pour arriver jusqu’à une parité parfaite : 50 % des chercheurs de l’Oréal sont des femmes.L’oréal et sa Fondation d’Entreprise sont au cœur même de cette manifestation.
Comment les inciter ?

  • En organisant ce genre de rencontres qui souligne l’engagement et le parcours courageux de ces femmes de science, et qui peut faire naître des vocations à des élèves et de jeunes étudiantes …
  • En faisant tomber les préjugés sur les métiers scientifiques …
  • En mettant des visages sur ces jeunes chercheuses …L’Oréal France, à travers sa Fondation d’entreprise a remis lundi 18 novembre, pour la deuxième édition du programme « Pour les femmes et la Science » 10 bourses de 10 000 euros à des jeunes doctorantes en Sciences, afin de les soutenir dans leurs travaux de recherche.
    Cet événement était parrainé par Madame La Ministre, Valérie Pécresse, Ministre del’Enseignement Supérieur et de la Recherche avec des parrains prestigieux, L’Académie des Sciences et l’Unesco. Ces 10 jeunes femmes étaient venues parler de leur projet, de leur motivation ; elles avaient toutes en commun cette passion de la recherche qui les animait, communicative même.

    Certes leurs recherches sont très pointues, mais elles sont parlantes pour les quidam que nous sommes et les jeunes lycéennes et étudiantes venues les écouter et les rencontrer dans le cadre de speed meetings, interaction des réactions et questions.
    Leurs sujets de recherche ? Avec leurs mots, ils apparaissent très abordables« Quid des facteurs génétiques, nutritionnels ou hormonaux dans le risque de mélanome cutané ? Comment réduire les troubles de développement du prématuré ? Comment innover et imaginer des constructions en terre crue ? … »

    Et tout cela, c’est du concret, on touche à l’Ecologie, à la Biologie, à la Médecine.
    Leur quotidien, ce sont les pipettes et les labos mais ce sont aussi des voyages, les rencontres dans le cadre de leurs travaux de recherche et une vie comme les autres avec sorties et copains…
    Il y a aussi des têtes bien faites, des années de volonté, des engagements, des soutiens indispensables de l’entourage, des exemples à suivre, des renoncements, des choix opérés mais pour faire un travail passionnant, de toute une vie …
    Cela ne vaut-il pas le coup d’essayer ? Elles ont toutes remercié l’Oréal pour la reconnaissance que ses bourses leur apportaient. Besoin unanime de reconnaissance ?

    Peut être Elles, les femmes de la science, se sentent un peu exclues, freinées de par leur minorité en effectif Pourtant elles ont de tels atouts … :

  • Les femmes sont plus intuitives et l’intuition est primordiale en science…
  • Les femmes sont plus rationnelles, plus collaboratives, ont une approche différente dans les méthodes de travail…
  • Les femmes sont plus précises et donnent de l’importance aux détails…Elles se veulent complémentaires des hommes et insistent sur la collaboration Hommes/Femmes qui ne peut être que fructueuse, enrichissante et surtout salutaire, bénéfique pour la Science. Il n’y a aucun combat puéril de féministe, seuls comptent les résultats concrets. Elles restent des femmes, féminines, certaines auraient pu être des icônes de mode lorsqu’on les voit juchées sur des talons hauts !
    Elles sont les mieux placées pour dire que ces métiers demandent du temps, de la disponibilité mais elles ont déjà surmonté de tels obstacles que celui de concilier vie de famille, enfants, mari sera une équation (une de plus) qu’elles sauront résoudre sans ordi… et avec le sourire.
    D’autant plus que Madame Pécresse entend légiférer pour aménager leur congé de maternité. Parce que la science n’arrivera pas à faire changer la nature et il faudra toujours 9 mois pour l’aventure de la maternité, et la femme aura toujours ses rôles multiples à jouer.

    LA science, LA recherche ne sont-ils pas des mots féminins ? … Alors les filles, foncez vers tous ces métiers de la science et soyez en fières ! Notez que le badge « I love science », s’adapte aussi bien sur les blouses blanches que sur les robes branchouilles et élégantes …

    Par Marie Terry

    #évenement #avenir #culture #femme #l' oréal #métier #science
  • Commentaires (0)
    ou pour écrire un commentaire
    ces articles peuvent m'intéresser