psychologie

Graphologie : la signature Cours n° 2

Ecrit par Justine Andanson
le 1 juin 2009

Il existe deux signatures : celle qui est travaillée et celle qui est spontanée. Si vous n’avez jamais travaillé votre signature, si vous n’avez pas pensé à la redéfinir, à lui donner une touche plus élégante ou plus volontaire, celle-ci va révéler votre personnalité profonde. La plupart du temps la signature a été travaillée, dans […]

Il existe deux signatures : celle qui est travaillée et celle qui est spontanée. Si vous n’avez jamais travaillé votre signature, si vous n’avez pas pensé à la redéfinir, à lui donner une touche plus élégante ou plus volontaire, celle-ci va révéler votre personnalité profonde. La plupart du temps la signature a été travaillée, dans ce cas elle va vous renseigner sur la vision que l’on veut donner aux autres. Une interprétation couramment utilisée par les employeurs. Mais comment savoir à quel type de signature nous avons à faire ? Si vous recevez une lettre administrative ou professionnelle, la signature sera travaillée car la personne voudra vous séduire ou vous intimider. Si c’est une lettre personnelle, amoureuse ou amicale, la signature sera spontanée. Pour choisir l’interprétation, vous devez simplement vous interroger sur l’expéditeur.Pour analyser une signature intéressez-vous à trois aspects essentiels : la signature elle-même avec ou sans paraphe ; la place de la signature sur la lettre ; ses différences avec le texte écrit.
Exemples de signatures : une signature montante indique une personne ambitieuse, tombante une personne pessimiste ; une signature avec le prénom dominant indique une estimation du « moi » importante ; lorsque le nom est souligné par un trait horizontal, la personne est fière et orgueilleuse ; lorsque le trait part de la 1ère lettre et souligne le nom, l’individu veut prouver de quoi il est capable, il est volontaire ; lorsque le trait part de fin du nom avec un léger arrondi, la personne est gentille et généreuse, elle recherche l’appréciation d’autrui ; si la dernière lettre du nom plonge vers le bas, la personne veut s’affirmer, montrer son importance à son entourage, elle est en recherche d’approbation ; si des traits encadrent le nom, l’individu a besoin de se rassurer, il est très prudent, dresse parfois une barrière entre autrui et lui-même etc…

La place de la signature par rapport au texte a également son importance. Il y a ce que l’on nomme la place « normale », celle qui est à une distance raisonnable du texte, qui n’est ni trop haute, ni trop basse, plutôt à droite (même si cet emplacement peut évoluer selon les pays – en Allemagne par exemple il est d’usage de signer à gauche). Une signature placée correctement ne relève rien de particulier, si ce n’est l’équilibre de la personne et le respect des règles.

  • Si la signature est trop à gauche : l’individu est timide et réservé, il préfère « rester dans son coin ». On montre ici une certaine appréhension à s’approcher ou même à s’adresser à autrui, surtout si la signature est fine et petite. Si au contraire elle est grande, alors on cherche à cacher un sentiment d’infériorité.
  • Si la signature est au centre : la personne est aussi réservée que la précédente, mais de façon moins radicale. L’individu se cherche encore, il a l’habitude de s’appuyer sur l’avis des autres, même s’il possède des opinions tranchées.
  • Si la signature est trop à droite : ce placement n’est pas courant, il est pour cette raison simple à interpréter. Ici, nous sommes confrontés à une personne extravertie et surtout sans gêne. Doté d’une grande volonté, prête à tout pour réussir ; on parle aussi d’un excès d’optimisme.
  • Si la signature est très en dessous du texte : la personne est associable, elle préfère garder ses distances, vivre en solitaire, selon ses idées. Un sceptique la plupart du temps.
  • Si la signature est très proche du texte : l’individu fait tout par rapport à autrui. Il vit dans l’unique but de se faire apprécier des autres. Une telle signature indique un manque d’affirmation et de lucidité.

  • Enfin intéressez-vous aux différences de la signature par rapport au texte. Par exemple, lorsqu’une signature est nettement plus petite que le texte, on peut y lire un complexe d’infériorité ou une fausse modestie, selon ce qu’à révéler l’analyse du texte. Lorsque les lettres composant la signature sont moins liées que celles du texte, alors l’individu est un grand timide, qui a un fort besoin d’isolement.
    L’une des différences les plus courantes est un signature plus affirmée que le texte, le trait est plus rapide, les lettres un peu plus grandes, la personne est ici ambitieuse, elle s’affirme et veut réussir. Si la signature est beaucoup plus grande que le texte, la personne nourrit des ambitions utopiques ; elle peut également être orgueilleuse et ne pas opter pour les bons choix. Si la signature est fondamentalement différente de l’écriture on peut y voir une personne fausse et rusée ; une signature montante face à une écriture descendante signifiera un manque, un vide chez la personne ; une signature illisible et une écriture molle indique un personnage déloyal et lâche.

    Au prochain et dernier cours, nous découvrirons l’aspect le plus important et le plus rapide à examiner : le style de notre écriture. Lettre arrondie, petit rond sur les « i », nos effets stylistiques en disent long sur notre personnalité !

    Par Belinda Kheddouche

    #écriture #astuces #conseils #cours #graphologie #psychologie
    Commentaires (0)
    ou pour écrire un commentaire
    ces articles peuvent m'intéresser