Enfant

Comment gérer l’arrivée de bébé dans son couple ?

Ecrit par Cécilia Rolland
le 10 avril 2016

Passer de deux à trois impose un nouveau rythme de vie et engendre de nombreux changements dans un couple. Il faut alors gérer le quotidien en fonction de bébé qui requiert une attention sans aucun répit. Un véritable défi s’offre alors aux parents, nécessitant beaucoup d’énergie : la nouveauté, l’épuisement, la désorientation... Un tas de facteurs qui s'ils peuvent engendrer une belle complicité au sein du couple, peuvent aussi avoir des conséquences négatives. Il convient alors de savoir s’écouter. TrucsDeNana vous donne les clés pour gérer l'arrivée de bébé dans votre nid d'amour.

Comment retrouver sa libido lorsqu’on manque de désir après la naissance de bébé ?

Considérer qu’il y a un manque de désir après la naissance, c’est penser qu’il y a quelque chose qui dysfonctionne, quelque chose qu’il faut corriger au plus vite. Alors que ne pas avoir de désir sexuel après la naissance fait partie du cours des choses. Le corps de la femme a été éprouvé par la grossesse et par l’accouchement, même si il n’y a pas eu de complication. Elle est comme saturée d’émotions et de sensations génitales. Il lui faut du temps pour que son corps reprenne un rythme sans lien avec la grossesse.

  • Sur le plan physique et psychique la jeune accouchée n’est pas disponible au désir et au plaisir sexuel.
  • Concernant son corps, la rééducation périnéale n’est pas à négliger, c’est même une étape essentielle pour retrouver tonus et donc plaisir. Le corps reste sous l’influence des hormones de la grossesse durant au moins 6 mois.
  • Concernant les émotions et le psychisme, la jeune mère est dans ce que l’on nomme la préoccupation maternelle primaire. C’est un état transitoire qui dure quelques semaines, au cours duquel la mère est comme obnubilée par les besoins du bébé. Tout ce qui est intéressant à vivre ou à penser concerne le bébé. Au cours de cette période, le père, comme le reste des personnes et des anciens plaisirs occupent une place périphérique dans ses attentions, c’est dans un second temps, que la mère retrouvera son amant et que s’instaurera une triade symbolisante. Cette période est fondamentale dans l’accueil du bébé, il s’agit d’un mouvement naturel que Winnicot à longuement décrit et qui se vérifie toujours.

Une fois la mère sortie de cette préoccupation maternelle primaire, une fois son corps restauré de la grossesse et de l’accouchement, il est important de dire que la première année de vie d’un bébé est riche en émotions et en fatigue, les parents seront tous les deux éprouvés par leur nouveau rôle. Certains seront mis en difficultés par le fait d’aimer un homme devenu père ou une femme devenue mère, comme si la sexualité ne pouvait pas concerner une mère ou un père. Dans ce cas-là, il est important de consulter un psychologue afin de mettre des mots sur cette absence de désir et de retrouver en soi et chez l’autre la personne, l’amoureux(se), l’amant(e) et pas dans le parent.

Par ailleurs, la sexualité ne concerne pas uniquement la pénétration, et durant cette période du post-partum encore plus qu’à un autre moment, il importe d’enrichir le rapport amoureux d’attentions et de tendresse, afin de ne pas perdre contact avec la sensualité qu’elle soit à donner ou à recevoir.

Papa ne semble pas vouloir s’occuper de Bébé, comment lui donner envie ? Au contraire, je n’arrive pas à faire confiance au papa alors qu’il aimerait s’en occuper…

Le devenir parent n’est pas évident pour tout le monde. Certains pères ou mères sont plus en difficultés. Ce n’est jamais la faute du bébé et c’est important de le lui dire. Devenir parent c’est une étape de la vie qui convoque tellement de choses et d’émotions, à commencer par l’enfant que l’on a été, les parents que l’on a eu, les parents que l’on aurait aimé avoir, ce que l’on s’imagine d’un enfant, d’un bébé, d’une fille, d’un garçon …

Les jeunes parents sont aussi mobilisés par des grands concepts, qui peuvent faire conflit, comme la loyauté à l’égard de leurs parents et de leurs pratiques éducatives, la colère, la peur de mal faire, la peur d’être séparé … Chacun trouve des aménagements pour être le moins mis à mal, et certains seront dans l’évitement. L’autre parent, ne peut que proposer le soin ( change, endormissement, jeu …), la discussion, valoriser l’autre dans ses tentatives .

Mais c’est au parent en difficulté d’élaborer ce qui fait crispation ou détresse en lui. Le parent plus à l’aise ne peut pas être thérapeute, il peut nommer ce qui ne va pas, il peut accompagner, mais ne peut pas changer l’autre s’il ne participe pas à son propre soulagement.

Une mère qui n’arrive pas à faire confiance au père, c’est une mère qui a peur pour son bébé, qui a peur de mal faire et qui donc contrôle tout sans laisser la place au père ni à l’enfant d’être des personnes qui se rencontrent. Elle doit se demander pourquoi, elle pense l’homme qu’elle choisit pour devenir le père de son enfant comme défaillant. Qu’est-ce que cela évoque dans son histoire, mais aussi qu’est-ce que cela permet par rapport à son sentiment de puissance ?

Seules les expériences de soin et d’échanges avec le bébé viennent sécuriser le sentiment d’être compétent. Si il n’y a pas de rencontre, alors il n’y a pas d’expérience et donc pas d’assurance. En somme, si le parent n’essaye pas de prendre soin ou de laisser l’autre prendre soin, cela ne peut que renforcer la crainte en soi, chez l’autre parent et chez le bébé.

Comment réussir à gérer la fatigue, les désaccords sur le comportement à avoir avec bébé ?

La fatigue est un facteur essentiel dans les tensions que peuvent connaitre les parnets de jeunes enfants. Le bébé dormira près de 6 heures d’affilées aux alentours de trois mois, et c’est déjà ça faire ses nuits pour un bébé. Alors les nuits segmentées des parents participent à la fatigue, mais les suites d’un accouchement aussi, et le rythme du travail qui reprends ou qui continue. Ce qui est fatiguant aussi, c’est d’être convoqué uniquement dans son rôle de parent ou de travailleurs.

Il est essentiel de se dégager du temps pour soi. Et au début, ce temps libre est surtout utilisé pour dormir, mais petit à petit, la lecture, le sport, un café avec des amis … viendront oxygéner l’état d’esprit, l’humeur. Il est essentiel de se reconnaitre comme fatigués et de se le dire en couple pour permettre de dépressuriser les tensions. Car ce qui se dit avec colère, pourrait être perçu et exprimer autrement après une bonne nuit de sommeil.

Pour que le climat entre les parents et au sein du foyer se passe le mieux possible, soyez tolérants les uns avec les autres, la douceur et l’accompagnement sont plus apaisants et plus efficaces que les leçons de morales et les griefs. Renforcez le sentiment de sécurité du bébé en l’accompagnant dans l’endormissement, il ne pourra que mieux en dormir. Et vous, allégez le programme du ménage, des tâches logistique, prenez le temps d’une pause à deux, au début hagards et lessivés sur le canapé, puis sous la forme d’une soirée voire d’un week-end en amoureux.

Réponse par Zoé Piveteau, Psychologue.

Pour plus de réponses à vos questions, consultez notre dossier spécial jeunes mamans.

#amour #couple #écoute #enfant #fatiguée #libido #naissance bébé #relation
Commentaires (4)
  1. Babycook33

    ahah toujours difficile mais au final tout vient naturellement vous trouvez pas ?
    D’ailleurs j’en ai fais un article (il va arriver d’ici semaine pro) sur https://www.babycook.pro

  2. laura10

    C’est vrai que la naissance d’un bébé entraine forcément des changements au sein d’un couple. J’ai aussi un <a href="https://www.babycook.me/">blog</a&gt; à ce sujet.

  3. Manon356

    Article très intéressant et vrai ! Vous m’inspirez pour rédiger un article du même genre sur le blog où je suis rédactrice https://www.zonegrossesse.com/

ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser