fête

Cette fois-ci, c’était vraiment la honte…

Ecrit par Alice H.
le 8 août 2016

C’est terrible. Sur le moment, on se dit qu’il ne pourrait pas nous arriver quelque chose de pire. On devient rouge cramoisi, on a envie de se terrer dans un trou de souris… mais lorsqu’on la raconte à nos copines, on rit tellement qu’on est presque contente que ça nous soit arrivé ! Notre pire honte restera gravée dans nos esprits ( et ceux de nos amies ). Chez TrucsDeNana, on a eu envie de vous faire partager les pires hontes des nanas de la rédaction, de nos copines, des lectrices … Attention fou rire garanti !

Julie : 

Mercredi 16h30, RDV chez l’esthéticienne. 16h38, je suis à moitié nue sur la table, quasiment prête psychologiquement pour faire face à la redoutable épilation du maillot. 16h53, je souffre déjà mais courageusement, je retire ma culotte rose à petits pois pour passer à mon popotin. 17h00, je suis à quatre pattes sur la table, cambrée, en train de me faire tartiner la raie des fesses avec de la cire. 17h01, mon esthéticienne m’abandonne pour accueillir une autre cliente me laissant telle quelle. 17h10, je commence à trouver le temps long : mal aux bras et les fesses qui picotent. 17h19, je panique mais n’ose pas appeler quelqu’un. 17h26, appeler n’aurait servi à rien : une cliente entre dans la salle et se retrouve nez à nez avec mon joli fessier ( bien sûr non épilé !). L’esthéticienne accourt en criant « Oh ! je vous avais oublié ! » Sans blague…

Sophie :

Je sors avec un mec depuis quelques semaines. Il m’invite chez son père à Paris pour passer la journée. Chez son père et son petit-ami par ailleurs. Super bien accueillie, on déjeune avec eux avant d’aller se poser tranquillement dans sa chambre. On s’assoit sur son lit, je dis bien « on s’assoit » et le lit se démonte complètement ! Alors qu’on essaie de retirer le matelas en rigolant pour le réparer, son père rentre dans la chambre avec son mec. Il nous regarde, regarde le lit et dit : « On va faire des courses alors … ou doucement, ou par terre » … Gloups ! Impossible de faire quoi que ce soir ce jour-là.

Marine :

J’étais au collège. A l’époque j’étais folle amoureuse d’un garçon, qui ne s’intéressait visiblement pas à moi, et j’allais le regarder jouer au foot le midi dans la cour de récré. Un jour qu’il était dans les buts et moi tout proche, il se retourne vers moi et dit : « Tu veux jouer ? ». Moi, toute fière qu’il s’intéresse à moi, je fais une mine mi-je m’en foutiste mi-charmeuse, et je lui répond : « Oh non, ça va, j’ai pas trop envie de jouer. » Et là, il me fixe et rigole en disant : « Non mais c’est pas à toi que je demandais ! ». Moi, rouge tomate, je ne sais plus quoi dire alors qu’il se fout ouvertement de ma gueule. Depuis, je hais le foot.

Charlotte :

Grosse soirée dans une maison de campagne paumée. Il y a énormément d’invités et les voitures sont toutes garées au milieu des champs. Alors que je me balade dehors avec des copines, une grosse envie de pipi me prend. Je regarde autour de moi et ni une, ni deux, je baisse mon pantalon et commence à pisser derrière les voitures. C’est alors que deux grands phares s’allument derrière moi et éclairent mes fesses. Un mec dans sa voiture prévoyait justement de s’en aller et est tombé nez à nez avec mon popotin tout blanc. C’est devenu le sujet de conversation préféré des gens de la soirée !

Camille :

C’est le début de l’été, j’ai 16 ans, la peau bronzée, toute amincie, fière de montrer mon superbe nouveau deux pièces rouge pimpant ! Impatiente de me baigner, je décide d’emmener mon chien, un beau golden retriever au tempérament fougueux. On s’élance donc, tous deux cheveux et poils au vent, en courant vers la mer. Mais on ne m’avait pas dit : cette belle plage de Vendée était réputée pour son sable « marécageux ». Croyez-moi ou non mais, en réalité, on s’enfonçait jusqu’à 50/ 70 cm dans le sol. Ma course effrénée a alors été stoppé par une chute en mode « vol plané » ! Je me suis retrouvée affalée, tête dans le sable, la laisse coincée au poignet et le chien qui tire toujours dessus ! N’osant plus faire un mouvement, j’entends glousser au loin. On me montre déjà du doigt… Ma pire honte ou comment être encouragée à piquer une tête dans une eau à 15° !

Elodie :

C’était un gage avec un copain. On devait aller dans une pharmacie pour acheter une boite de préservatifs. Il y avait beaucoup de monde ce jour-là. Le plus discrètement possible, je demande à la pharmacienne : « Pouvez-vous me donner une boite de préservatifs, s’il vous plait ? » jusqu’ici, pari tenu. Mais la pharmacienne a alors crié devant tout le monde : « Quelle marque voulez-vous, Durex, Manix… ? » Tout le monde nous a regardé, j’ai rougis comme une tomate, je ne savais plus où me mettre. Mais mon pote a alors répondu : « Je ne sais pas trop, vous par exemple, vous prenez lesquels ? » Honte à moitié partagée ce jour-là. 

Andréa :

J’étais au McDo avec un collègue du boulot qui me plaisait grave… on mange tranquillement, on papote. Là, je bois mon Fanta, je ne sais pas ce qui s’est passé et je lui ai roté en pleine figure… Il a fait une drôle de tête sur le coup sans rien dire et moi j’ai rasé les murs pendant plusieurs mois. 

Chloé :

Je suis en Seconde au lycée. Pour aller à la cantine, on doit emprunter un long couloir très large. Pour éviter de faire la queue, je me mets à courir pour atteindre la fil d’attente du self avec mes amies. On passe devant des « grands » (genre de Première ou de Terminal !). Mais alors que j’essaie de faire la belle, mes pieds commencent à s’emmêler et je fais un vol plané en avant, glissant encore sur 2 ou 3 mètres, mon sac à dos rose passé par dessus la tête ! Tout le monde m’a vu, tout le monde s'est plié en deux et moi j’ai jeté mon sac rose le soir même.

Caroline :

Un matin, alors que mon copain venait de partir au travail, j’avais très envie de faire la grosse commission ! Je m’étais retenue toute la soirée de la veille car je suis gênée de la faire quand il est là. Donc une fois parti, je saute sur l’occasion et je vais aux toilettes. Quel soulagement… Tout à coup, le son de la télé augmente à fond. Paniquée, je sors des toilettes sans m’essuyer ni même me rhabiller et sans tirer la chasse, en laissant derrière moi une odeur horrible. J’arrive dans le salon et mon copain, qui était caché derrière le bar, sort et crie : « Surprise ! » J’étais super gênée !

Alexandra :

Quand j’ai passé mon BTS, avant que ça commence, je suis allée aux toilettes. Je fais pipi. Au moment de m’habiller, ma jupe s’est coincée dans ma culotte. Tout le monde pouvait voir mes fesses alors que moi je ne sentais absolument rien ! Les gens me faisaient des signes pour me faire comprendre, mais moi, je pensais qu’ils m’encourageaient pour mon épreuve. Ce n’est qu’en m’asseyant que j’ai réalisé que mes fesses collaient au siège …

Sarah :

Premier jour des soldes. Les boutiques sont blindées. Je suis dans la fil d’attente des cabines quand enfin mon tour arrive. Je ferme le rideau et me déshabille pour essayer le fameux jean que j’avais repéré depuis si longtemps. Je peine à rentrer dedans, j’ai beau forcer, il ne m’arrive qu’aux genoux ! Alors que j’essaie, dans une tentative désespérée, de tirer dessus, je perd l’équilibre et m’étale au milieu des cabines d’essayage en petite culotte, le jean baissé ! Les clientes sont pliées de rire et moi je lutte pour me relever…

Rebecca :

Lors d'une soirée d'été en extérieur, je bois une bière, puis deux, puis une envie de faire pipi insoutenable me prend. Le dilemme de beaucoup de filles : où aller ? Une copine m'accompagne dans le bar le plus proche. J'arrive en serrant les cuisses difficilement jusqu'au toilettes. Un soulagement m'envahit, jusqu'au moment où je me rend compte que j'ai gardé ma culotte et que je me suis pissé dessus ! La honte juste pour moi toute seule, mais la honte quand même. J'ai dû jeter ma petite culotte et j'ai passé ma soirée à redouter les courants d'air qui pourraient soulever ma robe.

Cerise:

Mes parents étaient absents. J'étais avec mon copain en train de faire des galipettes dans le lit lorsque j'entends du bruit dans ma salle de bain juste à côté de ma chambre … J'avais complètement oublié qu'un plombier devait passer vérifier les tuyauteries de toute la maison. Prise de panique, je planque mon copain sous les couvertures et me remonte la couette jusqu'au cou en faisant semblant de dormir. Le plombier entre dans la chambre, fait le tour du lit et trafique un truc à moins d'1 mètre de nous. Il ressort de la pièce en lançant un petit : « Bah dit donc, y'en a du monde la dessous ! » Oups !

Un grand remerciement à nos copines qui nous ont livrées leurs petits secrets.

A votre tour les filles de nous raconter votre plus grosse honte ! N’ayez pas peur, on ne fera qu’en rire !

Par Sarah Paszkewiez et Alice Hermil.

#fête #fun #gaffe #histoire #honte #mec #pire #rire #témoignage
Commentaires (2)
  1. Agathe3689

    Au collège, il y a eu des dégradations dans les toilettes. Depuis il y a des horaires d’ouverture fixées. Il y a quelques jours, j’y suis allée en fin de récré… Il m’ont oubliée à l’intérieur! La honte quand ils sont venus m’ouvrir!!!!

  2. stellae

    Très bons conseils 🙂

ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser