sexe

Au nom du Père, du Fils et du Kâma Sûtra…

Ecrit par Justine Andanson
le 1 mars 2009

« Le sida ne peut être réglé par la distribution de préservatifs », le Pape Benoit XVI ne se doutait pas du trouble que provoqueraient ses paroles, lorsqu’il a déclaré ce message en visite au Cameroun. En France et partout en Occident, les propos ont choqué, pour les associations comme « Sidaction », par de […]

« Le sida ne peut être réglé par la distribution de préservatifs », le Pape Benoit XVI ne se doutait pas du trouble que provoqueraient ses paroles, lorsqu’il a déclaré ce message en visite au Cameroun. En France et partout en Occident, les propos ont choqué, pour les associations comme « Sidaction », par de telles affirmations le Pape aurait tout bonnement anéanti des années de travail en Afrique. Pourtant, les paroles de Benoit XVI ne sont pas insensées pour tous, certains comprennent ce qu’aurait voulu dire le Pape. Oui, le préservatif ne règle pas la question du sida, il n’est qu’une prévention ; pour certains il n’est pas totalement fiable, pour d’autres il encouragerait le libertinage et la dépravation sexuelle. Quels sont donc les remèdes contre le sida ? L’abstinence et la fidélité hurlent les croyants, des notions abstraites dans le monde vulgarisé qu’est le nôtre.
Une polémique qui nous mène rapidement vers un autre débat, comment parler de sexualité, comment envisager le sexe lorsqu’un Dieu, un Prophète ou un Pape nous montre le chemin ? La sexualité en tant que plaisir et désir sain peut-elle coexister avec la religion ? Nous avons demandé l’avis de croyants et non croyant.

« Je suis musulman et je suis les principes auxquels je crois ; pour mon grand-père je ne suis pas un bon musulman car je ne suis pas tous les « codes » du Coran. J’ai eu du mal à accepter ces reproches, mais aujourd’hui j’ai compris que l’on peut honorer « Allah » sans pour autant se priver des plaisirs de la vie. Ma copine ne désire pas se marier, ce n’est pas pour ça que nous ne faisons pas l’amour. Le sexe est une histoire de corps puis de sentiments, la religion n’a rien à y faire ». Mourad, croyant, 29 ans.

« En 2009 qui peut bien coucher pour procréer ? On le fait pour le désir et le plaisir avant tout. La religion ne fait que culpabiliser la personne. Les propos de Benoit XVI sont décevants et inutiles. Certes, les préservatifs ne font que nous protéger, mais c’est tout de même mieux que de condamner des centaines de milliers de personnes à mort. Comment peut-on dire en Afrique, un pays où la polygamie est intégrante à la culture, que la fidélité est la meilleure des solutions. Avant de prêcher une bonne parole, faut-il encore la retranscrire dans son contexte ! » Myriam, non croyante, 24 ans.

« Selon le livre sacré de ma religion, la Thora (ou Torah), je suis censé ne pas avoir le droit de me masturber. Un interdit qui existe aussi pour les musulmans et les chrétiens, je crois. Comment faire pour ne pas se masturber lorsque mes hormones me supplient de le faire depuis mes 15 ans ? Mon père m’a dit que la sexualité était naturelle, mais en tant que bons croyants, nous devons nous plier à des règles parfois difficiles pour honorer Dieu. Le sexe n’est pas mal, mais doit être uniquement orienté vers le mariage. Chaque jour je me bats contre mes pulsions animales, je comprends ce qu’a voulu dire le Pape ; le sexe n’est pas un jeu, les préservatifs jouent le rôle d’accessoires nous permettant d’avoir du plaisir sans conséquence, ce n’est pas de cette façon que l’on mûrit ». David, croyant, 25 ans.

« Je suis chrétienne et j’ai été confrontée à la pire des situations à cause du sexe. A 19 ans, je me suis fait avoir par mes hormones et mon amour, j’ai eu des relations sexuelles en dehors du mariage avec un jeune homme et je suis tombée enceinte. Brillante étudiante, ma mère qui n’est pas pratiquante m’a supplié d’avorter pour mon bien, et je l’ai écouté. Aujourd’hui, je regrette chaque jour ce choix, j’essaye de me racheter aux yeux de Dieu en étant une bonne croyante et pratiquante, mais le péché que j’ai commis ne me sera sans doute jamais pardonné. Les paroles du Pape Benoit XVI sont justes et doivent être suivies. Le sexe en dehors du mariage ne peut conduire qu’au malheur. Je ne vois pas en quoi sa déclaration était choquante. Dans notre monde matérialiste, je pense que l’Occident n’a pas été choqué, mais déçu. Notre Pape a des millions de fidèles, si tous nous suivions ses paroles, les entreprises Manix ou autres auront du mal à s’enrichir ! ». Catherine, croyante, 36 ans.

Le sexe et la religion ne finiront jamais de se battre, la passion qu’ils suscitent ne peut être contrôlée et encadrée, au mieux seulement refrénée. J’aimerais que vous ne jugiez pas ces personnes qui ont bien voulu nous répondre. Leur choix de vie n’a pas à être validé. Néanmoins, n’hésitez pas à nous donner votre avis sur les propos du Pape Benoit XVI et sur le duo que forme sexe et religion.

Par Belinda Kheddouche

#avortement #catholicisme #christianisme #contraception #judaisme #musulman #pape #préservatif #religions #sexe
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser