culture

Manga et BD : les filles s’y mettent

Ecrit par Justine Andanson
le 1 juin 2010

L’univers du 9ème art a été durant de longues décennies un monde réservé aux hommes. Batailles sanglantes, tueurs en série, héro boosté à la testostérone, la femme n’était dans la BD qu’un objet de fantasme, qu’un second rôle. Mais les moeurs évoluent, la femme moderne arrive et avec elle des auteurs aux petits soins pour […]

L’univers du 9ème art a été durant de longues décennies un monde réservé aux hommes. Batailles sanglantes, tueurs en série, héro boosté à la testostérone, la femme n’était dans la BD qu’un objet de fantasme, qu’un second rôle. Mais les moeurs évoluent, la femme moderne arrive et avec elle des auteurs aux petits soins pour ces dames. Aujourd’hui nous aussi nous avons nos bandes dessinées, avec nos héroïnes préférées. Des histoires plus profondes et des intrigues amoureuses, voilà la recette miracle des BD au féminin.
[image]http://www.trucdenana.com/photos/20080602-bd-2_grand.jpg[/image]

Le 9ème art
Pour la petite histoire l’art de la bulle a longtemps été mal considéré, à l’image de la musique Pop la bande dessinée a eu du mal à gagner la reconnaissance du public. Même si à notre époque elle a su trouver une place certaine sur nos bibliothèques, elle est encore trop souvent considérée comme de la lecture pour ados, et non pas comme de la véritable littérature. Une idiotie lorsqu’on voit à quel point la BD se porte bien. On ne télécharge pas une BD, on veut la posséder telle une œuvre d’art. Voici d’ailleurs quelques bijoux que je vous encourage à feuilleter :

  • Les Funérailles de Luce : « …Luce rêvasse… jusqu’au moment où elle voit passer un couple bien étrange: un homme maigre et nu, à l’air sinistre, accompagné d’une petite fille dont on ne peut voir le visage car elle porte un voile qui la couvre de la tête aux pieds. Encore plus étrange: elle seule les voit ! ». Une réflexion sur la vie et la mort à travers les questionnements d’une petite fille. Une histoire touchante, aux dessins délicats : un vrai chef d’œuvre.
  • Chroniques Birmanes : à mi chemin entre la BD et le roman photo, cet album signé Guy Delisle raconte le périple d’un homme, lui-même, partit suivre sa compagne en Birmanie. Ce sont 14 mois de découvertes que nous raconte avec naïveté et candeur M. Delisle. Comment il a découvert la triste réalité politique, sanitaire et sociale de ce pays dominé par une junte militaire, soutenue par de grands groupes industriels.
  • Fée et tendres automates : une trilogie ou se côtoie cruauté et magie, amour et horreur. Des dessins superbes, une histoire poétique pour lui comme pour elle. « Carlotta, vaste mégalopole tentaculaire bâtie sur les lambeaux de l’Ancien Monde, est un monde glacial où la haine des hommes est entretenue par un empereur déchu. Au sein de cet univers instable et violent, se déploie une histoire d’amour entre un automate du nom de Jam et une fée inachevée par son créateur. »

  • L’univers du Shojo
    Le Shojo est un manga destiné aux filles, à ne pas confondre avec le Shonen qui est lui pour les mâles. Les mangas existent depuis de nombreuses années, mais cela fait seulement 5 ans qu’ils connaissent un réel essor en France. Pourquoi aimons-nous les mangas ? Car ils sont colorés, souvent bourrés d’humour, sans oublier leurs petits formats plus pratiques que n’importe quelle bande dessinée. Vous avez sûrement déjà lu ou vu à la téloche un Shojo. Mais oui réfléchissez, Sailormoon, voilà le manga le plus connu par les filles. Rassurez-vous je ne vais pas vous proposer des mangas aussi gnangnans, voyez plutôt :

  • Nana : « Deux jeunes filles japonaises ont en commun leur prénom « Nana », leur âge et leur attirance pour Tokyo. La première, étudiante rêveuse et tête en l’air, est à la recherche du prince charmant. Quant à l’autre, plus déterminée et solitaire, c’est grâce à son premier amour qu’elle est devenue chanteuse dans un groupe de rock amateur. » Amour, amitié, rock et superstition absurde, ce manga est absolument incroyable. C’est LE coup de cœur de la rédaction !
  • Lui ou rien : « Riiko est déprimée à ca »use d’un chagrin d’amour. Elle rencontre un curieux vendeur qui lui demande ce qu’elle désire. « Un copain” ! Elle jette un coup d’œil au site qu’il lui indique et découvre qu’on y vend « l’amoureux idéal »… qui est une poupée… Elle passe commande sans trop réfléchir, et voilà qu’on lui livre une grande boîte, d’où surgit un beau garçon dans le plus simple appareil! Mais est-il vraiment une poupée ? » Rigolo, mignon, tendre, un manga simple comme on les aime.
  • Mari Okazaki présente : « Maki, encore au lycée, fait preuve d’un grand talent pour la photo. Asaï, jeune cameraman professionnel, la remarque et la fait participer à un concours dont elle sort victorieuse. Il souhaite, en fait, la confronter à son amie Saï, photographe elle-aussi, afin d’aider cette dernière à retrouver l’inspiration. Quelque chose de positif sortira-t-il de cette rencontre ». Chaque tome est une nouvelle histoire, une nouvelle découverte. C’est un style de manga très accrocheur : à tester absolument !
  • Que vous soyez mangas ou BD sachez que ces petits chefs-d’œuvre sont tous disponibles sur Amazon.fr.

    Par Belinda Kheddouche

    #bande #bd #culture #dessine #femmes #filles #lecture #livres #mangas
    Commentaires (0)
    ou pour écrire un commentaire
    ces articles peuvent m'intéresser