musée

Les expositions du moment : on fait le tour des capitales

Ecrit par Margaux
le 8 avril 2012

Les mois d’avril et de mai nous gâtent… en ponts ! Qu’attendons-nous alors pour se faire des petits week-end culturels qui font du bien au moral, aux yeux et aux jambes (et oui la marche à pied, il n’y a que ça de vrai!) ? TrucdeNana vous offre LA programmation culturelle du moment dans les capitales, accessibles […]

Les mois d’avril et de mai nous gâtent… en ponts ! Qu’attendons-nous alors pour se faire des petits week-end culturels qui font du bien au moral, aux yeux et aux jambes (et oui la marche à pied, il n’y a que ça de vrai!) ?

TrucdeNana vous offre LA programmation culturelle du moment dans les capitales, accessibles en train. Avec un focus spécial sur Paris, qui propose encore une fois ce printemps un « roadtrip intellectuel » hautement recommandable.

A Paris

L’expo la plus « monstrueuse »

Une immersion totale dans l’univers de Tim Burton. Une expo qui va ravir tous les jeunes et les ados fans du réalisateur de cinéma. Créée pour le MoMA de New York en 2009, cet événement nous permet de découvrir les talents de dessinateur, peintre, vidéaste, photographe, inventeur de sculptures bigarrées et stupéfiantes de Tim Burton.

La cinémathèque organise en parallèle des projections de ses films, ainsi que des vidéos beaucoup plus exclusives et confidentielles.

Jusqu’au 5 août 2012 à la cinémathèque de Paris.

L’expo la plus « dénudée »

En bon « pervers » qu’il était, Degas (1834-1917) prenait un vilain plaisir à espionner les femmes. Regarder par le trou de la serrure, se cacher et épier les femmes… nues, évidemment ! Ses tableaux de nus sont donc à cette image, des tableaux volés, des scènes de nudité interdites.

On entre, grâce à cette exposition, dans l’intimité de femmes peintes nues à la dérobé, de dos et sans vraiment se donner au peintre. Dans un tout autre registre que les tutus et les demi-pointes que l’on connaît, on découvre un autre versant de Degas.

Degas et le nuJusqu’au 1er juillet 2012 au Musée d’Orsay.

L’expo la plus « rock »

Une exposition qui retrace le parcours sensible de cet icône insaisissable, dans une période entre 1961 à 1966. Des années qui ont marqué sa montée populaire comme chanteur compositeur folk et sa mutation vers l’artiste rock qu’il incarne encore aujourd’hui.

Des photographies, de la musique, des vidéos, un roadtrip complet autour Bob Dylan. Un véritable voyage pour comprendre l’intimité et la complexité de cet homme qui représente toute une génération.

Bob Dylan, l’exposition rockJusqu’au 15 juillet 2012 à la Cité de la Musique.

L’expo la plus « fashion »

Deux maîtres, deux siècles, deux cultures, deux noms (Vuitton et Jacobs), une maison de luxe. Cette exposition met en parallèle ces deux personnalités et leurs amours pour l’univers de la mode et du luxe. Leurs contributions au sein de l’histoire de la mode est mise en avant dans cette scénographie divisée sur deux étages.

Les modeuses pourront (re)découvrir des vieilles malles sérigraphiées datant des début de Louis Vuitton à la fin du XIXème siècle. Les créations de Marc Jacobs les plus emblématiques sont exposées, pour ravir nos yeux émerveillés.

Louis Vuitton – Marc Jacobs Jusqu’au 16 septembre 2012 au Musée des Arts Décoratif.

L’expo la plus « sexy »

Ce photographe si fasciné par la beauté féminine dévoile les femmes et les déshabille. Helmut Newton met en scène comme personne les femmes qu’il capture avec son objectif.

Photographe de mode, il aime jouer sur des situations absurdes et des mises en abîme travaillées, toujours avec de l’humeur. Très doué dans l’art de décaler les scènes qu’il photographie, il ne tente pas de capturer la réalité, mais de créer sa propre vision de la réalité qu’il invente.

Jusqu’au 17 juin 2012 au Grand Palais.

A Londres

L’expo la plus « lumineuse »

Une exposition qui fait un parallèle entre les deux peintres Claude et Turner et qui montre l’influence de Claude sur la conception de la lumière de Turner. Ce dernier étant particulièrement reconnu et apprécié pour la force de la lumière qu’il exprime dans ses œuvres.

Finalement on comprend sa démarche et son influence à travers les tableaux de Claude. Les deux peintres ne peignent pas les mêmes paysages, pourtant la luminosité est similaire. La différence est plus centrée sur un désir d’expression. Claude est plus réaliste, tandis que Turner est plus impressionniste.

Turner Inspired: In the Light of Claude Jusqu’au 5 juin 2012 à la National Gallery.

L’expo la plus « expérimentale »

Cet artiste très contemporain propose une exposition assez perturbante, comme ses œuvres en générales. Il s’agit d’une sorte de nature morte en version réelle. Au lieu de voir des natures mortes dans des tableaux, Damien Hirst nous les expose en vrai.

Une expérience particulière, non recommandée aux enfants et aux personnes trop hermétiques à l’art contemporain.

Jusqu’au 9 septembre 2012 à la Tate Modern.

A Vienne

L’expo la plus « ensoleillée »

Pour la célébration des 150 ans de Gustav Klimt, plus d’une dizaine de musées à Vienne proposent des hommages au peintre autrichien. Notre préférée et la plus imposante : la collection du Belvédère. 

On admire les plus belles pièces de cet artiste si emblématique du début du XXème siècle. Un exemple de lumière, une intensité dans ces couleurs. Klimt aimait peindre des femmes dont la sensualité se ressent à travers l’œuvre achevée. La fragilité des corps diffère de la force des regards.

Collection du Belvédère de Vienne.

A Bruxelles

L’expo la plus « cinéaste »

Avant d’être connu comme directeur dans le monde du cinéma, Stanley Kubrick s’était initié à la photographie. Un travaille qui lui a servi aussi dans la mise en scène de ses films, très accès sur la lumière.

130 clichés inédits en noir et blanc où il sait se faire oublier derrière son objectif. Un vrai travail de photographe, très apprécié du public et qui nous donne un tout autre regard sur cet artiste surtout connu pour ses films comme « Eyes Wild Shut », « Orange mécanique » ou « 2001, l’Odyssée de l’espace ».

Stanley Kubrick photographer Jusqu’au 1er juillet 2012 aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.

Un beau programme culturel qui donne envie de prendre des billets et de se faire un ou plusieurs petits week-ends, en bonne intello qu’on est !

Par Margaux Rousselot de Saint Céran

#été #2012 #art #Collection #europe #exposition #musée #photographie #printemps #tableau
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser