internet

La Nana qui clôt l’année 2012 : Anne-Sophie Mignaux de Caratime

Ecrit par Justine Andanson
le 28 décembre 2012

Lorsqu’on regarde Anne-Sophie Mignaux, jolie blonde au visage de poupée et à l’allure élancée, on est admiratif.

Lorsqu’on connaît son parcours, ses choix, son ambition et sa volonté de fer, on reste bouche bée.

A 26 ans, elle a tout ce dont on peut rêver. Une boite couplée à un métier passionnant, un mari et un bébé en route. Mais pas que… En parallèle d’être co-fondatrice de Caratime.com, le premier site de e-commerce dédié à la vente de bijoux de mode et de montres en ligne, la jeune workalcoolic est également la 'USA Editor-at-large ' du magazine Citizen K International et journaliste pour le Huffingtonpost.fr.

Elle le dit elle-même, elle a eu de la chance. Voire beaucoup de chance. De belles rencontres au bon moment, des opportunités qu’elle a su saisir, le soutien et l’amour de sa famille, sans oublier ses facilités déconcertantes dans tout ce qu’elle entreprend… Mais la chance ne fait pas tout. Loin de là. Anne-Sophie, c’est avant tout une bosseuse. Une vraie bosseuse. Car travailler, oui, elle aime ça ! D’ailleurs, malgré son talent pour les études, à 18 ans, le bac ES Mention Bien en poche, elle décide de stopper net son IUT pour chercher du travail. Envie d’indépendance, d’un métier intéressant, d’une carrière exaltante… elle renonce au confort d’une voie toute tracée et prend le risque de se tromper, d’échouer.

Mais Anne-So, comme la surnomme ses amis, n’a pas peur de l’échec. Sa phobie à elle, c’est de s’ennuyer. Ainsi, à peine sortie de l’adolescence, elle rédige son 1er CV à la recherche d’un boulot. Ce sera son premier et ultime CV. Elle n’en aura plus besoin par la suite. Très rapidement, elle se fait embaucher en tant qu’assistante attachée de presse au sein d’un parti politique au moment de la pré-campagne électorale de 2007. Elle y reste quelques mois puis rejoint l’équipe de Jean-Roch, le créateur de la célèbre discothèque le VIP ROOM, à Paris, pour s’occuper de événementiel et des Relations Presse. « Je sortais beaucoup, j’aimais bien le monde de la nuit, mais ce que Jean-Roch appréciait chez moi, c’était mon train de vie hyper sain et ma volonté ! Il préférait quelqu’un qui se donne à fond qu’une personne avec un BAC 5 sans motivation. Ça a été une chance inouïe de travailler pour lui ! ». Une expérience très formatrice et des souvenirs événements inoubliables, mais un rythme extrêmement soutenu, H24, qui ne comble pas totalement Anne-Sophie. Elle quitte donc le monde de la nuit pour un job de chargée de production dans l’audiovisuelle. Là encore, elle ne trouve pas son bonheur et démissionne. Après un battement de plusieurs semaines et quelques doutes, elle monte sa société – sa première – un bureau de presse, à 24 ans avec une amie de 40 ans son ainée, ancienne directrice marketing dans le luxe. « C’était de ça dont j’avais envie ! Être ma propre patronne, choisir mes clients, décider de mon rythme de travail… ». Pourtant, Anne-Sophie a envie d’autres choses. De voyages, de défis, de nouveautés…

C’est à cette époque qu’elle rencontre Pierre, celui qui entre temps est devenu son mari, un financier et un entrepreneur né. Il lui confie son envie de créer un site de vente en ligne de bijoux et de montres, partant du constat simple qu’il n’en existe aucun en 2009. Malgré ses méconnaissances en joaillerie et son manque d’expérience dans le web, ce projet lui tient à cœur et elle souhaite faire partie de l’aventure. « C’était un nouveau challenge pour moi. J’étais très excitée à l’idée de créer le site, et surtout d’en apprendre plus sur les bijoux. Quand tu veux vraiment quelque chose, tout s’apprend ! Même si je partais de loin… Je me souviens avoir dit à Pierre qui au départ, n’était pas certain de vouloir me mettre sur le projet : « pendant les premiers mois, tu ne me payes pas et tu vois comment je m’en sors ». Je pense m’en être bien sortie… ». Avec ferveur, elle s’imprègne du monde de la joaillerie et de la gemmologie. De lectures d’ouvrages spécialisés en conversations avec des amateurs de bijoux, Anne-Sophie apprend telle une élève studieuse, tend l’oreille, prend des notes, écoute avec attention les experts en la matière. En 6 mois, à force de côtoyer journalistes et designers en joaillerie, les personnes dites « clés » de ce milieu, la néophyte devient – presque – incollable en pierre précieuses et autres carats, qui font désormais partie de son vocabulaire. « Grâce à l’aventure Caratime, j’ai eu la chance de rencontrer des créateurs qui sont devenus des amis, et, j’ai découvert des personnalités fascinantes, des amateurs de bijoux qui ont une vrai culture de la pierre, de l’horlogerie, des pièces uniques et rares, comme Franceline Prat, ancienne rédactrice Joaillerie à Vogue Paris, qui est l’une de mes plus belles rencontres.».

Aujourd’hui, Anne-Sophie a fait du chemin et Caratime aussi. Après son lancement en France, en Angleterre, et dernièrement aux États-Unis, Caratime ne cesse de connaitre le succès auprès des internautes et des médias. Anne-Sophie et son équipe localisée à Londres, travaillent sans relâche pour développer le site et se distinguer des autres bijouteries en ligne. « On bosse beaucoup mais dans une bonne ambiance. J’ai essayé de recréer une atmosphère familiale. Je pense que quand tu te sens bien quelque part et en confiance, tu donnes le meilleur de toi-même. ». Elle le sait, Caratime est devenu chronophage. Elle peut difficilement se détacher de son portable, ni même délaisser ses mails pendant une journée. D'autant plus qu'Anne-Sophie est perfectionniste, voire une éternelle insatisfaite. Elle prête attention aux moindres détails et ne se repose jamais sur ses lauriers.

Toujours en quête de nouveaux talents, Anne-Sophie adore voyager aux 4 coins du globe dans les salons internationaux à la recherche de perles rares. Elle aime par-dessus tout les bijoux « avec une vraie histoire et du sens » comme ceux qu'elle aime porter : sa bague de fiançailles, son alliance, sa médaille de baptême, sa médaille de famille du 16e siècle, son bijou JEM en or recyclé offert par son meilleur ami, ses deux piercings à l'oreille, son bracelet Cartier reçu pour ses 25 ans et son jonc Gag & Lou « Make a Wish« .

« Ce sont mes basiques que j'emmène dans ma valise mais comme je suis devenue addicted aux bijoux, je les remplace parfois par des plastrons colorés style Shourouk pour égayer des tenues ou par mes récents coups de coeur sur Caratime. ».

Où se voit-elle dans 10 ans ? Accomplie professionnellement et épanouie dans sa vie privé. « J'espère pouvoir tirer une vraie satisfaction de mon travail et être fière de ma carrière pour moins travailler comme une folle et être une bonne mère de famille ! ».

Mais avant cela, Anne-Sophie a du pain sur la planche ! Booster les ventes des bijoux sur la version US de Caratime, créer un showroom avec quelques pièce phares dans Paris pour recevoir les meilleurs clients et les journalistes et avoir un distributeur en Asie… Des défis qu'elle accepte sans sourciller et qui ne lui font pas peur. Et si jamais la belle est à saturation – ce qui, soyons claires, lui arrive rarement – on sait qu'elle ira se réfugier chez ses parents, dans un vieux Mas Provençal près d'Avignon. Un endroit sacré pour elle où le son des cigales l'aide à recharger ses batteries…

#accessoires #Anne-Sophie #Caratime #Internet #Mignaux #pierres #précieuses #romantisme
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser