audition

J’ai 25 ans et j’ai failli perdre l’audition à un concert !

Ecrit par Marie TERRY
le 14 mars 2012

C’est un témoignage à « écouter » signé Anne, une lectrice sympa et fidèle qui a voulu nous faire part de ce qui lui est arrivé et qui aurait pu être dramatique… A la base, une soirée sympa avec un super concert mais qui se termine à l’hosto quelques jours après ! Étant donné que cela pourrait […]

C’est un témoignage à « écouter » signé Anne, une lectrice sympa et fidèle qui a voulu nous faire part de ce qui lui est arrivé et qui aurait pu être dramatique…

A la base, une soirée sympa avec un super concert mais qui se termine à l’hosto quelques jours après ! Étant donné que cela pourrait arriver à n’importe qui, on a décidé de vous prévenir. Alors, à bon entendeur…

TDN : Étais-tu sujette à des problèmes auditifs quand tu étais petite ?

Anne : Pas vraiment mais j’ai eu quelques otites comme beaucoup d’enfants plus ou moins répétitives. C’est un signe alarmant et souvent déclencheur d’acouphènes par la suite. Certaines otites surtout mal soignées fragilisent considérablement l’appareil auditif. On dirait que je n’ai pas échappé à la règle…

TDN : Comment tu t’es rendue compte que cela n’allait pas ?

Anne : Je suis allée à un concert donné par des amis dans un bar le mercredi soir. Quand je suis sortie (au bout de deux heures de concert) j’avais les oreilles qui sifflaient très fortement. J’avais l’habitude d’avoir de légers acouphènes en sortant de boite, mais rien qui durait plus d’une heure. Ceux là étaient très violents, très perturbants. Sur le coup je me suis couchée en pensant que ce n’était rien de grave. Quatre jours après, j’étais à l’hôpital.

TDN : Où étais-tu placée pendant le concert ?

Anne : Pas de surprise à ce niveau, j’étais sur le devant de la scène à côté des enceintes et le son était assez mal réglé pour ne pas dire mauvais. 

TDN : Quelles ont été les suites ? Des traitements en particulier ?

Anne : Mes sifflements étaient toujours présents le jeudi matin, une amie m’a conseillée d’aller voir un ORL en urgence ; sur le coup je l’ai pris pour une rabat-joie, comme j’ai eu tord ! J’ai laissé trainer en pensant que, comme d’habitude, ça allait s’atténuer. Grave erreur. Le dimanche alors que j’étais de retour en Normandie pour une semaine de vacances, ma mère ma retrouvé évanouie sous la douche. La perte d’audition a entrainé un déséquilibre de l’oreille interne qui contrôle l’équilibre du corps. Je me suis alors évanouie 4 fois de suite en moins de 20 minutes !

Paniquée, je suis allée à l’hôpital passer un audiogramme en me disant que ce n’était qu’une formalité et que j’allais repartir avec quelques cachets à prendre
deux jours. Pas vraiment : j’avais perdu 20% d’audition aux deux oreilles, et ils m’ont hospitalisé d’urgence et mis sous corticoïdes (seul traitement existant) en perfusion ! Charmant début de vacances. Je suis sortie de l’hôpital trois jours après à ma demande, car je ne supportais pas l’ambiance.

Pour faire court…Depuis j’ai un traitement d’un mois, très intense. J’ai une dizaine de cachets à prendre par jour. J’ai constaté les baisses de sifflements au bout de seulement une semaine. Je devenais dingue, j’avais un bruit continu dans les deux oreilles et mes nuits étaient plus que courtes (2 à 3h par nuit depuis le début du traitement). C’est extrêmement éprouvant physiquement et surtout psychologiquement. 

TDN : Un dernier mot ?

Anne : La bonne nouvelle dans tout cela c’est que j’ai été traitée vite et que mine de rien je suis jeune et en bonne santé (le traitement est de ce fait plus efficace).Mon audition est remontée, je ne suis plus qu’à 3% de perte. Les acouphènes sont toujours là mais beaucoup plus supportables. Il n’y a malheureusement pas de remède miracle, certains sujets gardent ce problème à vie ! Certains de mes amis ont des acouphènes depuis un an, trois ans…Ce n’est pas très encourageant mais je m’accroche c’est déjà très bon signe que le volume sonore des sifflements baisse.

TDN : Des conseils à donner aux lectrices ?

Anne : PROTÉGEZ VOS OREILLES ! Il existe des bouchons auditifs très performants, très discrets. Le volume sonore des boites, concerts ou festivals est au dessus des réglementations la plupart du temps. Faire attention au volume de son casque audio également. Ne jamais se mettre à côté des enceintes ! En boite, sortir toutes les heures 10 minutes environ. Nous sommes énormément informées sur les problèmes liés aux rapports sexuels non protégés ou bien encore à l’alcool, mais les problèmes d’audition liés aux excès de son, jamais. Donc sortez couvertes… de vos boules Quies, vous garderez vos oreilles intactes et je peux vous dire que je ne souhaite pas même à mon pire ennemi 10% de ce que j’ai vécu. 

TDN a demandé à un médecin ORL de conclure sur ce grave (ou aigüe) problème…

Selon le Docteur Castro, les traumatismes sonores représentent une véritable et fréquente urgence médicale. Dès les premiers symptômes, acouphènes et/ou surdité, il faut consulter en urgence son médecin ORL qui pratiquera alors une consultation et un audiogramme. En fonction des signes de l’examen, une corticothérapie sera préconisée. Il faut insister sur la prévention à savoir que toute écoute musicale via iPod ou autre doit être au maximum de deux heures par jour à une intensité raisonnable, et il ne faut pas du tout hésiter à se doter, lors de sorties en boite de nuit par exemple ou de concerts de bouchons anti-bruit. Enfin au moindre doute, ne pas hésiter à consulter son médecin ORL.

Pour tout questionnement, le Dr Castro sera heureux de vous apporter des précisions complémentaires.

Nous remercions le Dr Castro (ORL à Aix en Provence) pour son avis averti et Anne, pour son témoignage.

Ça n’arrive pas qu’aux autres, alors sortez les oreilles couvertes ! Et comme c’est le Docteur qui le dit, nous sommes tous ouïes !

Par Marie Terry

#acouphènes #audition #boules #médecin #oreilles #ORL #perte #Quies #risque #santé #son #sonores #témoignage #traumatismes
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser