application

Décryptage mode : le style Bobor

Ecrit par Margaux
le 11 octobre 2011

Depuis deux saisons, le charme discret de la bourgeoisie s'immisce sur les podiums des défilés. Cette saison : la silhouette est totale. Truc de Nana passe à la loupe ce style bourgeois qui vampirise tout.  

Phoebe Philo, directrice artistique de Céline, en est la chef de file. Avec ses collections soignées à l'extrême, où toutes les finitions et détails sont étudiés au millimètre, Céline impose non seulement un style, mais surtout des matières.

Fini les années Bling Bling menées par Balmain. Aujourd'hui, les créateurs mettent l'accent sur les matières nobles et les coupures épurées. Le vêtement doit être parfait dans son ensemble et véhiculer un message de raffinement et d'élégance.

Dans le monde des apparences et du paraître qu'est celui de la mode, il semble contradictoire d'imposer un style « nude ». C'est pour cela que les bureaux de tendance l'ont renommé « bourgeoise boring » (ennuyeuse). Pourtant le style classique de la bourgeoisie n'a rien d'ennuyeux. Il ne tombe jamais, du moins ne doit pas tomber, dans un look strict, limite castrateur.

Le style Bobor se situe toujours à la limite. Simple, limite austère. Bourgeoise, limite coincée. Mais sans tomber de l'autre côté de la barrière, là où il ne serait plus chic.

Comment en est-on arrivé là ?

En temps de crise financière, les acheteuses y réfléchissent à deux fois avant de partir pour une après-midi shopping de folie. On ne fait plus flamber la CB à chaque début de mois. Les consommatrices prennent plus leur temps et veulent se réfugier vers une mode plus « safe ».

Investir dans de belles matières, c'est aussi investir dans le durable. Plus question aujourd'hui de changer sa garde-robe tous les 3 mois. On veut des pièces que l'on gardera longtemps. Le vêtement est plus conçu comme un investissement. La qualité prime sur la quantité.

Alors, bien évidemment, tout le monde ne peut pas s'offrir du Céline ! Et cela, les enseignes de distribution l'ont bien compris. Maintenant Zara, Monoprix, Massimo Dutti etc. proposent plus de pièces « basiques » de qualité moyenne. Un pull en cachemire noir, un jeans brut droit, une chemise en soie blanche… autant de pièces qui forment le style de la Bobor.

Finalement, le fondement même de cette nouvelle tendance, c'est d'être plus respectueuse de ses vêtements, être plus attentive à l'heure d'acheter et voir sur le long terme fashion. La mode n'est plus autant l'alliée du capitalisme.

Et la femme Bobor, elle, a toujours existé. La différence en 2011, c'est qu'elle se retrouve sur le devant de la scène. Sa jupe droite couplée au chemisier est devenue une panoplie tendance, presque malgré elle. La bourgeoise se « fashionise ». On réadapte ses tenues, on lui vole ses accessoires, et surtout ses pièces de créateurs au tombé parfait.

A chaque situation, son look Bobor

Passer pour une bourgeoise légèrement coincée ça ne s'improvise pas. A part les fashionistas totalement dans la tendance, on préfère réserver ses looks Bobor pour les occasions appropriées. Voici quelques moments clés pour porter ce style.

A 15 ans

On est jeune, on aime s'amuser avec la mode et on teste les tendances. Quoi de mieux alors qu'un look légèrement scolaire, mais revisité. On s'inspire de Claudie Pierlot avec cette tenue de teenager bleu marine facile à porter.

La chemise col Lavallière fait vite vieillot chez une femme de plus de 20 ans. Quand on est jeune, on peut tout se permettre, alors on adopte la chemise camel avec une jupe marine plissée à carreaux et un caban de demi-saison. Petits collants pour les jambes et mocassins aux pieds. On reste light sur les accessoires pour ne pas faire « jeune vieille » et on dynamise l'allure avec un gloss rose flashy sur les lèvres.

Chemise en soie Gérard Darel, 155 euros. Caban en coton Acoté, 165 euros. Jupe Sandro, 145 euros. Mocassins Sonia by Sonia Rykiel, 305 euros.

A 25 ans

On rentre dans la vie active, stage en entreprise, premier boulot… on ne sait pas trop comment s'habiller. Le style Bobor est un bon compromis. On aime le look de Blair Waldorf dans Gossip Girl, mais il peut être un peu trop classique.

Alors pour contrebalancer on ajoute une pointe de masculin à l'allure Bobor pour faire pro, féminine, mais pas non plus secrétaire. Un jean droit brut (ou un pantalon noir) est une bonne base. On pique la chemise bleu ciel au vestiaire masculin, mais en version femme. Pareil pour les derbies claires. Enfin, on ajoute une veste en tweed (un classique de la Bobor), portée ouverte avec un collier doré.

Jeans H&M, 30 euros. Chemise en coton Laurence Doligé, 150 euros. Derbies Mellow Yellow 149 euros. Veste en tweed Comptoir des Cotonniers, 210 euros.

A 35 ans

On est tentée par le style Bobor, mais on a peur de faire un peu mémère… ou bien trop austère. Pour aller bosser c'est un look facile à porter. Il peut aussi convenir dans des occasions « sérieuses » : dîner avec votre belle-famille, réunion des parents d'élèves, démarches administratives, etc.

Céline propose un look Bobor stricte, avec une allure impeccable. Un peu trop de noir pour tous les jours. On préfère jouer sur les détails plus féminins, comme le col Claudine qui donne un coup de jeune. Pensez aussi au pantalon Chino très confortable et chic en beige. Assortie avec des talons vernies bordeaux, l'allure sera parfaite.

Pantalon Massimo Dutti, 80 euros. Chemisier Asos, 45 euros. Escarpins vernis Minelli, 99 euros.

Les basiques de la Bobor

Toutes les femmes ont dans leurs armoires, bien au chaud, leurs basiques fétiches. Voici les chouchous de la bourgeoise.

Le sous-pull col roulé (Petit Bateau, 39 euros) qui se glisse sous les gros pulls, les vestes ou les manteaux. Il habille le cou, comme un plastron et met en valeur le port de tête. 

Le serre-tête (en velours Accessorize, 14 euros). Il habille les cheveux et les maintient en place. En velours, en cuir ou de couleurs, il est toujours l'accessoire maître. 

Le sac porté épaule (modèle 24h de Gérard Darel, 270 euros). De préférence en cuir marron ou noir, le sac en cuir se pare de bordeaux ou de vert pin cet hiver. Porté épaule, main ou bras, il est le chouchou de ces dames. 

Le foulard en soie (Longchamp, 170 euros). Hermès l'a lancé, il est partout aujourd'hui et surtout autour des cous fragiles des Bobor, quand elles ne portent pas de col roulé.

La pièce par excellence des bourgeoises en hiver, c'est le manteau beige ! Long, simple, cintré et en drap de laine bien chaud, le manteau beige est le grand favoris depuis longtemps. Il est chic et se porte avec pantalons ou robes. Mais attention aux taches ! (Manteau en laine mélangée Zara, 139 euros).

Les accessoires de la Bobor

Le total look bourgeoise ne vous a pas vraiment convaincue ? Vous ne vous sentez pas encore prête pour assumer la Bobor qui est en vous… ou pas ! Rien n'est encore joué, il reste les accessoires. Et c'est en effet un bon compromis pour parfaire sa tenue, sans en faire trop.

La bourgeoise aime les perles. Souvent en boucles d'oreilles, elles sont un peu trop classiques. Cet hiver, on mise plus sur le collier (un tour suffira), qu'on peut aussi enrouler autour du poignet comme bracelet. (Collier Riverstone chez Yumestore, 60 euros).

Le petit côté rétro des bourgeoises se retrouve notamment dans leur goût pour les chapeaux. Pourquoi ne pas remplacer son bonnet en laine usé par une belle capeline beige ou un chapeau cloche framboise ? C'est plus élégant et moins passe-partout. Avec un jeans et un manteau gris vous aurez une touche d'originalité. (Chapeau cloche framboise Accessorize, 43 euros).

Un petit bijou précieux et délicat à la place d'une bague rock en argent, pas mal non ? Ça change de ce que portent les autres et c'est plus raffiné. En plus sa couleur blanche est très tendance. (Bracelet en dentelle Carlotti chez Jollia, 38 euros).

La Bobor voit la vie fashion en beige, en bordeaux, en marine, en marron, en vert pin ; simplement, avec sobriété ponctué de détails plus marqués. Un col roulé par ci, des perles par là ; des mocassins par ci, un col Claudine par là !

Pour suivre la tendance, pas besoin non plus de tout mettre en même temps, le même jour. Jouez des détails et des accessoires pour « boboriser » une tenue avec cette empreinte fashion tellement hiver 2012 !

Par Margaux Rousselot de Saint Céran 

#égéries #2012 #accessoires #application #beige #bobor #bordeaux #boring #bourgeoise #bourgeoisie #Céline #chapeau #col #décryptage #foulard #hiver #inspiration #looks #manteau #marine #marron #mocassin #shopping #vernis #vert
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser