beauté

Adriana Karembeu : mes secrets beauté

Ecrit par Morgane Derrien
le 30 novembre 2010

1,26 m de jambes, des défilés pour les plus grands noms de la mode, de multiples couvertures de magazines... La beauté, elle sait ce que c'est ! C'est donc tout naturellement, qu'elle lance en 2006 sa marque de cosmétiques et qu'elle nous livre avec plaisir, ses secrets de beauté.

TDN : Bonjour Adriana, pourriez-vous nous parler de votre journée type beauté ? Est-ce que vous avez des petits rituels beauté ?

Adriana : D’abord, je ne suis pas vraiment obsédée par les produits de beauté ou par ma beauté. Je m’occupe simplement de ma peau, de mes cheveux, mais dans la mesure du raisonnable. C’est important pour moi parce que c’est mon fond de commerce. Mais je n’aime pas le côté obsessionnel dans lequel les femmes tombent souvent… Je trouve ça assez ridicule. Je n’aime vraiment pas passer trois heures devant le miroir.

TDN : Et est-ce que vous êtes le genre de femmes qui prend des compléments alimentaires ou des choses de ce genre ?

Adriana : Pas vraiment, enfin pas beaucoup. C’est par période en fait. Par exemple il n’y a pas longtemps, j’avais des chutes de cheveux pas possible. Alors j’ai pris des vitamines. Ça m’arrive une à deux fois par an de prendre des oligoéléments, des omégas 3, parce que je ne mange pas beaucoup de viande. Et je fais régulièrement des prises de sang pour évaluer les carences que j’ai. En fonction de mes carences, je prends les gélules adaptées. Mais j’essaie de ne pas trop en prendre, parce que je n’aime pas l’idée de prendre trop de produits comme ça… D’ailleurs, j’ai vu aujourd’hui un magazine de santé, c’était justement la question des compléments alimentaires, et ça peut créer une sorte de dépendance et devenir dangereux… Si on prend une gélule pour la perte de cheveux, une autre pour la perte de poids encore une autre pour préparer la peau au bronzage, ça devient très vite excessif…

TDN : Et est-ce que vous avez des secrets anti-âge à nous donner ? Vous avez créé votre marque, avez-vous mis vos secrets anti-âge dans ces crèmes ?

Adriana : J’aimerais bien qu’on me donne le secret anti-âge… !(Rires) Mais ce que j’ai essayé de communiquer via mes produits, c’est de choisir un bon cosmétique. Pas forcément d’avoir énormément de produits à la maison ! Il faut choisir un produit qui peut vraiment apporter quelque chose de positif à notre peau. Aujourd'hui, il y a énormément de produits, des très bons comme des très mauvais. J'ai créé cette gamme principalement pour la qualité. Je pense que choisir un bon type de produit, de bien s’occuper de sa peau, de l’hydrater, de la soigner… c’est très important !

TDN : J’ai lu que vous étiez plutôt contre la chirurgie esthétique ?

Adriana : Ça va faire dix-huit ans que je travaille comme mannequin. Mon métier est basé sur mon physique et il est certain que j’ai beaucoup de chance, alors je ne peux pas dire que je suis contre cette obsession de la beauté…  Je déteste voir les femmes qui se détruisent, qui se refont le visage ! Elles se ressemblent toutes et on dirait qu'elles portent un masque. C’est une compilation de mal-être de recherche de confiance en soi. Pour moi, il y a toujours un mal-être que je ressens face à la chirurgie esthétique, même si ça peut aider certaines femmes à se sentir mieux dans leur peau.

TDN : Donc vous, vous êtes contre l’excès ?

Adriana : Oui. De l’excès mais surtout du manque de confiance par rapport à tout ça. Je dis toujours qu’une dose saine c’est important pour tout !

TDN : Vous n’avez pas succombé à la mode du Bio, pourquoi ?

Adriana : Dans la nourriture c’est important. Dans le secteur des cosmétiques, je pense qu’on n’est pas encore au point. J’ai utilisé des produits Bio, ce sont des produits sans conservateurs et qui tournent souvent… Sans ces conservateurs… des microbes peuvent entrer dedans et apporter des choses qui finalement ne sont pas du tout saines pour la peau.

TDN : Vous avez préféré miser sur des bons produits pour votre marque, avec des composants comme le silicium. Vous préférez l’efficacité de votre produit au côté Bio ?

Adriana : J’ai vendu des produits au Japon comme aux Etats-Unis où les normes sont très fermes. Je voulais donc des produits qui soient le moins agressif possibles. Et pour le Bio, je préfère attendre. Je n’ai pas envie de sortir quelque chose sur le marché qui n’est pas parfait. Si je ne suis pas satisfaite des produits Bio je ne peux pas les vendre…

TDN : Une autre question pour nos lectrices qui ont entre 15 et 35 ans, est-ce qu’il y a un secret pour garder son capital beauté à cet âge là ?

Adriana : C’est, comme je le disais tout à l’heure, de bien s’occuper de soi, de savoir choisir le bon produit, la bonne crème. (rire) ! Il faut choisir le soin adapté à notre âge, notre qualité de peau, et puis c’est une hygiène de vie. C’est faire du sport…

TDN : Et vous, vous en faites du sport Adriana ?

Adriana : J’en ai fait beaucoup quand j’étais jeune. J’ai recommencé il y a deux trois ans, comme je ne faisais plus de défilés. Mais je suis même un peu jalouse de ces femmes qui ont le courage d’être sportives. Je vois même ça dans mon entourage, mes copines, ma sœur sont très sportives… Et je me suis dit « mon dieu il faut que je fasse quelque chose ! » (Rire). J’ai finalement trouvé le sport que j’aime, parce que ce n’est pas évident pour moi d’aller dans les salles de sport. J’ai trouvé le Pilate, le yoga que je peux faire chez moi quand je veux, et puis c’est approprié à ma taille et à mon physique !

TDN : Il faut savoir choisir le sport qui nous convient mentalement aussi.

Adriana : C’est tout à fait ça ! On est pas toutes faites pareil donc c’est aussi important…  Et puis ça ne sert à rien de se forcer et de faire du sport à contre cœur. Il faut prendre du plaisir ! Ce qui est primordial pour moi c’est vraiment aimer et s’amuser.

TDN : Et une dernière petite question. Est-ce qu'il y a une chose où vous êtes mauvaise élève ?

Adriana : Ah je suis gourmande ! (Rire) Je me déçois à chaque fois ! Même si je suis devenue gourmande il y a peu de temps, depuis 7-8 ans. Alors que quand j’étais jeune c’était plutôt le contraire. Mais depuis que je me suis mariée, j’ai découvert la cuisine. J’adore faire la cuisine ! Et la gourmandise est venue avec. Dur dur car quand on mange des frites le soir, on le voit le matin…

Merci beaucoup Adriana pour ces petits conseils !
Merci à vous et à bientôt.

Par Justine Andanson, en collaboration avec Morgane Derrien

#Adriana Karembeu #beauté #interview #secret
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser