boxon

3 jeunes, 1 esprit folk : rencontre avec le groupe BoXon !

Ecrit par Margaux
le 19 octobre 2010

Ces trois mecs de 19 ans n’ont pas froid aux yeux. Depuis tous petits déjà la musique les portait, aujourd’hui ils sortent leur premier album « Baptême du feu » et vous n’avez pas fini de les écouter. BoXon est un groupe pop folk des Lilas, et non il ne s’agit pas d’un nom poétique, sinon […]

Ces trois mecs de 19 ans n’ont pas froid aux yeux. Depuis tous petits déjà la musique les portait, aujourd’hui ils sortent leur premier album « Baptême du feu » et vous n’avez pas fini de les écouter.

BoXon est un groupe pop folk des Lilas, et non il ne s’agit pas d’un nom poétique, sinon de la ville des Lilas, proche de Paris. Quand ils parlent des Lilas c’est pour en vanter les louanges : « c’est une ville patrie, c’est la meilleure au monde ! On revendique beaucoup notre ville. »

Une ville patrie et surtout un groupe d’amis. Les trois membres se connaissent depuis le berceau, c’est Valentin qui nous explique : « Avec Marlon on est né le même jour au même endroit. » Comme quoi il y a quelque chose du destin qui se cache derrière BoXon.

Ce sont d’ailleurs Valentin et Marlon qui ont formé le groupe vers l’âge de 11 ans. Valentin nous parle de leurs débuts : « Marlon avait une petite batterie jouet et moi j’avais une guitare qui trainait dans le garage, il lui restait deux cordes, elle était complètement délabrée. Mais on a directement essayé de jouer des compositions, ça tenait pas la route, mais on s’éclatait et on y croyait et c’était ça qui était important. » 

Jérôme, le troisième luron a rejoint le groupe quelques temps après, car c’est plus fun de s’éclater à trois.

Puis le groupe a pris plusieurs formes avant de devenir BoXon. Leur chemin a fini par croiser celui d’un label indépendant, qui n’aura servi que de tremplin pour arriver sous l’aile de Columbia. Plus question de faire marche arrière et le groupe le sait : « Aujourd’hui c’est le grand jeu, c’est le baptême du feu ! »

TrucdeNana : Est-ce que chaque membre du groupe peut présenter un autre membre ?

Jérôme présente Marlon : « Marlon c’est lui qui fait de la batterie et quelques chœurs. Il a un regard malicieux et il est très drôle. »

Marlon présente Valentin (chant, guitare et harmonica) : « C’est la personne qui est née le même jour que moi, donc c’est un peu mon faux jumeau. On se connait depuis qu’on est petits et on nous prend souvent pour des frères, c’est assez marrant. C’est le leader du groupe, un grand chanteur qui a le regard de braise. Et on joue super bien de la musique ensemble, c’est cool. »

Valentin présente Jérôme (alto et basse) : « C’est un personnage assez particulier parce qu’à la base il ne parle pas, on ne peut pas savoir ce qu’il pense, on ne sait pas ce qu’il vit. Mais on sait qu’il est là, qu’il est sympa, c’est l’essentiel et on s’entend bien. »

TDN : Boxon, musicalement, c’est quoi ?

Boxon : « C’est un groupe plutôt folk, on aimait bien Dylan, les Cash, les groupes folks américains des années 60. Le côté rock c’est la scène à « donf », c’est plus folk pop sur cd. » 

TDN : Pourquoi chanter en français si les influences sont plutôt américaines ?

Valentin : « Il y a quand même des influences françaises comme Raphaël, ça a beaucoup guidé pour l’écriture de l’album. On est français, on ne sait pas parler anglais du tout et ça aurait été ridicule. Le français a un petit côté poétique. D’ailleurs Dylan, s’est inspiré de Rimbault et d’autres auteurs français pour écrire. C’est dangereux en français parce qu’il y a beaucoup de mots qui ne passent pas et chanter ça, les rend cons. Toutefois, il y a aussi de bonnes rimes à tirer du français. »

Marlon : « Et c’est cool de se faire comprendre aussi. C’est vraiment mieux, parce que lorsqu’on écoute et comprend les paroles, ça donne un autre sens à la musique. »

TDN : Qui est-ce qui écrit les paroles ?

Valentin : « La plupart des textes, je les ai écrit. Après il y a plusieurs chansons de mon frère, il y en a plusieurs que j’ai fait avec Marlon. J’écris beaucoup de textes, c’est un truc que j’ai appris à aimer faire. Dès qu’il y a des paroles, ça change le rythme et la mélodie. » 

TDN : C’est du vécu personnel que l’on retrouve dans les paroles ?

BoXon : « C’est du vécu perso, du vécu aussi d’autres personnes. Du fantasme : Bonnie and Clyde. Plein de fantasmes amoureux et ironiques. Notre philosophie c’est : vivre vite et mourir jeune, c’est le côté gangster et c’est mieux d’avoir une vie pleine de pep’s. Ce n’est pas tant de vivre dangereusement, que de vivre uniquement des choses qui nous rendent heureux. C’est une envie sincère de faire les choses à fond. »

TDN : Et la musique, a-t-elle toujours fait partie de vos vies ?

Jérôme : « Moi j’étais au conservatoire dès l’âge de six ans. Au début, je n’accrochais pas trop mais j’ai intégré le groupe très tôt et là on y a cru presque dès le début. Quand j’étais petit, j’aimais beaucoup le classique et puis après je me suis tourné vers le hardrock. Aujourd’hui, je reviens vers le classique, je redécouvre le conservatoire parce que je m’y intéresse. »

TDN : Quelle est votre relation à la scène ?

Jérôme : « La scène c’est le moment qu’un artiste attend. Le nœud au ventre en coulisse et après dès que tu arrives, il y a tout qui explose, tu t’envoles. »

Valentin : « Il y a tellement d’appréhensions, qu’au moment d’entrer sur scène ça devient une transe énorme, c’est-à-dire que tu te souviens quand tu rentres sur scènes, tu te souviens quand tu descends, au milieu un trou noir. C’est un peu comme quand tu fais l’amour

TDN : La célébrité, comment vous l’envisagez ?

Marlon : « On a l’impression que ça ne changera rien, on ne s’en rend pas compte. Le bonus serait d’aller dans les soirées people et de rire avec tout le monde de tout le monde. »

Valentin : « On connait déjà un peu plus la célébrité aujourd’hui. Avec la promo naissante, i y a des gens qui nous reconnaissent, et sur internet certaines personnes prennent contact avec nous. On n’a pas vraiment l’impression que ça va prendre plus d’ampleur parce qu’on a notre studio, notre cocon, nos potes… On vit comme des jeunes normaux, en réalité. » 

TDN : Les BB Brunes dans tout ça ? La comparaison vous amuse ou vous énerve ?

Valentin : « C’est assez évident qu’on nous compare à eux. C’est justifié, sur scènes on est jeunes, on a les cheveux longs, on chante en français et on fait du rock. Après en réalité, ce sont deux univers différents. Nous, on a plus été inspiré par le folk des années 60 et eux par le punk des années 70. C’est une autre école. »

TDN : Que les célibataires lèvent la main.

Jérôme et Valentin lèvent le bras, seul Marlon ne dit rien. Les filles prenez note ! 

TDN : Quel type de nana vous plait ?

Valentin : « Les femmes fatales, les nanas qui font courir. Après je n’ai pas de type en particulier. Je me suis retrouvé à tomber amoureux d’une fille que je ne trouvais pas jolie à la base, donc c’est vraiment aléatoire. Mais j’ai une préférence pour les filles aux yeux clairs. »

TDN : Et pour finir, racontez-nous vos projets ?

Valentin : « Plein de concerts, plein de cds, plein de love, plein d’amour, plein de diplomatie. Et toutes les infos sont sur notre myspace ou sur le site de boxon.fr. A bientôt ! »

L’album est dans les bacs, n’attendez pas, on l’a adoré, vous allez l’adorer !

Pour voir le clip du Baptême du feu, rdv ici.

Par Margaux Rousselot de Saint Céran

#album #baptême #boxon #columbia #concert #culture #du #feu #folk #groupe #interview #musique #pop #rencontre #rock
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser