SMOKING

Les Smoking Smoking, un duo de nanas qui en jette !

Ecrit par Justine Andanson
le 14 décembre 2011

La recette du duo musical Smoking Smoking : Deux très bonnes amies, deux voix féminines et sensuelles, deux talents, deux styles différents mais complémentaires, quatre mains, un piano. La combinaison de tous ces ingrédients est efficace et simple puisqu’elle donne naissance à des chansons mélancoliques, douces, originales, envoûtantes et très cinématographiques… Vous les avez peut-être […]

La recette du duo musical Smoking Smoking : Deux très bonnes amies, deux voix féminines et sensuelles, deux talents, deux styles différents mais complémentaires, quatre mains, un piano. La combinaison de tous ces ingrédients est efficace et simple puisqu’elle donne naissance à des chansons mélancoliques, douces, originales, envoûtantes et très cinématographiques… Vous les avez peut-être découvertes en première partie d’Aaron cet été, elles ont pris leur envol ces derniers jours, seules sur scène pendant tout un concert au Gibus. Elles ont séduit le public, et n’ont pas l’attention de s’arrêter en si bon chemin. Interview de deux super nanas.

Pouvez-vous vous présenter à nos lectrices ?

Audrey : Moi je m’appelle Audrey Ismaël, je fais partie du groupe Smoking, Smoking avec ma collègue Vanessa Filho. On est toutes les deux musiciennes depuis longtemps et  on a créé ce projet ensemble il y a un peu plus d’un an.

Pourquoi Smoking Smoking ?

Vanessa : C’est venu assez naturellement ! Ce nom nous a évoqué tout un imaginaire fifties, cinématographique, noir & blanc, élégant, masculin

Audrey : Masculin-féminin, l’univers des dandys. En plus avec le terme « smoking », il y a aussi le petit jeu de mots entre le vêtement et le smoking qui veut dire fumer en anglais. Et puis, c’est un peu un contexte qui nous parle à toutes les deux… On est amies depuis longtemps, très proches et il y a des tas de moments où l’on se retrouve pour fumer des cigarettes et discuter. D’ailleurs, c’est dans un boudoir en fumée qu’on a décidé de chanter des chansons ensembles. Il y a aussi tout un imaginaire qui se cache dans le costume et ça on aime bien aussi.

Comme avez-vous crée le groupe ?

Un soir où l’on refaisait le monde, on a chantonné Are You Lucky, on a aimé, c’est venu spontanément ! On s’est dit qu’on allait réessayer, faire d’autres morceaux, d’autres choses ensemble. Au début c’était pour s’amuser car on prenait un sacré plaisir à faire ça ensemble. Puis on a enregistré Are You Lucky sur un dictaphone mais c’était complètement inaudible parce qu’on était dans un café bruyant. Le lendemain, on est retournées autour du piano, on a commencé par essayer de mettre ça en forme. On était complétement euphoriques ! Après on a fait écouter notre musique à notre entourage et on a reçu beaucoup de soutien et d’encouragements.

Depuis combien de temps vous connaissez-vous ?

Audrey : Cela fait six ans qu’on est amies. On s’est rencontrées lorsque je faisais un stage dans la production audiovisuelle. Vanessa était réalisatrice pour la boite pour laquelle je bossais et un jour où je l’ai accompagnée sur un tournage, on a discuté et ça a été comme un coup de cœur amical !

En quelques mots, décrivez votre musique…

Audrey : On a dit de nous qu’on faisait de la piano pop envoutante. On a trouvé ça pas mal du tout ! Ce terme colle bien par rapport au son et par rapport à nous.

Vanessa : Dans notre musique, il y a un coté mélancolique sans pour autant être enfermé dans ce style. Il y a aussi un aspect très féminin et sensuel sûrement parce que on est deux filles et qu’on mélange nos voix tour à tour.

Qu’est-ce qu’on pourra retrouver dans votre album ?

Audrey : Quelque part, on retrouve la suite de l’EP, mais je pense qu’on ose beaucoup plus de choses… Cet EP, c’était un très bel essai, certes avec des maladresses qui caractérisent le premier EP, mais ça nous a donné confiance en nous. Pour le travail sur l’album il y a une sorte de liberté complètement actée. On retrouve le même son mais avec une couleur plus riche. On travaille beaucoup plus en équipe donc forcément il y a des couleurs qui se développent de façon plus naturelle et il y aura plus de cordes, de cuivres, de cœurs… On aimerait bien trouver un son affirmé, un son entre les 50’s et le contemporain, c’est tout un mélange anachronique qu’on essaie de composer !

Vanessa & Audrey

Où puisez-vous votre inspiration pour composer ? Dans la rue ? Les rencontres ?

Audrey : Lors de la composition d’une chanson, il y en a toujours une de nous qui arrive avec une idée, un morceau de piano, un petit bout de chant, puis on formalise en chanson. Il y a aussi des choses auxquelles on pense toutes les deux parce qu’on se ressemble beaucoup et que l’on a des émotions assez fortes et similaires. La plupart du temps, on est inspirées par des choses qui nous arrivent, par exemple des « Bad romance ».  On ne s’interdit pas d’avoir une impulsion, une intuition ou une inspiration et de la partager avec l’autre.

Quelles sont vos influences musicales et quels sont les artistes que vous aimez écouter ?

Audrey : Chacune fait découvrir à l’autre ce qu’elle aime, ce qu’elle écoute ou a écouté. Il y a pas de musique que Vanessa aime et que je déteste ou le contraire, à part la funk qu’elle n’aime pas trop…

Vanessa : Audrey est fan des Beatles ! Moi, j’aime Fiona Apple, ce genre de voix, j’aime beaucoup Nina Simone, Elvis Presley

Audrey : On est très ouvertes musicalement, mais je pense que la musique, ça marche aussi beaucoup par phase, par période.

Vanessa : En tout cas, concernant notre projet, quand on l’a commencé, on n’a pas délimité un genre musical. A chaque fois, c’est venu spontanément !  Ce sont plus des univers personnels et des choses inconscientes, pas du tout réfléchies. Et puis je pense qu’on est autant inspirées par des films que par des musiques.

Ça fait quoi de réaliser son rêve et de pouvoir le partager avec une très bonne amie ?!

C’est vraiment génial, c’est la cerise sur le gâteau ! En plus on a toujours un peu collaboré et partagé nos envies artistiques. Donc le faire ensemble, c’est un peu comme un rêve d’adolescente qui se réalise, c’est un vrai « Truc de Nana » ! On a vraiment concrétisé nos envies, et ça c’est Waouh ! D’ailleurs, à chaque fois qu’on est sur scène par exemple ou qu’on fait des répét, on hallucine toujours de ce qui nous arrive.


Vanessa & Audrey

Vous vous engueulez parfois ?

Audrey : On ne s’est jamais engueulées depuis qu’on se connaît. On est assez différentes, moi je sais que je vais être assez impulsive, j’ai beaucoup de mal à mener les choses jusqu’au bout… Vanessa est hyper jusqu’au-boutiste et très intransigeante. On se complète bien tout en ayant plein de points communs ! Je pense qu’on est très complémentaires.

Le clip réalisé par Mark Maggiori est très original, ça fait penser à un film d’action et fantastique, un monde imaginaire avec des hommes nus qui semblent vouloir vous attaquer avec leurs voitures télécommandées… Comment avez-vous imaginé ce clip ? Ensemble avec Mark ?

Leur tout 1er clip « Are we lucky » réalisé par Mark Maggiori

C’est Mark qui a imaginé le clip. Vu que Vanessa est réalisatrice, la question s’était évidemment posée qu’elle fasse le clip. Puis, on s’est dit : « laissons le bébé à quelqu’un d’autre« . On lui avait précisé qu’on voulait quelque chose de différent, un peu barré ! On a donné quelques instructions mais la directive principale, c’était « sois libre, balance un truc un peu fou« .

Dans vos musiques, on a l’impression que vous êtes inspirées régulièrement par le cinéma…

Audrey : Oui, carrément ! D’ailleurs, on adorerait faire des musiques pour des films. Étant donné qu’on aime anticiper, je suis déjà entrain de réfléchir à la BO du film de Vanessa. J’ai une grosse admiration pour le cinéma. Selon moi, la musique et le cinéma sont deux univers très proches.

De quel genre de film, aimeriez-vous faire la BO ?

Vanessa : Certaines de nos chansons font penser au genre cowboy ou dancing… Souvent on nous a dit que c’était des chansons très cinématographiques et qu’elles pourraient clairement coller à un film. J’aurais trouvé ça génial qu’on fasse la BO d’un Cassavetes !

Vous avez fait la première partie du concert d’Aaron, de quel groupe ou artiste solo, aimeriez-vous faire la première partie ?

Vanessa : Je me verrais bien faire la première partie d’un Beirut ou d’un groupe un peu comme ça, dans cette énergie-là, ça pourrait être dingue ! Même si leur son est différent, leur musique est très organique, très cinématographique, très mélancolique…

Vous avez fait plusieurs scènes, comment vous comportez-vous ? Plutôt joueuses avec le public ?

Smoking Smoking : Cela dépend des concerts, dans les concerts où l’on se sent bien, où l’on est à l’aise, on se pose moins de question. Apparemment, on se regarderait bêtement entre les chansons avec un sourire. Vous savez, le sourire des copines heureuses d’être ensemble et de partager un super truc !

Audrey : Le fait qu’on soit sur scène toutes les deux, je sais que je ne suis plus seule… Je suis avec une amie avec qui je suis très complice, du coup c’est plus simple de pouvoir sortir une vanne en public ! On a hyper envie d’être nous sur scène, de défendre notre album. On est en train de se diriger sur quelque chose d’assez original, qui nous ressemble.

Comment ça s’est passé avec le duo Aaron ?

Vanessa : On a été surpris par leur générosité parce que tous les soirs avant qu’on monte sur scène ils venaient avec nous et ils étaient là « allez les filles! ». Ils nous encourageaient tous le temps. Simon faisait des massages pour nous détendre et Olivier des photos de nous sur scène. Le soir même, il nous envoyait un dossier photos !

Audrey : A certains moments, ils étaient tellement là pour nous qu’on zappait presque qu’après notre passage, il y avait leur concert

Vanessa : Olivier a même fait un remix de Are You Lucky et Simon a commencé à écrire un peu avec nous. Et on a prévu de refaire des dates avec eux !

Qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter ?

Que ça continue comme ça, ça serait génial et puis qu’on aille encore plus loin, et qu’on se surprenne. De pouvoir être aussi libres et en faire davantage !

Propos recueillis par Justine Andanson, collaboration Elise Chatelot

#AaRON #chanson #concert #interview #Mark #musique #réalisatrice #smoking
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser