Rencontre

Laury Thilleman, une femme engagée

Ecrit par Marie TERRY
le 8 mars 2018

En ce mois de la journée de la femme, on se devait de rencontrer une femme engagée dans de nobles combats. C'est Laury Thilleman qui va nous parler de ses engagements mais comme c'est une sacrée femme sportive, enthousiaste et drôle, les sujets n'ont pas manqué. Une belle rencontre d'une belle nana, évidemment, vous n'allez pas me contredire. Le plus difficile était de bien commencer l'interview...

Trucs De Nana: Je ne vous poserais pas de questions mode ou beauté, je ne voudrais pas que cette rencontre débute mal 🙂

Laury Thilleman (grand éclat de rire, tout commence bien)

Vous faites allusion à l’émission « C’est à vous« où un journaliste m’avait posé la question si cela ne me dérangeait pas d’être cantonnée à ces questions-là ? J’avais répondu que cela faisait partie du jeu, que je répondais volontiers à ces sujets, mode et beauté. Mais j’aime aussi parler d’autre chose et on va parler d’autre chose avec vous.

En tant que Nana du mois de mars, mois de la journée de la femme, on va parler de vos engagements. Quels sont-ils ? Déjà la cause féministe…

En effet, j ‘ai été choisie encore cette année, pour présenter l’émission « Une fois pour toutes, rire contre le sexisme » émission diffusée pour la journée de la femme du 8 mars en prime time sur France 4. Mais je n ‘ai pas attendu de présenter cette émission pour défendre les droits de la femme.

Quels autres engagements avez-vous pris ?

En tant que bretonne, je suis très sensibilisée à la sauvegarde des Océans et des plages et ce, depuis que je suis ado. J’ai concrétisé cette cause, étudiante en école de commerce, quand j’ai fondé une association, Surfrider fondation. On essaie de responsabiliser les enfants, dans les écoles, lors de colonies, mais aussi les familles à la sauvegarde des mers et plages. On leur apprend par exemple la durée de vie d’un mégot jeté sur le sable, d’un sac plastique à la mer. Justement en mars, c’est le mois des  initiatives océanes, des actions engagées pour nettoyer les cours d’eau, les rivières, les plages.

Bretonne de coeur toujours, la mer est votre passion ?

Oui, j’ ai une ancre tatouée à mon poignet qui me rappelle mes origines, la mer, le surf, mon papa marin. J’ai voulu faire profiter aux enfants autistes ma passion pour le surf. Je fais surfer des enfants autistes et essaie de leur apporter un peu de la lumière. Outre l’espace de parole qu’on tente à avoir par le sport, c’est surtout un beau partage qui se crée.

Si on résume, vous êtes sur ces trois fronts au quotidien: femme engagée pour les femmes, les enfants autistes et les océans ?

Oui, ce sont ces trois axes qui me poussent à aller vers les autres, pour ne pas penser qu’à soi et s’occuper de ce qui vous entoure.

Vous êtes une femme de votre temps en défendant des causes qui ont toujours existé, la cause des  femmes et l’écologie et  encore plus actuelles en 2018 ?

Je ne sais pas si je suis une femme de mon temps mais j’essaie de m’investir dans ce qui me touche et cela a évidemment pris plus de résonance depuis que j’ai eu mon titre de Miss France en 2011.

2011/2018, cela fait donc 7 ans, on peut estimer que c’est l âge de raison pour ne plus vous en parler ?

(rires) Je suis d’accord, c’est un beau geste que j’apprécie beaucoup.

Avez-vous des exemples de femmes engagées qui vous touchent ?

Sans hésiter, Simone de Beauvoir que je cite régulièrement, qui a été préceptrice dans tous ses engagements et qui a encore toute sa place de nos jours dans le combat mené pour la cause des femmes.

Que pensez-vous de l’actu de ces derniers mois avec le #balancetonporc ?

Petit à petit, les femmes sont en train de prendre la parole. La parole est une sorte de pouvoir. Et il était temps. En France, on fait trop attention à ce qu’on dit, on fait preuve de retenue, de délicatesse envers l’autre sexe, on a peur de prendre la parole, de froisser. Aux Etats-Unis, les femmes osent. En France, les femmes osent moins, ce qui me rend triste.

Vous-même, avez-vous été victime de sexisme au delà du mot outrageux de Laurent Baffie ?

En fait, je ne l’ai pas entendu me traiter de p…. Je ne lui en veux même pas mais là où je suis furieuse, c’est que les autres ont eux, entendu, que le son a même été amplifié ! Si j avais compris et analysé les sourires gênés, évidemment que j’ aurais réagi et levé mon bouclier. Mais oui, déjà dans ma courte carrière de jeune femme de 26 ans de journaliste sportif, j’ai eu beaucoup de réflexions et d’actes de sexisme.

Avez-vous une anecdote précise à nous raconter ?

Oui, je présente ma 1re émission sur le ski avec des chroniqueurs. Je fais attention avec le styliste de ne pas trop envoyer vu que nous sommes dans le domaine sportif. Je choisis un look rock, tee-shirt blanc et perfecto en cuir. A l ‘issue de l’émission, on m ‘a interpellée en me disant, tel quel:  je ne comprends pas le perfecto ? Ce à quoi, j ‘ai répondu, quand un homme présente le foot ou rugby, il porte un maillot ? Il aurait fallu que je porte un bonnet, des moufles ? Vu que j’étais une femme, j’aurais dû avoir le stylisme adéquat! Alors que les mecs eux, présentent les émissions  en costume/

Quelle est votre arme de riposte ?

La dérision et l’ humour sont mes boucliers. Bien sûr, je n’en suis pas morte, je ne suis pas choquée, je ne suis pas traumatisée par tous ces débordements mais ne laissons pas faire.  Et surtout sans s’énerver, cela serait leur donner trop de caution 🙂 Je suis une pacifiste et ne veux pas la guerre.

A quelques jours de la fin des JO, quelle médaille française vous a le plus émue ?

La petite Julia Pereira qui a remporté l’or avec l’épreuve de snowboardcross . Elle a fait preuve d’une maturité exceptionnelle dans sa course. J’ai eu des frissons, j’ai pleuré même si je ne la connais pas. Elle va avoir une belle carrière devant elle !

On reste dans les JO, quel sport aimeriez-vous présenter en 2024 ?

Les JO, évidemment, cela serait top d’y être associée. On va avoir l’épreuve de surf à Marseille, c’est la ville qui a été choisie ! Mais plutôt que de présenter une discipline, j’avais bien aimé l’émission que j’avais animée en 2012 à Londres. C’était une émission quotidienne multi sports au cours de laquelle on interviewait des sportifs et dans laquelle il y avait des reportages. J’aimais bien ce format.

Quand vous êtes aussi interviewée, voyez-vous des différences de ton selon si c’est un homme ou femme ?

J’ai l’impression que je dois plus me justifier devant un homme. Je suis journaliste (master) et j’ai suivi une formation pour y arriver et cela n’a rien à voir avec le fait que je sois une ancienne Miss France; mon engagement de femme est libre et ambitieux car les femmes sont ambitieuses. Ceci est non négociable car sous prétexte que j’étais une ancienne Miss France, je serais arrivée là par opportunité alors que mes études assoient ma légitimité.

Laury s’est prêtée au jeu des questions flash :

Le matin, je me lève et je… Je me balance de l’eau bien fraiche sur le visage, je nettoie ma peau et c’est le réveil le plus efficace

Le sport, je le pratique quand ? Je le pratique dès que je peux, dès que j’ai un moment de libre dans la journée, dans la semaine, c’est mon exutoire

Salé ou sucré ? Beaucoup plus salé, je n‘aime pas le sucré, je n’aime pas le chocolat 🙂

Mer ou montagne ? Mer évidemment !

Jupe ou pantalon ? Pantalon et d’ailleurs, je suis encore effarée que l’autorisation du port du pantalon pour les femmes ait été officiellement reconnue le 31 Janvier 2013 car il subsistait un texte qui n’avait jamais été abrogé

Une soirée en amoureux ? Hein, hein… je dirais, découvrir une bonne table parisienne car mon amoureux, le chef colombien mais très parisien, Juan Arbelaez est derrière les fourneaux et on a peu l ‘occasion de dîner ensemble

Justement une recette culinaire entre la Bretagne et la Colombie ? Un ceviche en entrée et des crêpes complètes, d’ailleurs, je l’ai charmé en lui faisant des crêpes !

Si je vous dis engagement politique… On ne me l’a pas encore proposé mais je laisse cela aux autres qui le font très bien comme Marlène Schiappa. J’ai d’autres projets 🙂

Je termine toujours pas les 2 mêmes questions.

Que diriez-vous aux nanas qui vont vous lire ?

Je leur dirais de croire en elles, de ne reculer devant rien et personne, d’être maitre de leur destin. C’est ce qui est le plus important

Quelle question auriez-vous aimé que je vous pose et que je ne vous ai pas posée ?

Peut-être, quelle citation aimez-vous avoir en tête ? Je lui pose alors la question et elle me répond par une citation de Simone de Beauvoir:

« N’ oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique ou sociale pour que vos droits soient remis en question, vous devez rester vigilantes votre vie durant « 

Un grand merci pour la gentillesse et la disponibilité de Laury. On ne va pas se quitter comme cela. Laury sort un livre en mai, sur les bonnes idées pour prendre soin de soi. Cet ouvrage traitera du sport, de la santé, de la rééducation. Justine va témoigner sur comment on prend soin de son corps après un accouchement et peut-être que j’aurais aussi un mot à dire 🙂

Mais en attendant, c’est une sacrée nana, belle on le savait mais aussi belle de l ‘intérieur, bienveillante et engagée. Cela méritait bien un portrait, qu’elle soit ma nana du mois de mars.
D’autant plus qu’elle m’invite à manger ses crêpes, boulot, boulot, je serais obligée d’y aller 🙂

Laury-Thilleman-Biographie

#8 mars #animatrice #femme engagée #interview #jeux olympiques #journée de la femme #Laury Thilleman #nana du mois #rencontre #sport
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser