Sexo

Comment prendre soin de son hygiène intime cet été ?

Ecrit par Sarah Paszkewiez
le 8 juillet 2017

L’été arrive : la plage, les nouvelles rencontres, la chaleur… Mais, parfois, on est tellement préoccupée par son bronzage et les sorties avec les copines, qu’on oublie de faire attention à notre bijou le plus précieux : notre foufoune… Et oui, pour beaucoup de nanas, tout n’est pas toujours rose pendant l’été. Alors, pour éviter que vos vacances tournent au cauchemar, Trucs De Nana vous guide pour préserver votre beauty fouf. Même si vous ne partez pas cet été, ce sont des règles d’or qui vous serviront toute votre vie.

Déjà, les filles, une à deux toilettes par jour suffisent, même l’été. Le mieux, c’est d’utiliser des produits adaptés à l’hygiène intime, comme les produits de la gamme Saforelle ou de la marque Roger Cavailles. Par contre n’abusez pas des produits intimes. C’est important pour ne pas agresser votre flore vaginale. 

Que faire tout au long de la journée pour prévenir les irritations et les problèmes intimes ?

Les protège-slips quotidiens existent, mais il ne faut pas en abuser non plus, car ils encouragent l’apparition des mycoses et des germes. Ils favorisent l’humidité et les mauvaises odeurs. Cependant, rien ne vous empêche d’en mettre, à condition de les changer très souvent.

Pensez à utiliser des lingettes intimes, à tout moment de la journée, même pour vous rafraîchir. Pour éviter l’humidité, séchez-vous après usage avec un mouchoir.

Evitez de porter des vêtements serrés, des collants ou encore des strings, qui favorisent les frottements. Privilégiez des sous-vêtements en coton la journée. Aujourd’hui, ils en font de très sympas. Entre nous, gardez la lingerie sexy pour les nuits torrides avec Jules !

Dernier conseil : quand vous allez aux toilettes, essuyez-vous de l’avant vers l’arrière pour ne pas inviter les microbes « à prendre le thé chez vous ».

Pour y voir plus clair sur les différentes infections qui  gâchent la vie… 

  • La cystite

Tout d’abord, l’infection urinaire également appelée cystite. Elle est beaucoup plus présente chez la femme que l’homme. Les causes et les facteurs associés sont les urines. Pour les femmes, c’est lié en règle générale au manque d’eau.

Symptômes : Des urines troubles, hémorragiques (vous faites pipi un peu rouge), ou qui ne sentent pas la rose. Vous passez votre temps à faire des allers retours aux toilettes sans que ça vous soulage pour autant. A chaque fois, c’est accompagné de douleurs et de brûlures.

Traitement : Boire beaucoup d’eau : au moins 2 litres par jour. Oui, vous aurez un gros bidon mais, vous serez soulagée très rapidement. Plus vous consommerez d’eau, plus les douleurs s’estomperont.

Vous pouvez en plus opter pour le jus, les ampoules ou les comprimés de cranberry (appelée canneberge, bien qu’il ne s’agisse pas exactement de la même plante), petite baie rouge au jus amer et acidulé à la fois, qui lutte contre les infections urinaires. Une propriété qui a été reconnue en France par l’Agence de sécurité sanitaire des aliments.

Attention, impossible d’avoir des antibiotiques sans ordonnance. Donc si ça ne passe pas au bout de deux jours, courrez vite chez votre médecin, votre gynéco ou un urologue pour un examen et des analyses complémentaires. Des complications sont toujours possibles comme une septicémie (infection du sang par les germes) ou une défaillance des reins.

Les questions qu’on se pose le plus souvent 

1) Est-il possible de faire l’amour pendant une infection urinaire ?
Non, surtout pas. Vous risquez d’empirer les symptômes et de transmettre l’infection à votre partenaire.

2) Y a-t-il des positions sexuelles à proscrire ou à favoriser pour éviter les infections urinaires?

Les positions telles que « le missionnaire » (la plus classique) ou « l’andromaque » (la fille au dessus) sont déconseillées. Au contraire, la levrette (à quatre pattes et l’homme derrière) diminue les risques.

3) Est-ce que l’infection urinaire est contagieuse ?
Oui, c’est contagieux donc on se réserve pour plus tard. Les retrouvailles ne seront que plus torrides.

  • La mycose vaginale ou génitale

C’est sûrement l’infection, la plus gênante, la plus contraignante et la plus pénible. Elle est généralement due à la prolifération de champignons appelés : Candida Albicans.

Symptômes : Des fortes démangeaisons, des rougeurs, et parfois des sécrétions blanches.

Traitement : Il existe deux moyens de traiter une mycose : à l’aide de comprimés oraux ou des ovules vaginaux (à introduire le soir avant de dormir). Mais, dans tous les cas, les filles, on ne se soigne pas toute seule. C’est préférable de consulter sa gynécologue.

Les questions qu’on se pose souvent

1) Quels soins intimes utilisés en cas de mycoses ?
En cas de mycose, un pH neutre ou légèrement alcalin (7 à 9) est recommandé, car il s’oppose au développement des champignons.

2) Est-ce que les mycoses sont contagieuses ?
Oui. Il est important de se laver les mains pour éviter une contamination plus importante. Il n’y a pas que les mycoses vaginales, on peut aussi contaminer ses ongles ou ses pieds. Evitez tout rapport sexuel.

3) Les règles sont-elles propices aux mycoses ?
Oui. La période des règles favorise les mycoses et les infections. Elles peuvent être provoquées par le frottement des serviettes hygiéniques et l’irritation.

Cet été, on fait aussi attention aux MST 

Qu’est-ce qu’une MST ?

Une MST est une maladie sexuellement transmissible. Elle se transmet toujours lors de contact sexuel : pénétration, préliminaires. Plus précisément, dès lors que les muqueuses entrent en contact (fellation, cunnilingus, sodomie etc.). Les plus connues sont le sida, l’herpès génital, la syphilis

Quels sont les symptômes ? Les symptômes les plus connus sont les démangeaisons, les pertes anormales. Mais aussi, des douleurs pendant les rapports sexuels. Ces symptômes sont des alertes et vous devez absolument consulter votre gynéco, pour être sûres qu’il s’agit d’une MST et la traiter au plus vite. Certaines d’entre elles peuvent être très dangereuses.

Comment les éviter ? Sortez couvertes les filles ! On ne vous le dira jamais assez. Si Jules n’a pas de préservatif sur lui, remettez à plus tard. Le plaisir sera multiplié par 10. C’est un réflexe tout bête à adopter, mais le préservatif est la seule barrière contre les infections. C’est aussi une manière sûre d’éviter une grossesse non désirée. Pensez-y…

Par Sarah Paszkewiez et Alice Hermil

#culotte #hygiène intime #maillot #preservatif #sexe #sexualité
Commentaires (1)
  1. dindonno

    Ma fille l’ a testé l’ été dernier sur les cheveux longs et très épais, résultat impeccable garanti.

ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser