Job

Collègues, patron, no stress : à moi la belle vie de bureau !

Ecrit par Margaux
le 27 octobre 2010

Moi Je ? Rester soi-même : C’est la clef pour s’épanouir au travail. Montrez votre personnalité au fils des semaines, par petites touches. Partagez vos centres d’intérêts avec vos collègues, parlez du dernier livre que vous avez lu ou du film que vous avez vu, pour faire naître les discussions. Pas la peine d’en faire […]

Moi Je ?

Rester soi-même : C’est la clef pour s’épanouir au travail. Montrez votre personnalité au fils des semaines, par petites touches. Partagez vos centres d’intérêts avec vos collègues, parlez du dernier livre que vous avez lu ou du film que vous avez vu, pour faire naître les discussions. Pas la peine d’en faire trop, sachez doser et surtout ne parlez loisir que lors des « pauses café » et pas entre deux rushes.

Le boss : On entend par là votre responsable direct, celui qui vous donne vos objectifs à remplir. Côté boulot : Il est important au début de prouver votre efficacité pour qu’il soit en confiance. On est ponctuel et on accepte le travail sans rechigner. Quand vous avez réussi cette étape et que vous êtes plus à l’aise, n’hésitez pas à vous montrer volontaire.
Côté relationnel : La confiance semble parfois grandir vite avec son boss, surtout quand on travaille beaucoup avec la personne. Pourtant évitez les conversations trop persos avec votre chef. Même si il/elle vous parle tranquillement de sa vie privée, attendez d’évaluer le terrain. Pas la peine de lui avouer que si vous êtes crevée aujourd’hui, c’est à cause de la soirée de la veille !

Personnaliser son espace de travail : Quand on reste devant son bureau 8h par jour, autant que la vue nous plaise. Vous n’êtes pas condamné au triste plan de travail dépourvut d’âme. Au contraire insuffler une touche perso à son bureau est indispensable. Joli calendrier, cartes postales de vacances, photos souvenirs, dossiers colorés et post-it rigolos, apporter un peu de gaîté à votre environnement.

Assumer sa vie privée : Sans pour autant parler des soucis que vous crée Tommy (votre chat siamois) ou de vos traumatismes d’enfance, si vous avez des enfants dites-le autour de vous. Mettez des jolies photos sur votre bureau, vos collègues comprendront mieux vos RTT du mercredi après-midi ou les raisons qui vous poussent à devoir rentrer plus tôt de temps en temps. Vous êtes mère et vous agissez comme telle et personne ne pourra vous le reprocher.

S’ouvrir aux autres : Quoi de mieux pour connaître ses collèges que je déjeuner avec l’équipe au complet deux fois par semaine. C’est le moment de voir si vous avez plus d’affinités avec certains d’entre eux. Et puis c’est important pour ne pas passer pour l’associable de la bande. Si vous devez intégrer une équipe déjà composée, ne chipotez pas ! Même si vous ne fumez pas, vous les accompagnés à la « pause clope », idem pour la « pause café ». En clair vous ne vous faites pas prier et vous vous pliez aux petites habitudes quotidiennes.

Les collègues

Le microcosme de l’entreprise, qu’il soit grand ou petit, est un univers où l’on doit toujours côtoyer les mêmes personnes, alors autant que à se passe bien !

La bonne collègue : Devenir copine avec les collègues de bureau c’est une bonne chose, mais attention aux dérives. Si vous vous retrouvez à parler du week-end pendant les heures de travail et cela tous les jours, c’est que vous avez basculé. Alors pour éviter se genre de débordements (qui vous coûteront des retards dans votre travail), organisez deux déjeuners shopping par semaine avec la collègue en question pour pouvoir faire plus ample connaissance et, pourquoi pas lier des liens d’amitié.

Le relou : Il y en a toujours un pour faire des blagues foireuses et des réflexions nazes. Evidemment ce gros lourdaud est un adepte de la chair fraîche et dès qu’une « nouvelle recrue » arrive, il est collé à son bureau comme une bernique au rocher ! Comment s’en débarrasse-t’on ? Avec tact, pas la peine de l’envoyer se faire frire un œuf le deuxième jour, vous risquez d’en payer les conséquences (regards méchants de sa part et ragots sur une supposée relation avec le commercial du 3ème étage, que vous n’avez jamais croisé). Le mieux, parlez lui boulot. S’il vous raconte sa dernière partie de pêche avec son cousin Machin, redirigez la conversation vers le séminaire de la semaine prochaine ou la réunion de la veille. Il vous trouvera vite ennuyeuse et vous laissera sans demander son reste.

Mister Best : Nous entendons par là, le collègue qui pense toujours faire mieux et qui passe son temps à vous rabaisser. Dans ce cas on ne se laisse pas marcher sur les pieds. Affirmez vous, crevez l’abcès. Prenez le entre quatre yeux (personne n’a besoin de s’en mêler). Dites lui tranquillement que vos diplômes correspondent à votre poste et que votre contrat est là pour le prouver. S’il continue de vous mépriser, jouez l’indifférence, ça finira pas le calmer. (On ne tourne pas autour du pot comme pour faire monter une mayonnaise, pausez la question et assumez. Vous lui montrerez ainsi que vous n’avez pas peur de lui et que vous méritez ce poste sur le papier, comme sur le terrain.)

Le vieux de la vieille : Il était dans cette boîte bien avant vous, il connaît tout le monde et surtout il a un max d’expérience. C’est le collègue un peu racine, qui peut éventuellement se méfier de vous au début, mais qui n’aime qu’une chose, partager son savoir-faire. Alors mettez-le vous dans la poche et vite ! Et pour cela rien de tel qu’une pointe d’humour pour décontracter l’ambiance. Maintenant vous saurez à qui vous adresser si vous tomber sur un schmilblic !

Les bruits de moquettes, les ragots, les potins, les rumeurs … : on les ignore. Pas d’autre solution, à moins que vous désiriez avoir la même réputation que Caroline J. (vous savez, celle que tout le monde surnomme « Caro Jacasse ») ? Si quelqu’un vous prend à partie, vous ne savez rien et n’avez pas d’opinion sur la question. N’y prêtez pas attention et laissez glisser.

La hiérarchie

Trouver sa place au sein de l’entreprise c’est savoir allier prudence et conviction. Alors premier réflexe en arrivant dans une nouvelle boîte : lire le règlement intérieur pour s’éviter de mauvaise surprise !

Savoir dire « non » : Attention, quand vous commencez par un CDD ou une période d’essai, vous devez vous montrer disponible. Rester le soir jusqu’à 20h c’est parfois le passage obligé. Mais une fois le CDI décroché remettez les choses à leur place. Apprenez à dire « non » quand un collègue vous demande de l’aider et que vous êtes débordé. L’essentiel c’est de s’arranger entre collègues pour que tout le monde y trouve son compte. Pas de culpabilité à avoir si, vos objectifs hebdomadaires atteints, vous partez plus tôt le vendredi après-midi.

Testez votre l’équipe : Vous arrivez dans une nouvelle entreprise et vous vous retrouvez avec une équipe à gérer que vous ne connaissez pas. Sachez d’abord déléguer les tâches mineures : vous pourrez apprécier l’efficacité de chacun à restituer un travail demandé dans les délais et sous une forme qui vous dévoilera un peu de leur personnalité. Faites confiance à votre équipe et allez y graduellement. Savoir recadrer la personne si elle a fait des erreurs fait partie de votre fonction, quand vous êtes responsable, cadre ou autre, alors n’attendez pas qu’il soit trop tard pour réagir.

Attention aux heures supplémentaires : C’est aussi votre rôle de vérifier que les heures supplémentaires que vous avez faites sont bien payées ou récupérées. Il peut toujours y avoir des oublis ou des erreurs, surtout jetez un bon coup d’œil à votre fiche de paye chaque mois.

• Le harcèlement moral et sexuel : Ces deux types de harcèlement ne sont pas des mythes, malheureusement. Allez voir le site de droit médical, ainsi que le site du gouvernement pour faire des informations supplémentaires. Notre experte psychologue à aussi répondu à ce conseil, auquel vous pourrez vous identifier. Le site harcelement-moral-travail.fr vous explique comment réagir, à qui s’adresser et les procédures qu’il faut mettre en place. Sachez que vos collègues sont les premiers à qui en parler, ils sont peut-être dans votre cas. Plus vous serez nombreux, plus vous serez forts.

L’univers stressant du bureau

La boule au ventre le premier jour, c’est normal, elle s’estompe toute seule. Le problème avec le bureau c’est le stress grandissant des autres qui nous affecte aussi. Alors voici des conseils pour gérer le stresse en entreprise.

Ne pas mêler bureau et maison : Simple en théorie, mais difficile à appliquer. Pour une bonne gestion du stress il est d’abord fondamental de faire la part des choses entre vie privé et vie professionnelle. Là non plus ce c’est pas facile, (mais rien n’est plus compliquer que de devoir régler des conflits de nature différente.) Lorsque vous passez la porte de votre maison, laissez vos soucis derrière vous et quand vous quittez le bureau oubliez chiffres, e-mails et réunions. De toute façon ce qui est sûr, c’est que les problèmes vous retrouveront bien assez vite.

Soyez méticuleuse : Quand on commence on veut bien faire, alors pas question d’oublier une donnée en route. Pour ne pas se retrouver à faire trois nuits blanches d’affiler pour terminer à temps, on s’organise. Agenda texte ou électronique, post-it ou alarmes, trouvez peu à peu votre méthode de travail, seul importe le résultat. Faites les choses les unes après les autres, attendez d’avoir plus d’expérience pour jongler avec deux ou trois dossiers. Petit plus : avoir toujours de quoi écrire sur soi et rédigez-vous des « do liste ».

Soignez votre ordinateur : Eh oui, c’est vôtre vrai collègue, celui sur lequel vous pourrez toujours compter, à condition de bien s’en occuper. Première règle : un ordi s’allume le matin et s’éteint le soir (la mise en veille vous faites comme si elle n’existait pas). Protégez-le avec une house en néoprène, chaque petit choc abîme l’écran. Faites des sauvegardes TOUT le temps, sur un, voir deux disques durs externes. Et pensez à effacez les programmes que vous n’utilisez plus. Pour l’empêcher de ramer, actualisez les mises à jour et défragmentez-le tous les trois mois. Bon évidemment si il est lent après quatre ans, c’est qu’il faut le changer. Normal, les nouveaux programmes demandent des processeurs plus rapides. Et puis c’est mieux d’en prendre un autre avant qu’il vous claque entre les doigts sans préavis.

Respirez ! : Une fois par semaine déjeunez seule dans un resto qui vous fait envie, faites une balade près de votre lieu de travail, lisez un bon bouquin en terrasse ou organisez-vous une séance de sport. L’idée est de vous faire plaisir et de vous éloigner des contingences de la vie professionnelle. Un cours de chant ou de yoga peut être très salutaire. Prendre du temps pour soi permet de recharger les batteries.

Notre petite sélection shopping pratique et ludique

Livre « Oser être la chef » de Valérie Rocoplan chez Leducs édition (15,90 euros) ; livre « Les autres et moi, comment développer son intelligence sociale » d’Isabelle Filliozat chez Marabout (5,90 euros) ; Agenda 2011 Margaux Motin (8 euros) et boite de post-it colorés.

Par Margaux Rousselot de Saint Céran

Merci à Sylvie Carn, technicienne de la CARSAT de Bretagne, pour sa participation.

#boss #boulot #bureau #collégue #engagement #entreprise #Equipe #harcelement #méthode #ordinateur #patron #poste #pression #profession #professionnel #rentrée #responsabilité #stress #travail
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser