culture

300 photographies américaines des années 70 à la BNF

Ecrit par Justine Andanson
le 1 juin 2010

La Bibliothèque nationale de France expose plus de trois cents photographies américaines des années 70. Six salles d »images en noir et blanc classées par thème se répondent, par contrastes ou par échos. Le visiteur se retrouve alors plongé au coeur des Etats-Unis. Et le choc est immédiat. Diane Arbus livre des portraits de nus, de […]

La Bibliothèque nationale de France expose plus de trois cents photographies américaines des années 70. Six salles d »images en noir et blanc classées par thème se répondent, par contrastes ou par échos. Le visiteur se retrouve alors plongé au coeur des Etats-Unis. Et le choc est immédiat. Diane Arbus livre des portraits de nus, de travestis, de triplets ou de jeunes hommes pro-guerre. Ce qui frappe c »est l »absence manifeste de préjugés. En rompant avec le pictorialisme et les traditions photographiques passées, les Seventies insufflent un vent de liberté qui pénètre les images et l »esprit du visiteur.
N »importe quel objet devient prétexte à l »art. C »est le cas d »un Walker Evans qui immortalise un lit, une casse de voitures ou une affiche publicitaire. Des scènes de la vie quotidienne, des objets banals viennent accrocher l »oeil du spectateur. Le choc passe également par la composition des images. Flous, cadrages atypiques, superpositions accidentelles de prises de vues… Les photographes de la génération 70 se libèrent des règles contraignantes de leurs prédécesseurs.

Résultat : les photographies redoublent de vie et de puissance de suggestion. Charles Harbut fige une mannequin sans tête lors d »une soirée mondaine, Keneth Josephon crée un ciel grâce à une image venue se superposer à sa photographie initiale, Lee Friedlander fait des ombres de personnes ou d »objets le sujet central de ses instantanés. L »audace et la liberté constituent le trait d »union entre ces photographies atemporelles et hautement esthétiques. « Seventies le choc de la photographie » témoigne enfin, et surtout, d »une époque, qui perce en filigramme grâce à la mise en scène de personnages, d »événements ou de lieux. Qu »elles la dénonce ou l »illustrent simplement, ces photographies s »inspirent d »une société américaine marquée par la guerre du Vietnam et la guerre froide, par la ségrégation raciale relativement récente ou encore l »essor du féminisme.
Ainsi, sous l »objectif de Garry Winogrand une banderole “impeach the real war” témoigne d »une manifestation anti-guerre. Plus loin, dans une autre salle, un très jeune enfant sur son vélo, arbore un fusil flouté. L »Amérique nous livre ses contrastes et son histoire.

Mais, loin de poser un regard grave ou moralisateur, les Seventies invitent à la légèreté et à la tendresse. Bill Owens livre ainsi une série d »images stéréotypées du rêve américain, illustrées chacune par un commentaire. Un groupe de femme s »adonne à la traditionnelle soirée Tupperware, une brochette de miss en maillot de bain clament “nous ne sommes pas des morceaux de viande”, une petite fille trône fièrement sur son lit au coeur d »une chambre dévastée par le désordre et on peut lire: “Je souhaitais que Cristina apprenne le sens des responsabilités, mais c »est un échec”.

Bref, une exposition d »une richesse incontestable qui devrait ravir les amoureux de la photographie, mais pas seulement!

Seventies le choc de la photographie américainebr> Jusqu »au 25 janvier
BnF- Site Richelieu. Galerie de photographie, 58 rue Richelieu 75002 Paris.
Du mardi au samedi 10h-19h. Dimanche 12h-19h.

Par Laurence Texier

En partenariat avec [url=http://www.lemost.fr]Le Most.fr[/url]

#amérique #culture #Etats-Unis #exposition #photographie #photos
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser