sexe

Sexo/Psycho autour du fantasme du BDSM

Ecrit par Margaux
le 12 novembre 2012

La tendance du BDSM (Bondage, Domination, Soumission, Sadomasochisme) revient sur le devant de scène en ce moment. A moins que vous ne viviez dans une grotte – je vous taquine – vous avez sûrement entendu parler du livre 50 Shades of Grey.  Ce qui interpelle c’est le nombre d’exemplaires vendus du livre de E.L James… […]

La tendance du BDSM (Bondage, Domination, Soumission, Sadomasochisme) revient sur le devant de scène en ce moment. A moins que vous ne viviez dans une grotte – je vous taquine – vous avez sûrement entendu parler du livre 50 Shades of Grey. 

Ce qui interpelle c’est le nombre d’exemplaires vendus du livre de E.L James… Un ouvrage qui met des mots sur un phénomène déjà présent mais à peine dévoilé au grand jour… ou au grand soir. 

Pourquoi, après tant de batailles pour arriver à l’égal des hommes, les femmes sont-elles si fascinées par la soumission ?

Des accessoires qui parlent d’eux-même

Les sexshops sont ravis de voir se répandre le BDSM. C’est le moment parfait pour eux de vendre des menottes en fourrures, des fouets, des cravaches et des guides érotiques. Si 50 Shades attise tant de convoitises et la curiosité, les femmes seront-elles prêtent à mettre en oeuvre leurs fantasmes ?

Au Moulin Rouge ou Dollhouse, sortent la panoplie rebaptisée du nom du livre. Même les éditions Larousse n’ont plus peur des clichés et publient le guide du BDSM sans tabou : « 50 nuances du plaisir » par Marisa Benett.

L’auteur E.L James à même travaillé avec une marque de sextoys pour sortir la gamme complète des accessoires érotiques et SM utilisés par Anastasia et Christian dans le livre de 50 Shades ! En vente en exclusivité sur le site Starnet-World.

La question que toute femme se pose avant de passer le cap : le BDSM n’est-elle pas une pratique sexuelle dangereuse ?

Zoé Piveteau, notre experte sexo/psycho, répond à cette interrogation est en disant que « ce qui peut être dangereux c’est le formatage de la sexualité, de ce que les femmes devraient vivre dans leur intimité. Il ne faut pas confondre aimer faire l’amour avec puissance, avoir envie de se sentir désirer, et être SM. Chacun et chacune doit trouver sa propre sexualité, son propre rapport au corps, sans se référer à la norme. »

Après tout qui somme nous pour juger des pratiques sexuelles des autres ? Si l’envie de s’initier au BDSM se fait sentir, il faut se demander si il s’agit d’un fantasme à ne pas réaliser ou un désir profond. Et surtout ne jamais se forcer pour l’autre, on ne doit pas devenir l’objet des désirs de son partenaire.

Une question de pouvoir

Zoé Piveteau est clair sur un point : « il y a toujours une histoire de contrôle, celui que la femme a sur elle au quotidien et le contrôle qu’elle demande à l’homme d’avoir sur elle dans la sexualité. » Et cela, qu’il s’agisse d’une sexualité                « classique » ou BDSM !

Il est important d’insister sur l’ambivalence entre ce que la femme recherche dans la vie au quotidien et ce qu’elle attend dans sa relation intime avec son partenaire. La femme dominante, correspond à l’image que l’on veut véhiculer le jour.

La nuit… le rideau tombe. Zoé Piveteau explique : « les femmes françaises qui gèrent le quotidien (travail, enfants,…), s’autorisent des pauses fantasmatiques, où elles sont complètement dépendantes. » 

C’est le cas au Japon, où les clubs sadomasochistes sont beaucoup plus répandus qu’en France, et où l’on y accueille des cadres stressés qui viennent s’y détendre en tant que soumis. Les hommes de pouvoir en journée, ont besoin d’être des objets le soir.

Il faut être vigilant avec 50 Shades of Grey, car finalement l’héroïne ne se prête pas vraiment au BDSM, mais plutôt à un jeu de soumission très puritain. Ce qui fait peur c’est plus sa facilité à jouir, il ne faut pas que les jeunes femmes la prenne comme une référence. 

Zoé Piveteau insiste en disant : « là où la lectrice est le plus SM, c’est en pensant que ce qu’elle vit n’est pas une sexualité épanouie, et que ce qu’il faut vivre c’est la vie sexuelle de l’héroïne. »

Un amour oedipien qui parle à toutes les femmes

Pourtant si la douleur physique nous fait si peur, que dire de la douleur psychologique? Bien que nous ne soyons pas toutes d’accord pour se faire fouetter, beaucoup de femmes sont attirées par des hommes impossibles. Des salops, comme on les appelle vulgairement.

Pourquoi ? Parce que socialement parlant, ce genre de relation est valorisante pour la femme. Soit l’homme change pour elle et donc la femme est glorifiée d’avoir réussi à influencer sur cet homme. Soit il l’a fait souffrir, et elle en tire le bénéfice d’être victime d’un salop.

Dans le premier cas l’homme risque très probablement de la quitter, car le changement chez ces hommes est principalement temporaire. Le femme aura mal, mais valorisera tous les efforts qu’elle aura fait et donc en sentira une certaine fierté.

Dans le deuxième cas le relation sera faite de déceptions, de douleurs et de recherches d’impossible. La femme souffrira également, mais rejettera la faute sur l’homme. Donc son bénéfice sera de ne pas avoir à se remettre en question, elle.

Il s’agit ici d’une relation oedipienne, celle que la petite fille entretient avec son père. C’est-à-dire un amour impossible, comme celui d’Anastasia et de Christian dans 50 Shades. C’est pour cette raison aussi que tant de femmes se reconnaissent dans ce fantasme de l’auteur.

A la recherche du Prince Charmant

Pourquoi cette idée de soumission fait-elle fantasmer des milliers de femmes du monde entier ? Il nous fallait poser la question à Zoé Piveteau.

« Ce livre propose la même chose que tous les contes de fées, c’est le journal intime de la Belle au Bois Dormant, qui ne voit qu’à travers le désir de l’homme. Objet lui aussi idéalisé, irréel. Ce qui compte c’est de se confronter à l’amour impossible. »

« Il faut imaginer les contes de fées comme une toile de fond de nos représentations amoureuses et sexuelles. Même si on ne s’endort plus en lisant Cendrillon, combien de femmes adultes attendent encore, plus ou moins consciemment, le Prince Charmant ? L’homme qui viendra répondre à tous les besoins, tous les fantasmes, y compris l’insatisfaction. »

Dans 50 Shades of Grey, l’héroïne se vit comme une fille inintéressante, pas désirable, quelconque. Elle ne pense pas mériter l’intérêt que lui porte le milliardaire, dieu du sexe, Christian Grey. Elle est dans un partage contraint, pas dans un partage actif. Bien qu’elle refuse de devenir une soumise totale, elle est dans une relation passive, livrée au prince.

Elle correspond au formatage que les contes de fées ont eu sur nous, de manière plus ou moins forte. Et c’est probablement la raison principale du succès du roman : le fait qu’elle réussisse à séduire le seul et l’unique homme que personne n’a jamais réussi à avoir. Anastasia est la matérialisation des fantasmes féminins, non tant dans sa vie sexuelle libidineuse, mais plus encore dans sa vie amoureuse.

La tendance du BDSM n’est qu’une toile de fond dans ce livre, qui nous vend un rêve qui parle aux femmes : celui du Prince Charmant, qui doit changer pour sa bien-aimée et oublier son besoin de domination. C’est pour cela que l’on tourne les pages du livre…

Il faut savoir que le rapport à la sexualité est le reflet matériel de la relation et de la considération de l’autre. Alors si les femmes semblent excitées par les machos au lit, cette révélation voudrait-elle dire que nous sommes encore fortement formatées par la relation de soumission à l’homme présente dans l’imaginaire des contes de fées ? 

Pour les curieuses qui veulent connaître la culture de l’érotisme et la tendance du BDSM à travers l’univers de la mode, lisez notre dossier !

Par Margaux Rousselot de Saint Céran 

#érotisme #50 #accessoire #amour #bdsm #domination #envie #femme #grey #homme #intimité #nuances #plaisir #pouvoir #psychologie #sexe #sexualité #shades #sm #soumission
Commentaires (0)
ou pour écrire un commentaire
ces articles peuvent m'intéresser